Flash Player : Adobe comble une faille critique sur Windows, Mac et Linux

09 juillet 2014 à 09h52
0
L'éditeur Adobe vient de publier une mise à jour de sécurité pour Flash Player, visant à colmater une brèche permettant à un attaquant de prendre le contrôle à distance d'un ordinateur par le biais de certains sites Web populaires.

00FA000004436504-photo-logo-adobe-flash.jpg
Publié mardi 8 juillet, le nouveau bulletin de sécurité d'Adobe met en avant une faille de Flash permettant à un pirate de « prendre le contrôle du système infecté ». Selon l'expert en sécurité Michele Spagnuolo, l'un des points sensibles de cette brèche, c'est qu'elle permet à l'attaquant de contrôler les cookies d'authentification de milliers de sites Internet, dont certains, comme eBay , Instagram ou Twitter, sont très populaires. Si certaines plateformes ont corrigé elles-mêmes le problème en leur sein, comme YouTube, d'autres sont encore vulnérables à l'heure actuelle : l'application du correctif publié par Adobe règle le souci en le corrigeant sur l'ordinateur de l'internaute.

Si la faille n'a pas (encore) été exploitée selon Adobe, l'éditeur conseille fortement l'installation du correctif, valable sur Windows, Mac et Linux. La mise à jour est automatique dans certains cas, notamment pour les utilisateurs de Chrome ou ceux d'Internet Explorer sur Windows 8.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top