Un sac à dos numérique : l'État veut parer ses agents pour le télétravail

30 août 2020 à 13h13
16
Sac à dos © Pixabay
© Pixabay

Une très grande partie des agents de l'État ne disposent toujours pas du matériel et plus globalement des moyens nécessaires pour se connecter à distance à leur poste de travail. Un retard qui pousse les pouvoirs publics à annoncer des mesures.

Crise de coronavirus oblige, les agents de l'État, comme les salariés du secteur privé, ont été contraints de rapidement s'adapter pour maintenir un certain service à destination des administrés pour les uns, et des clients pour les autres. Au niveau de l'État, ce fut bien compliqué ces derniers mois. Jeudi, la direction interministérielle du numérique (DINUM) a donné une conférence de presse durant laquelle elle a annoncé la création d'un « sac à dos numérique », pour préparer l'avenir.

85% des agents sous-équipés pour le télétravail

Il s'agit, pour la DINUM, de proposer un ensemble de services qui accompagneront les agents publics de l'Administration sur le chemin du télétravail . 85% des agents de l'État n'ont en effet pas les moyens de se connecter à distance à leur poste de travail.

« On s'est retrouvé du jour au lendemain avec quelques centaines de milliers d'agents chez eux, là où les réseaux et les plateformes d'accès à distance étaient plutôt dimensionnés pour quelques dizaines de milliers de connexions simultanées », a expliqué Nadi Bou Hanna, le directeur interministériel du numérique, au moment d'évoquer la situation des agents durant le confinement.

C'est en juillet et dans le cadre du programme Tech.gouv que la DINUM a commencé à dénicher et labelliser des solutions technologiques, qui seraient mises à disposition des différents ministères, peu importe la situation logistique de l'agent. Avec l'objectif de se doter d'un portefeuille de 50 à 80 services d'ici fin 2022.

L'État veut propulser ses solutions auprès de ses agents

De quoi sera composé ce sac à dos numérique, par exemple ? D'abord, l'important est d'y inclure un service de visioconférence . La base du télétravail collaboratif. La plateforme utilisée par l'État pendant le confinement, Webconf, a très vite été sollicitée. Capable d'héberger jusqu'à cent visioconférences en simultané, elle n'est accessible qu'aux agents publics, et doit encore grandir.

Le second service, lui, opère des fonctionnalités de messagerie instantanée , toujours uniquement accessible aux agents de l'État. Bien aidé par la crise, Tchap, lancé l'année dernière, a atteint la barre des 160 000 utilisateurs à la fin de ce mois d'août. Le service est désormais utilisé par des personnels de l'Assurance-Maladie, de l'APHP ou de la métropole du Grand Lyon.

