GeForce GTX 690 : NVIDIA revient sur le très haut de gamme !

le 03 mai 2012 à 15:00
 0

GeForce GTX 690 : deux c'est mieux qu'un !



On l'avait souligné dans notre récent dossier consacré à Kepler et au GeForce GTX 680 (voir NVIDIA GeForce GTX 680 : la réponse au Radeon HD 7970 ?) : la dernière architecture en date de NVIDIA affiche de très bonnes prestations en terme de consommation électrique et d'échauffement. C'est précisément grâce à ces aptitudes, en partie expliquées par la gravure en 28nm, que la firme au caméléon est en mesure de nous proposer une carte bi-GPU, dont les spécifications de chacune des puces sont identiques à celles du GeForce GTX 680.

Les deux puces GK104 qui animent la GeForce GTX 690 ne souffrent donc d'aucune amputation d'aucune sorte et sont pleinement fonctionnelles. C'est ainsi que l'on retrouve 1536 cœurs d'exécution CUDA, 128 unités de texture et 64 ROP par puce. Le bus mémoire reste interfacé sur 256 bits et chaque puce dispose de 2 Go de GDDR5.

020D000005134922-photo-nvidia-geforce-gtx-690-board.jpg

La carte mise à nue


Seule concession opérée par NVIDIA : la fréquence de fonctionnement qui est revue à 915 MHz pour chaque puce, soit en dessous des 1006 MHz du GeForce GTX 680. De son côté, la fréquence GPU Boost est annoncée à 1019 MHz, soit 9 petits MHz de plus que la même GTX 680. En théorie donc, à supposer que les puces de la GeForce GTX 690 opèrent tout le temps à leur fréquence maximale GPU Boost, les performances devraient être supérieures à celles d'un SLI de GeForce GTX 680. C'est ce qu'indique du reste NVIDIA dans sa communication officielle. En pratique, on sait très bien que ce scénario est peu crédible puisque le GPU Boost n'est qu'un artifice marketing où la fréquence annoncée de 1019 MHz n'est jamais maintenue constante, mais varie en permanence à la hausse ou à la baisse et dépend de plusieurs facteurs : de la qualité de la puce graphique et son aptitude à effectivement monter en fréquence, de l'environnement thermique de la carte, etc.

 Radeon HD 7970GeForce GTX 590GeForce GTX 680GeForce GTX 690
InterfacePCI-Ex. 16x - Gen3PCI-Ex. 16x - Gen2PCI-Ex. 16x - Gen3PCI-Ex. 16x - Gen3
Gravure0,028 µ0,040 µ0,028 µ0,028 µ
Transistors4,3 Milliards3 Milliards (par puce)3,54 Milliards3,54 Milliards (par puce)
T&LDirectX 11.1DirectX 11DirectX 11.1DirectX 11.1
Stream Processors2048102415363072
Unités ROP32963264
Unités de texture128128128256
Mémoire embarquée3072 Mo3072 Mo2048 Mo2048 Mo (par puce)
Interface mémoire384 bits768 bits256 bits512 bits
Bande passante264 Go/s327 Go/s192,26 Go/s358 Go/s
Fréquence GPU925 MHz607 MHz1006 MHz (base)915 MHz (base)
Fréquence Stream Processors925 MHz1215 MHz1006 MHz (base)915 MHz (base)
Fréquence mémoire1375 MHz - GDDR5850 MHz - GDDR51502 MHz - GDDR51502 MHz - GDDR5


En ce qui concerne la mémoire, les fréquences sont identiques à ce que NVIDIA propose avec le GeForce GTX 680 soit 1503 MHz. À noter, l'utilisation par NVIDIA d'un nouveau type de bridge PCI-Express en remplacement de ses anciens bridges maison. Les puces GK104 bénéficiant d'une interface PCI-Express 3.0 native, NVIDIA a recours à un bridge tiers PLX compatible PCI-Express 3.0.

0190000005138930-photo-nvidia-geforce-gtx-690-driver-1.jpg
00E6000005138934-photo-nvidia-geforce-gtx-690-driver-3.jpg

La carte vue par les pilotes NVIDIA


GeForce GTX 690 : une carte à la finition exceptionelle



Au-delà des spécifications techniques finalement sans surprise, c'est le design de la carte qui étonne, dans le très bon sens du terme. Ne tournons pas autour du pot, la GeForce GTX 690 est de mémoire de journaliste, la carte graphique la mieux finie jamais passée à la rédaction de Clubic. Si le look volontairement inspiré du monde de l'automobile est finalement très masculin, c'est la qualité des matériaux retenus qui force le respect.

