Test Sandisk Ultra Plus : contrôleur Marvell et 19 nm

08 mars 2013 à 17h40
0
La note de la rédac
00C8000005766924-photo-sandisk-ultra-plus.jpg
Après un Extreme doté d'un contrôleur SandForce qui ne se distinguait pas franchement de la concurrence, Sandisk se renouvelle complètement avec son Ultra Plus. Au programme, un contrôleur Marvell, des puces mémoire 19 nm et une technologie de cache novatrice.

À l'heure des puces 20 nm de l'Intel 335 Series par exemple, ou de la mémoire de type TLC du Samsung 840 Series, l'adoption de modules de mémoire flash gravés en 19 nm ne surprendra personnes même si, nous le verrons, ces dernières recèlent un petit ingrédient assez original. Sandisk, en effet, produit ses propres puces et a donc la possibilité d'innover face à la concurrence.

L'introduction d'un contrôleur Marvell, en revanche, est beaucoup plus stratégique. Contrairement à SandForce, Marvell ne livre en effet que des puces, et non le firmware qui les dirige. En s'associant avec Marvell, Sandisk choisit donc de générer son propre micro-logiciel et s'approprie un nouvel élément de la chaîne de production de ses SSD. Le constructeur entre ainsi en concurrence avec OCZ (qui dispose, avec Indilinx, d'un sérieux atout) et surtout Samsung, qui produit son SSD de A à Z.

Que vaut ce SSD face à la concurrence ? Sandisk a-t-il mis à profit cette nouvelle autonomie pour jouer sur les prix de son Ultra Plus ? Et quel est donc ce nouveau système de cache ? Les réponses à suivre.

0140000005762344-photo-sandisk-ultra-plus.jpg
0140000005762346-photo-sandisk-ultra-plus.jpg

Le Sandisk Ultra plus est un SSD au format 2,5 pouces doté d'une épaisseur de 7 mm, ce qui lui permet d'équiper sans souci un ultrabook, ou n'importe quel PC portable. Il faut dire que Sandisk est particulièrement apprécié des OEM et se devait d'améliorer la finesse de son SSD pour coller aux tendances actuelles. La légèreté de l'Ultra Plus est également un atout certain dans l'optique d'équiper des ultrabooks. Si le plastique utilisé n'est pas étranger à ce poids plume, une autre raison explique cette légèreté.

En effet, lorsqu'on ouvre ce SSD, on découvre un PCB ridiculement petit ! Sa taille ne dépasse pas la moitié du boîtier. Sandisk a en effet posé sur son PCB seulement 4 puces mémoire. Notre modèle de test, d'une capacité de 256 Go, dispose donc de 4 NAND flash de 64 Go. Et ce n'est pas un hasard.


En effet, le contrôleur Marvell SS889175 utilisé par Sandisk sur son Ultra Plus ne fonctionne que sur 4 canaux. En choisissant d'implanter 4 puces mémoire sur son PCB, Sandisk optimise donc le fonctionnement de son SSD. Le Marvell SS889175 est une déclinaison du SS889174 dont est équipé le 510 Series d'Intel. Sandisk utilise une version optimisée pour réduire la consommation de la puce. Encore un atout de taille pour les OEM... Compatible avec l'interface 6 Gbps, gérant NCQ et TRIM, ce contrôleur fonctionne de pair avec un système de cache, matérialisé ici par la présence d'une puce Samsung de 128 Mo, de type DDR2-800.

Le nCache, ou le retour du SLC

En produisant sa propre mémoire, Sandisk dispose d'une latitude plus importante que nombre de concurrents concernant l'innovation autour de la NAND flash. La gravure 19 nm en est un exemple, mais ce n'est pas le plus significatif. Car les modules eX2 ABL de Sandisk disposent d'une autre particularité, celles de posséder une fraction fonctionnant comme de la mémoire SLC, ou presque. Et cette mémoire est utilisée dans une technologie que Sandisk nomme nCache.

L'objectif de ce nCache est d'améliorer les performances sur la manipulation de petits fichiers, exercice dans lequel les SSD sont les plus à la peine. Ces fichiers de petite taille sont donc écrits sur la mémoire SLC (Single Layer Cell), plus rapide que la traditionnelle mémoire MLC (Multiple Layer Cell). Dès que le SSD est moins sollicité, le contrôleur se charge de redistribuer les données sur les puces MLC. De plus, le firmware produit par Sandisk peut définir et ajuster la quantité de mémoire utilisée pour le nCache.
01F4000005766978-photo-sandisk-ultra-plus.jpg


Notre modèle de test, qui comporte 4 puces de 64 Go, dispose de 256 Go. Windows affiche quant à lui une capacité de 238,4 Go (ces deux chiffres étant en fait des Gio). Il reste donc 93% de mémoire disponible pour l'utilisateur, avec une réserve comparable aux traditionnels 7% utilisés par les mécanismes visant à limiter l'usage des puces (over-provisioning) ou à remplacer l'une d'elles en cas de défaillance (garbage collection). Le nCache de Sandisk prive donc l'utilisateur d'une portion de son SSD, mais pas plus que la concurrence. Et d'après le constructeur, de la durée de vie de son SSD également.

