Peercoin : la cryptomonnaie en mode épargne

Par ,
le 23 février 2018
 
Vous connaissez déjà le Bitcoin et la blockchain, deux concepts qui font les gros titres depuis quelques années et qu'il est impossible d'ignorer lorsque l'on s'intéresse un peu aux nouvelles technologies. Vous connaissez aussi certaines de leurs petites sœurs comme l'Ethereum, le Litecoin et le Ripple. Mais connaissez-vous le Peercoin ?

Il aura fallu à la majorité d'entre nous un effort, parfois important, pour comprendre le concept même de cryptomonnaie et de blockchain, et ce n'est pas encore tout à fait clair pour bon nombre de gens. Mais alors que l'on découvre à peine les possibilités offertes par certaines de ces monnaies décentralisées - la gestion de propriété de l'Ethereum, l'instantanéité du Ripple etc. - d'autres concepts plus complexes découlant de la blockchain et de ses applications émergent, et demandent à leur tour un certain effort de compréhension pour être intégrés.

Notre but ici n'est pas d'entrer techniquement dans la complexité du sujet mais de vous parler de l'une de ces monnaies alternatives, altcoins comme les initiés les appellent, et de sa caractéristique d'épargne qui pourrait devenir un placement de demain.

peercoin


Le Peercoin et sa rémunération à 1% par an


Créée en 2012 et l'une des premières monnaies décentralisées dérivées du Bitcoin, le Peercoin (aussi appelé PPCoin) fonctionne sur un modèle similaire de blockchain et utilise le même algorithme de chiffrage que le Bitcoin, le SHA-256. Cela signifie entre autres choses que le matériel de minage est strictement le même pour les deux monnaies.

La principale différence se situe au niveau de la génération d'unités de compte, basée exclusivement sur un système « Proof of work » (« Preuve de travail ») du côté Bitcoin, et sur un mélange de « Proof of work » et de « Proof of stake » (« Preuve d'enjeu ») côté Peercoin.

Proof of Work et Proof of Stake : pour générer de nouveaux bitcoins, le réseau vous demandera d'effectuer des calculs mathématiques de plus en plus difficiles, c'est la méthode « Proof of Work ». Avec la méthode « Proof of Stake », la génération de peercoins se fait aussi en fonction de ce que vous possédez déjà et de leur ancienneté.


fotolia_191939755_subscription_xxl.jpg


Mieux qu'un Livret A donc, le Peercoin est effectivement conçu pour contrôler son inflation à un pourcentage fixé dans le code source du logiciel : 1%. Ces nouvelles unités de compte sont réparties entre tous les possesseurs de peercoins en fonction notamment de l'ancienneté de votre compte, et du nombre de peercoins possédés. Pour éviter que les plus riches remportent à chaque fois la mise, une variable aléatoire a été ajoutée à l'algorithme permettant même aux nouveaux de faire grossir leur capital grâce au « Proof of stake ».

Une cryptomonnaie encore méconnue


C'est la première monnaie cryptographique offrant une rémunération basée sur l'épargne, et comme elle est encore peu connue son cours est relativement bas : environ 3 euros à l'heure où ces lignes sont rédigées. Cela pourrait en faire la nouvelle star de demain pour les amateurs de placements, puisque le peercoin permet non seulement d'espérer un profit grâce à l'évolution de son cours, mais aussi grâce à sa fonctionnalité épargnante qui garantit à ses possesseurs une augmentation de capital régulière.

Si l'idée vous plait, intéressez-vous au Peercoin, ne serait-ce que pour satisfaire votre curiosité, mais n'oubliez pas que si vous décidez de vous en procurer, vous ne devriez investir que ce que vous pouvez vous permettre de perdre ! Comme pour tous les investissements, l'achat de cryptomonnaie comporte des risques.

Liens utiles :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top