ART : Les "brouilleurs" de portables bientôt dans les cinémas ?

Par Ariane Beky
le 07 décembre 2001
 0

L'Autorité télécom s’interroge sur l'utilisation de "brouilleurs", appareils permettant de rendre inopérants les téléphones mobiles dans les salles de spectacle

L'Autorité télécom s'interroge sur l'utilisation de "brouilleurs", appareils permettant de rendre inopérants les téléphones mobiles dans les salles de spectacle

L'Autorité de régulation des télécommunications (ART) va lancer une consultation avant d'autoriser l'utilisation d'appareils rendant inopérants les téléphones mobiles dans les salles de spectacles, en émission comme en réception.

Dans un communiqué, l'ART précise qu'une récente disposition législative a ouvert la voie à une telle pratique. Toutefois, il appartient à l'Autorité de définir les conditions techniques d'utilisation de tels systèmes.

Par la suite, la décision de l'ART sera elle-même soumise à l'homologation du ministre chargé des Télécommunications, Christian PIERRET.

L'ART demande aux différents parties concernés de lui faire part de leurs observations avant le 7 janvier 2002. A la suite de quoi, le projet de décision de l'Autorité sera soumis à la Commission consultative des radiocommunications (CCR), puis à la Commission européenne.

L'Autorité précise que compte-tenu des délais réglementaires, la mise en oeuvre du dispositif ne devrait pas se faire avant l'été 2002.

Mais attention aux gérants de salles de cinéma, de théâtre, et autres salles de concerts, d'ici là "l'utilisation de tels appareils reste interdite et passible, le cas échéant, de sanctions", précise l'Autorité de régulation des télécommunications dans un communiqué.

Pour mémoire : L'Autorité avait été amenée à s'exprimer, en juin 1999, sur l'utilisation de systèmes permettant de rendre localement inopérants les téléphones mobiles GSM, par le biais de "brouilleurs" ou de "filtres".

Arès concertation avec les différents acteurs intéressés, l'ART arrivait à la conclusion que de tels dispositifs ne pouvaient être autorisés en France.

Ces systèmes pouvaient remettre en cause les obligations des opérateurs en matière de permanence, de qualité et de disponibilité du réseau, ainsi que le régime en vigueur d'attribution des fréquences aux opérateurs...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Voiture électrique : Casino va installer des bornes recharge ultra-rapides dans ses magasins
Jour de la Terre : des images qui montrent la beauté de notre planète (mais aussi notre impact)
Technologies numériques : l'UE adopte un plan d'investissement à 9,2 milliards
Comparatif 2019 : Quel est le meilleur chargeur sans fil ?
Des pirates publient les données personnelles de milliers de policiers et d'agents du FBI
XIII, le shooter d'Ubisoft lancé en 2003, se paye un remake !
Oui.sncf marche fort et reste le premier site de e-commerce français
Des chercheurs ont réussi pour la première fois à
Une entreprise récupère les trottinettes de Lime et Bird... pour les leur
Un astronaute devenu différent de son jumeau après un voyage d’un an dans l’espace
Game of Thrones : HBO annonce l'ouverture d'un studio à visiter en 2020 en Irlande du Nord
Microsoft assure que ses data centers utiliseront 60% d'énergie renouvelable d'ici 2020
Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
scroll top