L'utilisation des puces MLC en « mode SLC » limite en effet l'amplification d'écriture, nocive aux puces mémoire. Sandisk affiche ainsi fièrement un MTBF (temps moyen avant une panne) de deux millions d'heures, là où la concurrence se contente de 1 ou 1,5 million d'heures. Ce qui n'empêche pas le constructeur de limiter sa garantie à 3 ans...

Performances
 64 Go128 Go256 Go
Lecture séquentielle (Mo/s)520530530
Écriture séquentielle (Mo/s)155290445
Lecture aléatoire 4 Ko (IOPS)76 00080 00082 000
Écriture aléatoire 4 Ko (IOPS)29 00033 00039 000

Si le nCache est prometteur sur le papier, Sandisk ne communique cependant pas des chiffres mirobolants quant aux performances de son Ultra Plus. Sur la version 128 Go notamment, si les débits annoncés sont supérieurs à ceux d'un Samsung 840 Series, ils restent assez loin, du moins en écriture, de ce dont est capable un Vector d'OCZ. La version 256 Go en revanche semble pouvoir affronter cette concurrence.

Performances

Pour le vérifier, nous avons comparé ce Sandisk Ultra Plus à différents SSD récemment testés, comme le Vector d'OCZ, l'Intel 335 Series ou le Samsung 840 Series.


Le nouveau SSD de Sandisk, du moins dans cette version 256 Go, tient toutes ses promesses. Pourtant, il ne brille pas particulièrement dans les tests synthétiques là où on l'attend, c'est-à-dire sur l'écriture. Le test sous ATTO, notamment, montre même une faiblesse en écriture aléatoire dès lors que la taille du fichier dépasse les 2 Mo. Le nCache se montre particulièrement brillant dans les petits fichiers, mais peine visiblement avec les plus gros.

Qu'en est-il en pratique ? L'Ultra Plus se montre particulièrement convaincant sur le test d'écriture de petits fichiers, où il surclasse tous ses concurrents. Reste que l'OCZ Vector reste le maître en matière de lecture et d'écriture de gros fichiers, tandis que l'Intel 335 Series conserve sa première place en lecture de petits fichiers.

Notre avis

0096000005507335-photo-award-qualit-prix.jpg
On attend souvent beaucoup de grandes marques comme OCZ, Samsung ou Intel lorsque ces dernières sortent un nouveau SSD. Sauf le respect que nous devons à Sandisk, ce constructeur est tout de même plus connu pour ses cartes mémoire que sur ses SSD. Ce qui permet à l'Ultra Plus de bénéficier d'un certain effet de surprise.

Car il faut l'avouer, nous n'attendions pas ce SSD là où il se trouve, c'est à dire tout simplement en tête des SSD que nous vous conseillons à ce jour. En effet, le modèle 128 Go se positionne face au Samsung 840 Series (aux alentours de 90 euros) et nous semble plus intéressant, car n'utilisant pas de mémoire de type TLC, dont on ne connaît pas la durée de vie. En version 256 Go, c'est face au SSD le plus rapide du moment, à savoir le Vector d'OCZ, que l'Ultra Plus concourt. Et grâce à son meilleur rapport performances / prix, il nous parait plus intéressant, là encore, que son adversaire.

Un carton plein donc pour Sandisk, qui met à profit un changement stratégique majeur, celui de choisir un contrôleur Marvell pour utiliser au mieux ses propres puces NAND. Un pari réussi, et cet Ultra Plus pourrait aussi bien séduire les OEM, tant ce SSD semble taillé pour l'ultrabook, que les particuliers, même si l'on regrettera tout de même l'absence complète d'accessoires (adaptateur 3,5 pouces, câble SATA).

Sandisk Ultra Plus

Les plus
+ Performances globales
+ nCache
+ Le positionnement tarifaire
+ Conçu pour les ultrabooks
Les moins
- Pas de bundle
- Modèle 128 Go moins rapide
- Seulement 3 ans de garantie
Performances synthétiques
Performances pratiques
Performances / prix
5


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
Grève : la CGT bascule des foyers en heures creuses, l'électricité devient un enjeu
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Le CSA monte une équipe de professionnels des médias pour lutter contre les fake news
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes
SFR augmente le prix de ses forfaits internet fixe
Amazon dévoile le calendrier pour recevoir ses commandes avant Noël

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top