Enfin, l'État, qui veut mettre un point d'honneur à ne pas migrer vers la suite de Microsoft, Office 365 , a développé deux espaces numériques hébergés dans le Cloud, à l'initiative de PME françaises, pour proposer différents outils bureautiques.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
16
Giani
Voilà, ne surtout pas migrer vers des outils modernes et performants. Gardons des suites logicielles des années 90. C’est sur que les choses vont s’améliorées…
FFManiac78
Ne pas migrer vers office365 ne signifie pas être resté dans les années 90. Rien n’empêche d’utiliser LibreOffice ou autre solution libre via des service cloud. De plus j’ose même pas imaginer la levé de bouclier s’ils avaient choisi Office365.
orionb1
Chouette ce choix de la France de ne pas aller vers MSO365. En Belgique, c’est plutôt le contraire … En partant de logiciels libres, je suis sur qu’il y aurait moyen de développer de bons outils.
ypapanoel
Par contre les vendeurs de machine à café pour entreprise risquent de devoir licencier sec si les fonctionnaires font du télétravail.<br /> J’espère que l’Etat va voter une enveloppe pour soutenir leur activité.<br /> (troll outsite)
iceman64b
Je suis pour les logiciels libres dans certaines circonstances mais pas pour le boulot des fonctionnaires. Ce dont les fonctionnaires ont besoin ce sont des outils intégrés et une bonne interopérabilité, ce que LibreOffice n’offre pas (pas d’intégration avec Mozilla ou autre courriel par exemple). Alors que la suite Microsoft, tout les logiciels sont fait pour se parler et échanger des données facilement. Si la fondation LibreOffice parlerait ou s’intégrerais avec Mozilla pour le courriel et avec d’autre, là on pourrait avoir un concurrent sérieux. Mais pour le moment …
iceman64b
En France le problème est l’accès à Internet de manière décente en dehors des grandes villes. Dès que l’on arrive à la campagne, les débits sont ridicules. En montagne, c’est pire encore. Quand les étoiles sont alignées, pas trop de vent, un beau soleil, on arrive à peine à avoir 100 kb/s. Alors on parle pas ici de télétravail, de visioconférence ou tout autre travail de ce type!
jmbcg
Ici, dans le fin fond du Jura, j’ai sans sueur 8 Moctets/s et 10-12 s de ping, si je me rappelle bien (pas sûr pour le ping) (280 personnes dans la commune, et 1500 dans un rayon de 10 km)
orionb1
Désolé mais ça peut au moins être un objectif à moyen / long terme. Il n’y a pas d’équivalent à PowerBI mais il existe des solutions en téléphonie ou IM par exemple.<br /> Qu’on crée un «&nbsp;labo&nbsp;» ou on pourra tester les choses avec un échantillon de fonctionnaires et qu’on généralise ce qui fonctionne et qu’on améliore le reste en coopération avec les différents projets
Myst
Rien compris.<br /> 10 secondes de ping ? C’est beaucoup.<br /> Après si c’était 8Mbits/s avec 10-12ms, ça veut pas dire que ton voisin a pareil et ça veut pas dire que tu es une généralité.<br /> La réalité c’est qu’il y a un abandon de l’internet dans les campagnes (et pas besoin d’aller au fin fond de l’Ardèche pour avoir un débit famélique)
nickOh
Ne pas confondre Office qui est juste les logiciels bureautiques (avec "équivalents en gratuits), et Office365 qui est une solution CLOUD accessible depuis internet, et donc que n’importe qui peut utiliser de chez soi, donc télétravail facilité puisque les outils sont les même au boulot et maison.<br /> Sauf que si nos agents de service public utilisent Office 365, ça veut donc dire que toutes les boites mails, et que le moindre documents transitant par messagerie sera stocké et utilisable dans le cloud Microsoft, stockage probablement aux USA.<br /> Je comprend la décision française, essayer d’avoir un service équivalent mais hébergé par une société française.
orionb1
Office365, ce n’est pas que du cloud. Ça représente aussi les abonnements à la solution bureautique. Mais normalement c’est en train de devenir Microsoft 365.<br /> Cela dit, MS n’est vraiment pas le champion pour ses nommages qui changent tous les 4 lundis et qui portent à confusion
EnLighter
Les applications utilisées par l’Etat sont souvent spécifiques et cloisonnées (et heureusement) donc l’interopérabilité avec une suite bureautique ne sert pas à grand chose. Libre Office est déjà utilisé par le Ministère des Finances et cela fonctionne assez bien avec des addon maison qui permettent d’avoir des modèles pré-remplis avec les bonnes entêtes, récupération des données d’un courrier pour la constitution du RAR, etc.<br /> Par contre cette histoire de sac à dos numérique, je sens la farce d’ici, comme d’habitude, avec un super effet d’annonce et des moyens dérisoires ensuite.<br /> Tout est toujours fait au rabais au niveau de l’administration. Avant de penser au matériel de chaque agent, ce serait déjà bien d’avoir des infrastructures pensées pour des situations de crise. L’équipement de l’agent vient en dernier et j’ai bien peur de voir de quoi il s’agira.
julla0
8Mo ou 8Mb?
jvachez
Déjà que les temps de traitement dans l’administration sont extrêmement longs alors s’ils n’ont pas Office 365 ça ne va pas arranger les choses.
orionb1
le travail de traitement de dossiers, j’imagine, ne se fait pas majoritairement sur Office (chez moi, c’est principalement le travail collaboratif / comm interne qui se fait là dessus)<br /> la plupart des administrations ont normalement des logiciels métiers (parfois obsolètes, mais soit) pour traiter les dossiers
ypapanoel
Réponse pertinente et je suis en phase avec toi<br /> Mais il ne faut pas oublier les logiciels métier de l’état, pour lesquels la notion d’interopérabilité est juste hyper compliquée à mettre en place et qui donneraient des résultats de gain de temps et d’échelle énormes, bien plus importants encore que la suite MS<br /> Ceci dit ce n’est même pas une critique en soit : faire migrer/communiquer de tels mastodontes<br /> est un sacré chantier…<br /> ex simple et passé : fusion ANPE/Assedic<br /> et encore je ne parle que de l’IT : ensuite y’a les personnes, la culture métier…
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Vous avez créé une invitation partagée sur Slack ? Votre mot de passe est peut-être compromis
Parallels Desktop 18 vous permet d'installer Windows 11 en un clic sur macOS
La dernière bêta d'Office sur iOS prend en charge la reconnaissance d'écriture Scribble
Quand le suivi en ligne de leurs jets fatigue les dirigeants et milliardaires
Microsoft confirme un énième problème sur Windows 10 et Windows 11
MIX Fold 2 : Xiaomi va bientôt annoncer son deuxième smartphone pliant
La trottinette électrique Ninebot Kickscooter E25E à -42% chez Darty !
Chopin Max : le boîtier ultra-compact d'InWin prend un peu de poids
Arc Pro A40 et Arc Pro A50 : Intel annonce ses GPU professionnels
OPPO et OnePlus interdits de vente en Allemagne, et bientôt en France ?
Haut de page