Avec un PCB de 28 centimètres, la carte est aussi longue que la GeForce GTX 590 qui la précède. On retrouve du reste une conception similaire en ce qui concerne le système de refroidissement avec un ventilateur central alors que la carte n'occupera pas plus de deux emplacements dans votre tour. Si dans les grandes lignes le système de refroidissement ne subit aucun changement significatif dans sa conception, les matériaux employés sont incomparables.

Chaque puce graphique est surmontée d'un radiateur aux ailettes nickelées alors que le concept de chambre à vapeur est bien entendu d'actualité pour chacun des radiateurs. Le support central pour le large ventilateur est usiné de sorte à créer des flux d'air alors que l'ensemble de la chambre accueillant le ventilateur est fait d'un alliage de magnésium. Selon NVIDIA l'utilisation de ce matériau permet de maximiser la dissipation de la chaleur tout en absorbant mieux les vibrations. Quant au ventilateur, il est annoncé comme disposant d'ailettes optimisées pour un meilleur angle de pénétration du flux d'air.



Pour ce système de refroidissement, le carter de protection est fait d'aluminium chromé, avec deux vitres en polycarbonate sur chacun des radiateurs. Robuste, sans le moindre plastique mal clipsé ou mal ajusté, l'ensemble est effectivement d'une qualité jamais vue pour une carte graphique. Mais... une fois la carte installée dans votre tour, cela a-t-il vraiment de l'importance ? Nous vous laisserons répondre à cette question et pour ce qui nous concerne nous regrettons l'absence d'une plaque de protection au dos du PCB de la carte. À ce niveau de finition c'est tout de même dommage.

01C2000005134924-photo-nvidia-geforce-gtx-690-cooling-system.jpg


Avec un connecteur SLI sur sa tranche (oui il est possible de faire du Quad-SLI), la carte profite d'un logo GeForce GTX qui s'allume dès la mise sous tension du système. Son alimentation électrique passe par deux connecteurs PCI-Express à 8 broches chacun et l'on trouve en sortie trois connecteurs DVI Dual-Link et un connecteur mini-DisplayPort. Le poids de la carte, pour les amateurs de ce genre de données est de 1030 grammes : c'est 12 grammes de moins que la GeForce GTX 590.

Techniquement, le PCB de cette GeForce GTX 690 est composé de dix couches, et d'un étage d'alimentation sur 10 phases. Le TDP de la carte est annoncé à 300 Watts par NVIDIA : c'est beaucoup certes, mais moins que les 365 Watts de la GeForce GTX 590 ! Quant aux nuisances de la carte elles sont en fonctionnement particulièrement bien contenues : l'échauffement se situe en général autour des 72° C en charge tandis que le refroidissement s'avère assez silencieux. Sous Windows, le ventilateur dépasse rarement les 1200 tours/minute alors qu'il va bien sûr accélérer en charge autour des 2000 tours/minute : à ce niveau la carte se fait entendre, mais nous semble dans les faits plus silencieuse qu'un SLI de GeForce GTX 680.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Cartes graphiques NVIDIA

