Asus Mars II : la carte graphique qui valait 1400 euros

19 août 2011 à 06h00
0
0000005A02675238-photo-logo-asus-400-x-300.jpg
Bien connu des amateurs de composants PC, Asus s'est depuis des années déjà taillé une belle réputation sur le créneau des cartes mère et autres cartes graphiques. Alors que l'entreprise taiwanaise s'est depuis longtemps déjà diversifiée notamment dans le domaine de l'informatique mobile, elle n'oublie pas ses premières amours. C'est ainsi que nous voyons régulièrement apparaître des solutions haut de gamme signées Asus : récemment la carte mère Rampage III Black Edition nous avait laissé un bon souvenir.

Mais si une carte mère comme la Rampage III Black Edition est finalement une solution assez sage bien qu'évoluée et onéreuse, Asus propose également des solutions de l'extrême... On se souvient encore de cette GeForce 6800 à deux processeurs graphiques la fameuse EN6800GT Dual que nous avions à l'époque gentiment rebaptisée. Visiblement, l'idée de concevoir des cartes graphiques quelque peu extravagantes est toujours en vogue chez Asus. Récemment nous avions eu droit à l'ARES, une Radeon HD 5970 largement améliorée. Aujourd'hui Asus ajoute la Mars II à son catalogue.

Cette deuxième incarnation de la Mars regroupe sur une seule et même carte graphique physique, l'équivalent de deux GeForce GTX 580. Plus fort que la GeForce GTX 590, puisqu'ici les puces et la mémoire opèrent à des fréquences supérieures à ce qui est habituellement recommandé pour les GeForce GTX 580 !

Edition limitée, carte numérotée, prix à quatre chiffres, la Mars II est une carte graphique de rêve que nous vous proposons de découvrir ci-après.

01D1000004511654-photo-asus-mars-ii-vue-4.jpg


Remise en situation, Mars attaque !

Nous ne reviendrons pas ici sur les détails techniques des puces GF110 de NVIDIA plus connues sous le nom de GeForce GTX 580. Le sujet a déjà été abordé à de nombreuses reprises dans nos colonnes (voir notre dossier) et nous sommes pour mémoire en présence d'une architecture DirectX 11 avec 512 processeurs de calcul par puce.

La Mars II est composée de deux processeurs GF110. On pourrait penser qu'Asus prétendrait au titre de GeForce GTX 590 améliorée pour cette carte, mais il n'en est rien et on peut lire sur la boîte « GeForce GTX 580 SLI ». C'est quelque part logique, car comme nous le verrons, les fréquences et spécifications des puces constituant la carte sont légèrement au-dessus de la norme pour les GeForce GTX 580 et donc encore plus au-dessus face à une GeForce GTX 590.



Aux dimensions généreuses, la boîte dans laquelle est livrée la Mars II se compose d'un simple écrin de mousse dans lequel se loge la carte. C'est la déception sur ce point, car il n'y a pas si longtemps, Asus livrait son ARES dans une valisette métallique. C'était quand même autrement plus classe. Passée cette considération, la carte est accompagnée d'un certificat gravé au laser sur une plaque d'aluminium. Celui-ci comporte le numéro de la carte : en effet, le fabricant ne produira qu'un petit millier de cartes et notre exemplaire de test est le modèle... 530 !

Puisque nous évoquons l'emballage, prenons quelques instants pour décortiquer le contenu, hors carte : les accessoires sont peu nombreux avec un dongle SLI, un adaptateur VGA/DVI (des fois que vous branchiez un écran cathodique sur une carte aussi onéreuse), deux câbles en Y d'alimentation PCI-Express 6 vers 8 broches ainsi que deux morceaux de caoutchouc autocollant à positionner sur les slots PCI-Express (et PCI-Express seulement) avoisinant la carte pour aider à son maintien. On retrouve un rapide manuel, un CD de pilotes et un autocollant Republic of Gamers.

