Test Seagate STCT200 : un NAS très pro, mais un peu limité

15 novembre 2014 à 15h00
0
La note de la rédac
Mastodonte du monde du stockage, Seagate est déjà nettement moins connu dès lors qu'il s'agit de parler de NAS. Pourtant, la société est loin d'être novice en la matière et le produit que nous testons aujourd'hui, le STCT200, n'est qu'un fragment de son offre totale. Une offre qui va des produits destinés aux particuliers et aux petites structures jusqu'à des solutions bien plus imposantes avec des NAS huit baies au format rack. Revenons-en au STCT200 qui se trouve être la version « nue » du plus petit modèle deux baies du constructeur.

Présentation générale du Seagate STCT200


Tout de noir vêtu, le NAS de Seagate en impose par son élégance. Il a une certaine classe, même si le volume occupé pour un « bête » modèle deux disques est un peu supérieur à ce qui se pratique chez plusieurs concurrents. Cela dit, le principal problème posé par l'élégance « à la Seagate » est sans doute lié aux arêtes particulièrement saillantes du monolithe que représente le STCT200 : les angles droits sont de rigueur, ce qui n'aide finalement pas la préhension de l'appareil. Toutefois, absolument rien à redire sur la qualité de fabrication du produit. Il respire la solidité alors que les berceaux destinés à recevoir les disques durs sont des modèles d'ergonomie. La sécurité se défait très simplement et les berceaux glissent tout seul dans leur emplacement une fois les disques fixés. Notons au passage que Seagate est l'un des (encore trop) rares constructeurs à employer un système sans vis pour les disques.

Seagate est également à l'écoute des besoins des utilisateurs et, comme de nombreux autres acteurs, il intègre un port USB à la norme 3.0 en façade ainsi qu'un bouton dit de backup que l'on peut attribuer à des fonctions qui deviennent ainsi aisément accessibles. Au dos de l'appareil, c'est en revanche nettement plus « frugal ». On y trouve un second port USB, toujours à la norme 3.0, mais qui n'est en fait accompagné que d'un seul connecteur Ethernet Gigabit au format RJ45. Pas de prise HDMI ou de port un tant soit peu « exotique » pour compléter la panoplie. Les habitués auront tout de même remarqué sur les photos la présence de l'inévitable verrouillage Kensington ainsi qu'un connecteur d'alimentation puisque celle-ci repose sur une brique externe. Enfin, terminons ce rapide tour du propriétaire en évoquant la ventilation du STCT200 : Seagate la fait reposer sur un ventilateur de 80 mm discret, mais mal isolés, les disques durs, eux, se font entendre.

Seagate STCT200
Processeur
Marvell Armada 370 - 1,2 GHz
Protocoles réseau
AFP, SMB, FTP, NFS
Mémoire vive
512 Mo
Cryptage
HTTPS, FTP SSL/TLS
Dimensions / Poids
170x120x218 mm / 1,7 kg
Serveur Web
Oui
Garantie
3 ans
Téléchargements
FTP, HTTP, Torrent
Baies
2x 3,5"
Serveur d'impression
Oui
Hotswap
Oui
Serveur multimédia
DLNA, iTunes, Photos, UPnP
Normes RAID
0 / 1 / JBOD
Gestion de caméras
Non
Ports USB / eSATA
2 USB3, 0 eSATA
Gestion des quotas
Utilisateur
Interface réseau
1x Gigabit RJ45
Langue
Français

Dans la pratique


De conception classique, le STCT200 souffre de quelques défauts liés, nous l'avons dit, au manque d'isolation des disques ou à quelques manquements regrettables. Néanmoins, le plus gros souci pour Seagate concerne indiscutablement son interface utilisateur. Au premier lancement, on est plutôt content de voir une interface remarquable d'élégance et de sobriété. L'outil de découverte du NAS sur le réseau et celui de création du volume RAID sont impeccables, mais il en va tout autrement des menus, sous-menus et appellation des différentes rubriques. Seagate utilise un double système : il y a d'abord une colonne sur la gauche afin de lister les principales fonctionnalités et, ensuite, des icônes / menus dans la partie supérieure de l'écran pour réduire les manipulations. Au final, le résultat n'est pas reluisant. On perd beaucoup de temps, d'abord, à chercher l'information que l'on souhaite et, ensuite, pour aller d'une fonction à une autre.

0190000007784577-photo-seagate-stct200.jpg
0190000007784575-photo-seagate-stct200.jpg

Heureusement, les fonctions essentielles de configuration du NAS, de surveillance des composants et de gestion des utilisateurs sont au rendez-vous, mais dès lors que l'on peut aller plus en détail, les choses se gâtent. Le navigateur de fichiers n'est pas un modèle d'ergonomie, les applications tierces sont peu nombreuses et, pour ne rien arranger, la « discussion » avec le NAS n'est pas toujours simple. Nous aurions aimé qu'il soit facile de savoir exactement où en est le STCT200 quand il travaille sur les disques, mais l'interface de notifications pèche un peu de ce côté là. Enfin, nous avons parfois trouvé que l'interface manquait de réactivité, et ce, alors même que le NAS n'était pas particulièrement sollicité.

010E000007784585-photo-seagate-stct200.jpg
010E000007784587-photo-seagate-stct200.jpg
010E000007784589-photo-seagate-stct200.jpg

010E000007784591-photo-seagate-stct200.jpg
010E000007784593-photo-seagate-stct200.jpg
010E000007784595-photo-seagate-stct200.jpg


0087000005108872-photo-performances.jpg

Performances : les scores du Seagate STCT200


Qu'en est-il des performances de ce NAS dans la pratique ? Que donne-t-il face à la concurrence ? Vous trouverez des résultats chiffrés et comparés dans les pages suivantes :
  • Transferts de données RAID 1 / RAID 5
  • Bruit, consommation et chaleur

Notre avis


S'il ne fallait pas s'attendre à trouver le produit le plus ambitieux ou le plus performant du marché compte tenu des prix pratiqués par Seagate, le STCT200 déçoit. En effet, le constructeur reste un net cran au-dessus de fabricants tels que D-Link. Toutefois, si son NAS est un modèle de robustesse et de finition, l'interface logicielle est en partie à revoir. Seagate a souhaité jouer la carte de la simplicité et il faut reconnaître que nous ne sommes pas noyés sous les fonctionnalités. Problème, l'accessibilité et la réactivité ne sont pas non plus de mise alors que certains outils, pourtant essentiels comme l'explorateur de fichiers ont été délaissés. En définitive, le STCT200 ne peut concurrencer les premiers prix et s'avère trop limité pour des utilisateurs plus exigeants.

000000C807784583-photo-seagate-stct200.jpg
000000C807784581-photo-seagate-stct200.jpg
000000C807784579-photo-seagate-stct200.jpg

Seagate STCT200

Les plus
+ Installation / manipulation aisées
+ Trois ans de garantie
+ Interface sobre et élégante
Les moins
- Design massif
- Performances en retrait
- Interface peu ergonomique
Performances
Fonctionnalités
Interface
2.5


05616460-photo-nas-miniature.jpg

Voulez-vous en savoir plus ?


En fonction des marques, les NAS ne disposent pas des mêmes fonctionnalités. Nous faisons le point sur les services les plus couramment intégrés.
  • Quelques rappels importants
  • Le point sur les services embarqués

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Discussions sur le même sujet

scroll top