Pollution numérique : le Spam image prolifère

Par
Le 20 novembre 2006
 0
{PUB}Pollution numérique par excellence, le spam (ou envoi massif de publicités non-sollicitées par email) se « modernise » pour tenter de contrer les logiciels et autres filtres « » dédiés aux messageries électroniques.

Dernière invention en date des spammeurs, le « spam en images ». Le principe de ces nouveaux spams est simple, plutôt que d'envoyer un email composé de texte (qu'un filtre / logiciel pourra reconnaître en décortiquant et en analysant chaque mot et chaque caractère), les spammeurs envoient leurs publicités sous la forme d'un fichier image. Le but étant bien sûr de contourner les filtres anti-spam qui ne sont pas ou peu capable d'analyser « visuellement » le contenu et le message que peut faire passer un fichier image.

Pour résumer, le spam image contourne les analyses traditionnelles de contenu et de signature, et contient peu ou pas de texte, mais à la place un fichier .gif ou .jpeg avec une image. L'image contient le message indésirable sous forme de texte ou graphique. Proposé au format HTML, le courrier électronique contenant une image et non du texte, rend l'analyse de l'email par le filtre/logiciel anti-spam bien plus difficile.

Selon le Centre Opérationnel d'Identification des Menaces (TOC) d'IronPort (spécialiste de la sécurité informatique), le « spam image » a fait un bond de 421% en l'espace d'un an. Le volume mondial de spam est passé de 31 milliards de messages par jour en octobre 2005 à 61 milliards en octobre 2006, soit une augmentation de près de 100%. Le spam image a atteint un nouveau pic en octobre 2006, représentant désormais 25% du spam global, contre 4,8% en octobre 2005 (+421%).

00403045-photo-spam-image-exemple.jpg
Un exemple de « spam image »


En raison de la multiplication du spam image, la taille moyenne des spams est passée de 8,9 Ko à 13 Ko (+46%). La bande passante consommée par le spam est passée de 275 téraoctets (To) par jour en octobre 2005 à 819 To en octobre 2006, soit un quasi-triplement. A l'heure actuelle, plusieurs spécialistes liés à la lutte anti-spam peaufine leurs solutions pour lutter contre la nouvelle mouture de ce véritable fléau numérique qui touche aussi bien les professionnels que le grand public.
Modifié le 18/09/2018 à 15h07

Les dernières actualités

scroll top