La carte : ses aspects extérieurs

Enorme. Voilà le seul qualificatif convenable pour cette Mars II dont le poids est de 2,4 kilogrammes (2370 grammes pour être tout à fait précis). Triple-slot, la carte dépasse tous les standards habituels. Largeur, longueur, hauteur... la Mars II semble battre tous les records à tel point que l'on se demande si elle rentrera dans notre boîtier de test ! 31,6cm de long, 6 cm de haut, 13 cm de profond !

000000FA04511656-photo-asus-mars-ii-vue-5.jpg
000000FA04511658-photo-asus-mars-ii-vue-6.jpg

Asus Mars II aux côtés d'une GeForce GTX 590


Notre Cosmos 1000 fut finalement assez spacieux pour l'accueillir, quant à la carte mère, une Maximus IV Extreme... elle a aussi tenu le choc. Reste l'exercice périlleux du vissage... pas simple avec les débords de la carte. Surtout dans notre Cosmos où les rebords de la paroi conjugués aux débords de la carte empêchent la fixation d'au moins une vis sur les trois.

Aux dimensions paranormales de la carte s'ajoute une alimentation électrique exigeant trois connecteurs PCI-Express 8 broches, rien que ça ! Chaque connecteur dispose de son témoin d'alimentation. Côté design, la carte ressemble à s'y méprendre à un bloc métallique rectangulaire, égayé par quelques sérigraphies sur le côté.



En ce qui concerne le système de refroidissement, on retrouve un système DirectCU propre au fabricant où les deux puces graphiques sont dotées d'un radiateur indépendant avec, pour chaque radiateur, quatre caloducs en cuivre de 8 mm d'épaisseur. Asus annonce un refroidissement d'une efficacité 20% supérieure au design de référence d'une GeForce GTX 590. Alors que les puces mémoire restent à nu, le tout est fiché dans un carter métallique avec sur la coiffe deux ventilateurs de 12 cm. Autorégulés, ceux-ci sont assez discrets au repos. En charge, naturellement, c'est une autre histoire, d'autant qu'Asus propose un bouton sur le côté de la carte permettant de faire passer instantanément la vitesse de ventilation à 100%.

015E000004511674-photo-asus-mars-ii-vue-11.jpg

A côté des connecteurs d'alimentation... un bouton de ventilation maximale


C'est pratique pour ne pas se soucier de la bonne ventilation des puces en overclocking intense mais extrêmement bruyant (83 dB(A) relevés à notre sonomètre pour une vitesse de rotation de 2450 rpm) ! Au repos, nos mesures nous donnent une température moyenne de 35° C pour les puces graphiques, celle-ci grimpant à 70° C en charge.

Autour de ces ventilateurs, on retrouve une décoration travaillée avec un revêtement usiné mélangeant les habituels codes couleur de la gamme Republic of Gamers : le rouge et le noir. Une chose est sûre, la Mars II inspire confiance niveau finition. Le dos de la carte profite également d'un revêtement métallique intégral, lui aussi frappé des logos du fabricant.

La carte : technique, particularismes, deux GPU et ça repart !

Réunissant deux puces graphiques GeForce GTX 580 pleinement fonctionnelles, la Mars II a recours à un PCB maison de couleur noir doté de 12 couches. La partie centrale du PCB est occupée par un étage d'alimentation littéralement gigantesque pour une carte graphique ! On dénombre 21 phases : chaque puce graphique dispose de 8 phases avec en sus 2 phases pour la mémoire, la dernière phase étant dévolue à l'alimentation du nForce 200. En théorie, la carte peut engloutir jusqu'à 525 Watts de puissance. Asus recommande à ce sujet de disposer d'une alimentation kilowatt.

017C000004513006-photo-asus-mars-ii-pcb-1.jpg

La carte mise à nue : un PCB impressionnant !


Du côté de l'étage d'alimentation, Asus utilise des composants sélectionnés de qualité « SAP ». Le marketing de la firme est passée par là pour cette abréviation signifiant « Super Alloy Power ». Ces composants sont censés résister à des chaleurs élevées, tout en s'échauffant de manière raisonnée avec une perte d'énergie très mesurée. Asus a également recours à des circuits Proadlizer pour stabiliser le courant arrivant à chaque GPU. Il est amusant de constater que quand Gigabyte utilise 5 de ces puces pour une seule puce GeForce GTX 580, Asus n'en utilise qu'une par processeur graphique, soit un total de 2 sur cette Mars II. Le placement au centre du GPU, au dos de la carte, serait selon Asus la solution idéale pour obtenir des Proadlizer la meilleure efficacité.

