Wii : Nintendo poursuivi pour la Wiimote

Par
Le 11 décembre 2006
 0
0118000000413588-photo-interlink-wiimote.jpg
On s'attendait à ce que les premières poursuites concernent les accidents domestiques causés par les mouvements des joueurs... Finalement, c'est une histoire de brevets qui devrait prochainement conduire Nintendo devant les tribunaux, à moins que l'inventeur de la Wii ne cherche la conciliation. Une société baptisée Interlink Electronics vient en effet de lui intenter un procès : elle affirme que Nintendo viole l'un de ses brevets avec sa manette sans fil, la Wiimote. Interlink Electronics réclame donc des dommages et intérêts correspondant aux sommes qu'aurait dû lui verser Nintendo pour bénéficier de l'autorisation d'utiliser sa technologie.

Le brevet d'Interlink concerne un dispositif de commande à distance pour un ordinateur, équipé d'une commande directionnelle et de boutons d'action, dont la forme est effectivement suscpeptible d'évoquer par certains aspects le contrôleur sans fil de la Wii. Le propos des deux objets semble toutefois bien différent : l'un est conçu pour piloter à distance un ordinateur ou animer des présentations de type PowerPoint, alors que l'autre est un périphérique de jeu qui n'a pas pour objet d'être utilisé sur un ordinateur (même s'il est possible de le faire).

Remplie le 17 septembre 1997, la demande de brevet d'Interlink a été validée le 1er février 2005, quelques mois avant que Nintendo ne dévoile à la presse son nouveau concept de manette de jeu, qui allait devenir la Wiimote. Pour autant, les techniques évoquées par Interlink dans son brevet n'évoquent que modérément la Wii. Il est en effet question de l'utilisation d'un capteur sensible aux pressions, placé sur le dessus du périphérique schématisé ci-dessus, dont les informations seraient ensuite transmises à un ordinateur par le biais d'une liaison infrarouge. La détection de mouvement, point fort de la Wii, ne semble donc pas affectée.

Nous verrons maintenant si Nintendo prend le risque d'affronter Interlink devant un tribunal, ou si la firme au grand N choisit de régler ce litige à l'amiable, à l'aide de quelques millions de dollars...
Modifié le 20/09/2018 à 15h51

Les dernières actualités

scroll top