GeForce GTX 580M, le haut de gamme mobile de NVIDIA

le 02 décembre 2011
 0
00C8000001933580-photo-nvidia-logo.jpg
Il n'y a pas que sur le PC de bureau que le segment du haut de gamme a son importance. La course à la performance à laquelle se livrent NVIDIA et AMD se déroule également dans le domaine du PC portable.

Et alors qu'en début d'année, GeForce GTX 485M de NVIDIA et Radeon HD6970M d'AMD bataillaient pour s'approprier le titre enviable de puce mobile la plus puissante du marché, NVIDIA sortait, le 28 juin dernier, son nouveau fer de lance, le GeForce GTX 580M. Une puce graphique taillée pour permettre à NVIDIA de passer devant son éternel rival et qui repose sur une architecture Fermi revue et corrigée.

On se souvient en effet que les premières générations de puces pâtissaient d'un rendement assez décevant, qui obligea NVIDIA à désactiver une partie des coeurs CUDA. Depuis, NVIDIA a rectifié le tir et propose des puces en pleine possession de leurs moyens. Quelles sont donc les évolutions et améliorations sur lesquelles compte la firme au caméléon pour asseoir sa suprématie ? Quelles sont les performances de cette nouvelle puce graphique face à l'une de ses concurrentes directes, la Radeon HD 6970M ? Les réponses dans les lignes qui suivent !

Fermi enfin au complet


Afin de comprendre les améliorations apportées par NVIDIA sur sa nouvelle puce, il convient d'effectuer un petit retour en arrière sur l'architecture Fermi et ses premières déclinaisons mobiles. Pour rappel et depuis le GF104, les puces mobiles de NVIDIA ont toutes en commun la composition de leurs Streaming Multiprocessor (SM), ou multiprocesseurs. Ces derniers comprennent 48 unités de calcul généraliste (les fameux cœurs CUDA) et 8 unités de texture. Le GF100, première déclinaison de l'architecture Fermi, proposait quant à lui 32 cœurs CUDA et 4 unités de texture par SM. Toutes ces déclinaisons possèdent une unité de traitement géométrique (Polymorph Engine) par SM.

Ce qui différencie les déclinaisons entre elles est ce nombre de Streaming Multiprocessor. Fermi est constitué de GPC (Graphic Processing Cluster) qui renferme chacun jusqu'à 4 SM. Un GPC peut donc accueillir donc en toute logique jusqu'à 192 cœurs CUDA. Jusqu'ici, tout va bien. Le problème intervient lorsqu'il s'agit de placer deux GPC sur la même puce, afin de disposer de 384 cœurs CUDA. Cest pourquoi une puce comme la GTX 480M ne comportait « que » 352 coeurs. Il a fallu attendre le dernier CES pour voir NVIDIA réussir dans cette entreprise.

0190000004787802-photo-diagramme-gf114.jpg

En effet, Fermi a longtemps souffert de problèmes de rendement qui empêchait l'activation tous les cœurs sur une puce qui comportait plus d'un GPC. NVIDIA a donc repensé la conception même de la puce au niveau de ses transistors afin d'utiliser des composants plus efficaces. Résultat, une enveloppe thermique et une consommation mieux maîtrisées qui ont permis au constructeur de proposer une GTX 485M dotée de 384 cœurs CUDA. C'était en janvier dernier, donc.

Une GTX 485M overclockée ?


Depuis ? Eh bien pas grand-chose ! En effet, même si la GTX 580M inaugure la déclinaison GF114 (alors que la GTX 485M était basée sur le GF104), force est de constater que les changements sont minimes. A l'image du passage de la série 400M à la série 500M, NVIDIA s'est apparemment contenté ici d'un simple ajustement des fréquences.

Caractéristiques techniques
 GeForce GTX 485MGeForce GTX 580M
PuceGF104GF114
Cœurs CUDA384384
Fréquence des cœurs575 MHz620 MHz
Type de mémoireGDDR5GDDR5
Quantité de mémoire2 048 Mo2 048 Mo
Bus mémoire256 bits256 bits
Fréquence mémoire1 500 MHz1 500 MHz
Bande passante96 Go/s96 Go/s
Puissance883,2 GFLOPs952,3 GFLOPs

Les deux puces possèdent 384 cœurs CUDA, 64 unités de textures et 32 ROPs. Elles sont toutes deux gravées en 40 nm et possèdent 2048 Mo de mémoire GDDR5 cadencée à 3 000 MHz et interfacée sur 256 bits. Finalement, seule la fréquence des cœurs change, pour passer de 575 à 620 MHz. Soit une variation à la hausse d'un peu moins de 8%. On gagne parfois plus avec un simple overclocking... D'autant qu'il s'agit là des spécifications maximales. C'est-à-dire que si un fabricant d'ordinateurs portables ne dispose pas d'une enveloppe thermique suffisante, les spécifications pourront être revues à la baisse.

Du côté logiciel, rien de neuf : on conserve bien évidemment la gestion de DirectX 11, PhysX, la compatibilité 3D Vision et les finesses signées NVIDIA comme PureVideo HD (le processeur vidéo VP4 prend en charge la décompression des codecs H.264, VC-1/WMV9 et MPEG-1, -2 et -4) ou l'Audio Bitstreaming. L'HDMI 1.4a est également de la partie.