015E000004511672-photo-asus-mars-ii-vue-10.jpg

Composant Proadlizer pour stabiliser l'alimentation des GPU


Techniquement donc, et à l'instar de la GeForce GTX 590, la Mars II utilise un composant nForce 200 signé NVIDIA assurant la communication entre les puces graphiques et les arbitrages avec le bus PCI-Express notamment. C'est du reste sans grande surprise que la carte est vue comme deux GeForce GTX 580 par le gestionnaire de périphériques de Windows 7.

0000015404511388-photo-asus-mars-ii-informations-syst-me-nvidia.jpg

La Mars II vue par les pilotes NVIDIA


Les fréquences de fonctionnement de cette Mars II sont impressionnantes : 782 MHz par puce graphique, contre 772 MHz pour une GeForce GTX 580 conventionnelle et seulement 607 MHz pour une GeForce GTX 590. Asus est beaucoup plus sage en ce qui concerne la mémoire, avec 1002 MHz comme sur la GeForce GTX 580. Ça reste toutefois significativement supérieur à ce qui est proposé sur une GeForce GTX 590 ! Quant à la quantité de mémoire vidéo, elle reste là encore raisonnable puisqu'Asus propose 1,5 Go de mémoire GDDR5 par puce, soit les spécifications habituelles d'une GeForce GTX 580. Au total la Mars II dispose donc de 3 Go de mémoire vidéo (comme une GeForce GTX 590). Les composants utilisés sont ici signés Samsung.

 GeForce GTX 580GeForce GTX 590Radeon HD 6990Asus Mars II
InterfacePCI-Ex. 16x - Gen2PCI-Ex. 16x - Gen2PCI-Ex. 16x - Gen2PCI-Ex. 16x - Gen2
Gravure0,040 µ0,040 µ0,040 µ0,040 µ
Transistors3 Milliards3 Milliards (par puce)3 Milliards (par puce)3 Milliards (par puce)
T&LDirectX 11DirectX 11DirectX 11DirectX 11
Stream Processors512102430721024
Unités ROP48966496
Unités de texture6412819296
Mémoire embarquée1536 Mo3072 Mo4096 Mo3072 Mo
Interface mémoire384 bits384 bits256 bits384 bits
Bande passante192,4 Go/s327 Go/s320 Go/s394 Go/s
Fréquence GPU772 MHz607 MHz830 MHz (mode défaut)782 MHz
Fréquence Stream Processors1544 MHz1215 MHz830 MHz1564 MHz
Fréquence mémoire1002 MHz - GDDR5850 MHz1250 MHz - GDDR51002 MHz - GDDR5


Terminons ce tour d'horizon par quelques mots sur la connectique extérieure de la carte : on retrouve deux ports DVI, un connecteur HDMI et une prise DisplayPort. En sus la carte comporte un connecteur SLI sur sa tranche car oui, il est possible d'utiliser deux Mars II... en Quad SLI. A condition d'avoir le boîtier qui convient et l'alimentation... mais c'est une autre histoire!

0000014004511342-photo-asus-mars-ii-gpu-z.jpg

Asus Mars II vue par GPU-Z
Nous arrivons maintenant au cœur de ce dossier, à savoir les tests de performance. Voici la configuration utilisée :
00310184-photo-ordinateur-de-bureau-dell-dimension-3100c.jpg
  • Carte mère Asus Maximus IV Extreme (BIOS 1303),
  • Processeur Intel Core i7 2600K,
  • 4 Go Mémoire DDR3-1333 Corsair @ 1333,
  • RAID 0 Western Digital Velociraptor 600 Go
Sur cette plate-forme, nous testerons plusieurs cartes. Tout d'abord le GeForce GTX 580 de référence. Puis un SLI conventionnel de GeForce GTX 580. Nous ajouterons bien évidemment le GeForce GTX 590, la Mars II qui nous occupe aujourd'hui sans oublier la carte la plus rapide d'AMD : la Radeon HD 6990. Cette dernière est testée avec son BIOS le plus véloce à 880 MHz par puce.

