Les utilisateurs de portables se méfient-ils des logiciels espions ?

Par Ariane Beky
le 09 novembre 2004 à 00h00
0

93% des utilisateurs d’ordinateurs portables interrogés par Dynamic Markets n’ont pas conscience de la menace que fait peser les "spywares" sur leurs données.

93% des utilisateurs d'ordinateurs portables interrogés par Dynamic Markets n'ont pas conscience de la menace que fait peser les "spywares" sur leurs données.

Selon un sondage réalisé en octobre 2004 par Dynamic Markets, les utilisateurs d'ordinateurs portables semblent ne pas prendre les "logiciels espions" au sérieux.

93% des utilisateurs d'ordinateurs portables interrogés n'auraient pas conscience de la menace que fait peser les "spywares" sur leurs systèmes.

Seuls 7% d'entre eux donnent "une définition correcte" du logiciel espion, selon le commanditaire du sondage Websense, un éditeur de solutions de gestion et d'optimisation des usages de l'Internet dans l'entreprise.

Un "spyware" renseigne un serveur sur les habitudes de navigation web d'un internaute, à son insu, pour alimenter des bases de données commerciales.

74% des personnes interrogées par Dynamic Markets déclarent ne pas lire les conditions générales d'utilisation qui peuvent apparaître avant de télécharger un fichier ou un soft sur leur ordinateur portable professionnel. Par mégarde, un "spyware" pourrait être téléchargé lors de cette opération.

Sur le lieu de travail, près de 42% des individus concernés reconnaissent visiter des sites P2P d'échange gratuit de fichiers audio/vidéo/logiciels qui font peu de cas du respect des droits d'auteur et de la sécurisation des téléchargements.

"Les logiciels espions représentent une menace réelle. Il appartient aux entreprises européennes de faire respecter leur politique d'usage de l'Internet en milieu professionnel", a commenté Geoff HAGGART, vice-Président Websense pour la zone EMEA.

Le rapport "ELLS" ("European Laptop Liabilities' Survey") réalisé Dynamic Markets pour Websense est basé sur les réponses de 250 utilisateurs d'ordinateurs portables travaillant dans des entreprises installées en Allemagne, en France, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Les personnes interrogées étaient censées ignorer l'identité du commanditaire de Websense.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés :
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.
Sélection Clubic VPN 2019

Les dernières actualités

L'Inde veut lancer une station spatiale d'ici 2030
Fiat Chrysler signe avec ENGIE pour offrir des solutions de charges électriques en Europe
88% des Américains consultent leur smartphone en regardant la TV
Le navigateur gamer Opera GX est accessible en early access
Test Asus ROG Strix SCAR III : RTX 2070 et 240Hz pour un portable gamer d'excellence
Malgré des AirPods 2 peu novateurs, Apple maintient son avance sur le marché des écouteurs sans-fil
Les Etats-Unis auraient implanté des
L'UE s'attaque au trafic en ligne d'espèces sauvages
Amazon Game Studios se sépare discrètement de dizaines d'employés
scroll top