0096000002881518-photo-logo-nvidia-optimus.jpg
Finalement, il ne manque qu'Optimus pour compléter le tableau. En effet, les fabricants ne proposent pas systématiquement cette technologie sur leurs portables, d'une part parce qu'elle représente un coût supplémentaire, et d'autre part parce qu'ils peuvent réguler les fréquences (et donc la consommation) de la puce graphique sans avoir à passer par Optimus. Le gain en matière d'économie d'énergie est moindre, mais peut-on vraiment parler d'autonomie pour un ordinateur portable doté d'une GTX 580M ?
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Cartes graphiques NVIDIA

Coup de théâtre. Alors que l’essentiel de la communication sur les cartes RTX de Nvidia s’est basé sur le support du ray tracing, le constructeur annonce que certaines cartes graphiques GTX pourront également en profiter à partir du mois d’avril.
Ce n’était pas vraiment un secret : après la GTX 1660 Ti il y a quelques semaines viendrait la GTX 1660. Cette nouvelle carte GTX sous Turing est disponible dès aujourd’hui au tarif conseillé de 229€.
Le dernier rapport de l’institut Jon Peddie Research nous apprend que NVIDIA a surperformé au dernier trimestre 2018. Et là où l’équipe verte caracole, AMD piétine.
On les attendait comme le Messie, ou presque, les GeForce RTX Max-Q sont désormais parmi nous. Annoncées sans grande surprise lors du dernier CES, les nouvelles puces GPU mobiles de Nvidia apportent avec elles la promesse de performances en hausse par rapport à la génération Pascal, ainsi que l'intégration concrète de la technologie DLSS et du Ray-Tracing sur les Laptops Gamer à venir au cours des deux prochaines années.
Ces derniers mois ont été riches en lancements chez NVIDIA. Après le renouvellement du haut de gamme avec les RTX 2070, 2080 et 2080 Ti sur la génération Turing, la firme au caméléon nous a proposé une très convaincante RTX 2060, plus abordable. Seulement quelques semaines après la sortie de cette dernière, NVIDIA lance une nouvelle carte estampillée GTX 1660 Ti. Celle-ci repose également sur l'architecture Turing, mais amputée des RT/Tensor Cores, pour proposer un tarif plus raisonnable (299 €) aux joueurs n'ayant que faire des derniers raffinements technologiques, encore peu exploités. Alors, verdict ?
Vous connaissez la chanson. À la veille de la sortie d’un gros titre, Nvidia met à jour les pilotes de ses dernières cartes graphiques pour leur assurer une pleine compatibilité avec celui-ci. Tel est l’objet des drivers 419.35 WHQL avec The Division 2.
Comme tous les trimestres, le spécialiste des études de marché du secteur informatique Jon Peddie Research, publie son Market Watch concernant les expéditions de GPU. Pour le quatrième et dernier trimestre de 2018, seul Intel s’en sort assez bien grâce à ses iGPU puisque les ventes d’ordinateurs ont progressé, mais la chanson est bien différente pour NVIDIA et AMD.
Avec ses GTX 1660 et 1650, Nvidia chercherait à remplir un triple objectif. D’après DigiTimes (via Tom’s Hardware), ces deux cartes, qui n’ont pas encore été officialisées par la firme, auraient pour but de faire plonger AMD sous la barre des 25% de parts de marché cette année (avec la perspective de faire idéalement passer les rouges sous les 20%, apprend-on), mais aussi de permettre à Nvidia de maintenir ses revenus tout en écoulant ses stocks.
Après la GTX 1660 Ti, officialisée en fin de semaine dernière, et tandis qu’une GTX 1660 est toujours attendue début mars, NVIDIA préparerait bel et bien une troisième cartouche pour compléter son offre sur l’entrée de gamme : la GTX 1650.
Réservé à l’introduction de ses nouvelles cartes graphiques haut et milieu de gamme, le deuxième semestre 2018 laisse sa place à une année 2019 qui semble chez Nvidia prendre le chemin de l’entrée de gamme… du moins pour l’instant.
NVIDIA vient de lâcher dans la nature les tous derniers pilotes 419.17 WHQL pour ses GPU. Au programme : corrections de bugs et support des nouvelles cartes GeForce GTX 1660 Ti.
Mieux vaut tard que jamais. En fuite caractérisée depuis des semaines, la GTX 1660 Ti se voyait vendredi après-midi officialisée par Nvidia au travers d’un communiqué de presse. Ce dernier ne nous apprend rien, ou presque, que l’on ne savait déjà, mais a le mérite de préciser les modalités d’entrée sur le marché de cette nouvelle puce en France.
Alors que l'arrivée des GTX 1660 et 1660 Ti sur le marché se concrétise peu à peu après avoir grassement alimenté les rumeurs ces derniers mois, le site spécialisé VideoCardz (via Tom's Hardware) prédit pour sa part le lancement prochain d'une GTX 1650. Cette dernière viendrait compléter l'entrée de gamme de Nvidia en remplaçant notamment la GTX 1050.
Un nouveau Benchmark, réalisé sur Ashes of The Singularity et publié sur Twitter, donne du relief aux performances supposées de la GTX 1660 Ti. Cette dernière serait à deux doigts d'égaler une GTX 1070, pour un prix calé à 279 dollars. La carte se placerait ainsi en remplaçante toute trouvée de la GTX 1060 pour les utilisateurs peu intéressés par la RTX 2060, son Ray-Tracing et son DLSS.
Annoncée en grande pompe lors de la conférence de NVIDIA au CES 2019, la petite dernière de la firme au caméléon est enfin disponible. La GeForce RTX 2060 promet de mettre à la portée des bourses plus modestes le rendu hybride, cette technologie mixant la rastérisation et le ray tracing en temps réel, ainsi que les technologies liées à l'IA, le DLSS en tête.
scroll top