Du côté des pilotes, nous avons utilisé les derniers disponibles au moment des tests à savoir les 275.33 pour NVIDIA et les 11.8 pour AMD, le tout sous Windows 7 Edition Intégrale 64 bits avec Service Pack 1. En ce qui concerne le protocole de tests, nous retenons des jeux récents que nous exécutons systématiquement avec les options les plus avancées.

3DMark 11 - Mode Extreme

04512322-photo-asus-mars-ii-3dmark-11.jpg

3DMark 11 propulse la Mars II en tête du classement. La carte devance notre SLI de GeForce GTX 580 avec des performances 5% supérieures. Face au Radeon HD 6990 d'AMD, on gagne tout de même 15% en performances. Quant à la comparaison avec une GeForce GTX 590 elle fait mal... surtout à cette dernière ! La Mars II est en effet 28% plus rapide.

Call Of Duty Black Ops - AA 8x AF 16x

04512324-photo-asus-mars-ii-call-of-duty-black-ops.jpg

En attendant Call Of Duty Modern Warfare 3, retour sous Black Ops. Le jeu est ici exécuté avec anticrénelage 8x et filtrage anisotropique 16x depuis ses options. Nous utilisons Fraps pour évaluer nos cartes. La Mars II d'Asus conserve la première place alors que la Radeon HD 6990 remonte en seconde position. Les puces graphiques de la Mars II opérant plus rapidement que les spécifications conventionnelles des GeForce GTX 580, c'est logiquement que la dernière-née d'Asus fait mieux que notre SLI de GeForce GTX 580 : avantage de 7% pour la Mars II. Face à une GeForce GTX 590, le gain est beaucoup plus impressionnant : 22%.

Dirt 3 - Ultra - AA 8x

04512328-photo-asus-mars-ii-dirt3.jpg

Le jeu de course Dirt 3 est exécuté avec l'anticrénelage activé en mode 8x s'il vous plait. La Mars II garde sa couronne alors que la Radeon HD 6990 vient la taquiner en s'adjugeant la seconde place. Face à notre SLI de GeForce GTX 580, les performances de la Mars II sont 9% supérieures. L'écart avec une GeForce GTX 590 est encore plus conséquent : 17% ! Et face à une simple GeForce GTX 580, la Mars II double les performances tout simplement.

STALKER - Call Of Pripyat - Ultra

04512334-photo-asus-mars-ii-stalker.jpg

On poursuit avec Stalker qui propulse la Mars II sur la première marche du podium. Petite différence, le SLI de GeForce GTX 580 récupère cette fois la seconde place alors que le Radeon HD 6990 est en retrait face au GeForce GTX 590. La Mars II d'Asus est ici 25% plus rapide que la GeForce GTX 590 en 2560x1600 alors qu'elle offre des performances 3% supérieures à notre SLI de GeForce GTX 580.

Unigine 2.1 - Heaven - Normal - AA 4x + AF 16x

04512336-photo-asus-mars-ii-unigine.jpg

Test synthétique par excellence, à l'instar d'un 3DMark, Unigine évalue les performances de nos puces graphiques en se basant essentiellement sur leurs aptitudes en géométrie et notamment en tesselation. La Mars II garde la pôle position tandis que le SLI de GeForce GTX 580 demeure seconde. Face à une Radeon HD 6900, la Mars II est 50% plus véloce. Comparée à une GeForce GTX 590, la carte brille encore avec des performances 25% supérieures. Mais face à un SLI GeForce GTX 580, c'est moins glop : seulement 3% de performances supplémentaires à porter au crédit de la Mars II.