Coup de théâtre. Alors que l’essentiel de la communication sur les cartes RTX de Nvidia s’est basé sur le support du ray tracing, le constructeur annonce que certaines cartes graphiques GTX pourront également en profiter à partir du mois d’avril.
Ce n’était pas vraiment un secret : après la GTX 1660 Ti il y a quelques semaines viendrait la GTX 1660. Cette nouvelle carte GTX sous Turing est disponible dès aujourd’hui au tarif conseillé de 229€.
Le dernier rapport de l’institut Jon Peddie Research nous apprend que NVIDIA a surperformé au dernier trimestre 2018. Et là où l’équipe verte caracole, AMD piétine.
On les attendait comme le Messie, ou presque, les GeForce RTX Max-Q sont désormais parmi nous. Annoncées sans grande surprise lors du dernier CES, les nouvelles puces GPU mobiles de Nvidia apportent avec elles la promesse de performances en hausse par rapport à la génération Pascal, ainsi que l'intégration concrète de la technologie DLSS et du Ray-Tracing sur les Laptops Gamer à venir au cours des deux prochaines années.
Ces derniers mois ont été riches en lancements chez NVIDIA. Après le renouvellement du haut de gamme avec les RTX 2070, 2080 et 2080 Ti sur la génération Turing, la firme au caméléon nous a proposé une très convaincante RTX 2060, plus abordable. Seulement quelques semaines après la sortie de cette dernière, NVIDIA lance une nouvelle carte estampillée GTX 1660 Ti. Celle-ci repose également sur l'architecture Turing, mais amputée des RT/Tensor Cores, pour proposer un tarif plus raisonnable (299 €) aux joueurs n'ayant que faire des derniers raffinements technologiques, encore peu exploités. Alors, verdict ?
Vous connaissez la chanson. À la veille de la sortie d’un gros titre, Nvidia met à jour les pilotes de ses dernières cartes graphiques pour leur assurer une pleine compatibilité avec celui-ci. Tel est l’objet des drivers 419.35 WHQL avec The Division 2.
Comme tous les trimestres, le spécialiste des études de marché du secteur informatique Jon Peddie Research, publie son Market Watch concernant les expéditions de GPU. Pour le quatrième et dernier trimestre de 2018, seul Intel s’en sort assez bien grâce à ses iGPU puisque les ventes d’ordinateurs ont progressé, mais la chanson est bien différente pour NVIDIA et AMD.
Avec ses GTX 1660 et 1650, Nvidia chercherait à remplir un triple objectif. D’après DigiTimes (via Tom’s Hardware), ces deux cartes, qui n’ont pas encore été officialisées par la firme, auraient pour but de faire plonger AMD sous la barre des 25% de parts de marché cette année (avec la perspective de faire idéalement passer les rouges sous les 20%, apprend-on), mais aussi de permettre à Nvidia de maintenir ses revenus tout en écoulant ses stocks.
Après la GTX 1660 Ti, officialisée en fin de semaine dernière, et tandis qu’une GTX 1660 est toujours attendue début mars, NVIDIA préparerait bel et bien une troisième cartouche pour compléter son offre sur l’entrée de gamme : la GTX 1650.
Réservé à l’introduction de ses nouvelles cartes graphiques haut et milieu de gamme, le deuxième semestre 2018 laisse sa place à une année 2019 qui semble chez Nvidia prendre le chemin de l’entrée de gamme… du moins pour l’instant.
NVIDIA vient de lâcher dans la nature les tous derniers pilotes 419.17 WHQL pour ses GPU. Au programme : corrections de bugs et support des nouvelles cartes GeForce GTX 1660 Ti.
Mieux vaut tard que jamais. En fuite caractérisée depuis des semaines, la GTX 1660 Ti se voyait vendredi après-midi officialisée par Nvidia au travers d’un communiqué de presse. Ce dernier ne nous apprend rien, ou presque, que l’on ne savait déjà, mais a le mérite de préciser les modalités d’entrée sur le marché de cette nouvelle puce en France.
Alors que l'arrivée des GTX 1660 et 1660 Ti sur le marché se concrétise peu à peu après avoir grassement alimenté les rumeurs ces derniers mois, le site spécialisé VideoCardz (via Tom's Hardware) prédit pour sa part le lancement prochain d'une GTX 1650. Cette dernière viendrait compléter l'entrée de gamme de Nvidia en remplaçant notamment la GTX 1050.
Un nouveau Benchmark, réalisé sur Ashes of The Singularity et publié sur Twitter, donne du relief aux performances supposées de la GTX 1660 Ti. Cette dernière serait à deux doigts d'égaler une GTX 1070, pour un prix calé à 279 dollars. La carte se placerait ainsi en remplaçante toute trouvée de la GTX 1060 pour les utilisateurs peu intéressés par la RTX 2060, son Ray-Tracing et son DLSS.
Annoncée en grande pompe lors de la conférence de NVIDIA au CES 2019, la petite dernière de la firme au caméléon est enfin disponible. La GeForce RTX 2060 promet de mettre à la portée des bourses plus modestes le rendu hybride, cette technologie mixant la rastérisation et le ray tracing en temps réel, ainsi que les technologies liées à l'IA, le DLSS en tête.
scroll top