Crysis 2 - DirectX 11 - Ultra

04512326-photo-asus-mars-ii-crysis-2.jpg

Quoi de mieux que Crysis 2, ici testé dans sa mouture DirectX 11, pour mettre à genoux les cartes les plus évoluées ? Nous utilisons Fraps pour nos mesures de performances. La Mars II reste en tête du classement suivie par le SLI de GeForce GTX 580. L'écart de performance entre les deux solutions reste minime. Naturellement face au GeForce GTX 590, la Mars II s'affiche comme 29% plus rapide, soit au passage le même écart qu'avec la Radeon HD 6990, les deux cartes étant ici à égalité. Face à une simple GeForce GTX 580, la Mars II est 84% plus rapide.

Metro 2033 - DirectX 11 - AA 4x AF 16x

04512332-photo-asus-mars-ii-metro-2033.jpg

Bien qu'ancien, Metro 2033 reste particulièrement éprouvant pour nos cartes graphiques dans son mode DirectX 11. Il faut dire que nous n'arrangeons pas les choses en activant anticrénelage et filtrage anisotrope. La Mars II reste la carte la plus rapide.. avec un infime avantage sur la Radeon HD 6990 qui termine deuxième de ce classement. Étrangement les performances SLI de nos GeForce GTX 580 s'effondrent en 2560x1600, et nous n'avons pas d'explication pour ce phénomène si ce n'est un bug des pilotes ? Face à une GeForce GTX 590, la Mars II est 23% plus rapide ! Face à une simple GeForce GTX 580, les performances de la Mars II sont trois fois supérieures... tout de même !

Tom's Clancy - H.A.W.X. 2 - 32x CSAA

04512330-photo-asus-mars-ii-hawx2.jpg

La version 2.0 du simulateur aérien H.A.W.X. fait massivement appel à la tesselation. Nous exécutons le titre avec un mode d'anticrénelage 32x dit CSAA depuis les options du jeu en lui même. Ce mode n'étant pas disponible sur les cartes AMD, nous ne faisons pas figurer leur score pour ne pas biaiser la comparaison. On retrouve en tête la Mars II qui coiffe au poteau, d'une courte tête, le SLI de GeForce GTX 580. Face à une GeForce GTX 590, la Mars II est 24% plus rapide. Et face à une GeForce GTX 580, les performances sont doublées, tout simplement.

Overclocking

Carte de tous les superlatifs, la Mars II reste overclockable. Bien sûr, alors qu'Asus a repoussé les limites du possible en faisant plus fort que NVIDIA avec la GeForce GTX 590, il ne faut pas nécessairement espérer des miracles en overclocking de cette Mars II. Nous avons tout de même pu atteindre les 850 MHz de fréquence pour chaque puce graphique et 1050 MHz pour la mémoire, le tout en air-cooling.

Nous avons utilisé pour cela l'excellent (n'ayons pas peur des mots) logiciel GPU Tweak du fabricant. Si la présentation du logiciel est un poil trop agressive à notre goût, on a la main sur un ensemble de paramètres : fréquence de chaque puce, voltage des puces, fréquence de la mémoire en plus d'un monitoring temps réel de différentes valeurs (température, fréquence, % de vitesse des ventilateurs). Et Asus se démarque de certains de ses camarades avec des options pratiques pour les utilisateurs avancés, comme la saisie des fréquences directement au clavier numérique (ça n'a l'air de rien, mais...) ou encore la sauvegarde de profils.

01B8000004511470-photo-asus-mars-ii-gputweak-2.jpg

Asus Mars II : un overclock réussi à 850 MHz


Nous avons bien sûr essayé d'aller au-delà des 850 MHz de fréquence GPU mais à 875 MHz la stabilité n'était plus au rendez-vous malgré un système de ventilation opérant à plein régime (nos pauvres oreilles s'en souviennent encore). Même constat pour la mémoire qui ne semble pas aller plus haut !

3DMark 11 - Extreme

04513760-photo-asus-mars-ii-oc-3dmark-11.jpg

Pour 3DMark 11 le gain obtenu par overclocking est appréciable puisque de l'ordre de 8%.

Crysis 2 - DirectX 11 -Ultra

04513762-photo-asus-mars-ii-oc-crysis-2.jpg

Sous Crysis 2, les bénéfices pratiques de notre overclocking sont variables 3% en très basse résolution, 9% en 1920x1200 et 6% en très haute résolution à savoir 2560x1600. Une variation peut être en partie due à la marge d'erreur induite par l'utilisation de Fraps.

Consommation

Comme à chaque fois que nous testons des cartes graphiques, nous avons vérifié la consommation électrique des divers protagonistes. Nous procédons à deux mesures : au repos, sur le bureau Windows, puis en charge avec un 3DMark 11 Extreme s'exécutant en 2560x1600. La mesure est effectuée à la prise, au moyen d'un wattmètre. Il s'agit donc de la consommation électrique globale de notre machine de test.

04518852-photo-asus-mars-ii-consommation.jpg


Sans grande surprise... le compteur s'affole ! La consommation de notre système dépasse les 600 Watts avec la Mars II ! C'est une vingtaine de watts de plus que ce que nous observions avec le SLI de GeForce GTX 580 ! Et face à la consommation globale affichée par notre système à base de GeForce GTX 580, on est pas loin de doubler la mise ! Pour un peu les 460 Watts de consommation relevés pour (au choix) notre Radeon HD 6990 ou notre GeForce GTX 590 sembleraient bien raisonnables !

Conclusion

00FA000004513008-photo-asus-mars-ii-pcb-2.jpg
Disons le tout de go, la Mars II n'a rien d'une carte graphique pour Monsieur tout le monde. Asus ne s'en cache pas et sait très bien que sa dernière folie est une vitrine technologique destinée à démontrer son savoir-faire et faire rêver les utilisateurs avancés, sa clientèle de prédilection sur le marché des composants. La meilleure preuve étant le nombre très limité d'exemplaires produits : à peine mille pièces... officiellement.

Le prix, la taille, la consommation, le poids, tout confine à l'extrême dans cette Mars II. Réunir deux GeForce GTX 580 à leur plein potentiel sans concession, et ce sur une seule carte, ne se fait pas sans mal ! Certes Asus propose avec la Mars II une carte techniquement supérieure à la GeForce GTX 590 qui prétendait déjà résoudre la quadrature du cercle. Mais non sans heurts ! 2,4 kilogrammes, plus de 600 Watts engloutis par notre configuration de test, trois slots monopolisés et un prix annoncé à quatre chiffres !

017C000004513010-photo-asus-mars-ii-pcb-3.jpg


Pour autant les performances sont au rendez-vous et la GeForce GTX 590 semblerait presque ridicule face aux capacités de cette Mars II. Sans grande surprise l'overclocking n'est pas forcément son terrain de prédilection, mais tel n'était pas le but.

Le but c'était d'en mettre plein la vue, et c'est assurément un pari gagné pour Asus. La carte bat tous les records... y compris celui du prix annoncé à 1368 euros TTC pour la France (en son temps l'ARES avait démarré sa carrière commerciale au même tarif). Naturellement à ce prix, la Mars II n'a rien de compétitif puisqu'un SLI de deux GeForce GTX 580 sera bien plus économique et délivrera les mêmes performances sans un certain nombre de nuisances. À défaut de pouvoir recommander l'achat de cette carte, nous ne pouvons que saluer le travail accompli par les ingénieurs d'Asus.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

L'application sécurisée Wire lève 21 millions de dollars
Gigabyte dévoile un moniteur gaming OLED de 48 pouces
Windows 10 KB5001330 : comment remédier aux problèmes critiques de cette mise à jour ?
Essai du Kia Sorento PHEV : que vaut le SUV sept places hybride rechargeable ?
Le nouveau Apple iPhone 12 (128 Go) à prix cassé avant le week-end
Chute de prix des écouteurs sans fil Samsung Galaxy Buds Pro (via coupon et ODR)
Le gouvernement a publié son rapport annuel sur les cybermenaces en France
Geely dévoile Zeekr 001, sa berline électrique dotée d'une autonomie de 700 km
Vous pouvez rechercher parmi les tweets d'une seule personne sur Twitter
Outriders : le patch pour empêcher la disparition d'inventaires est disponible
Haut de page