Un autre ver informatique s'infiltre dans Windows

0
Décidément les virus de type ver se font un plaisir à mettre les failles des logiciels de Microsoft dans la lumière !

Près d'une semaine après avoir signalé la présence du virus W32/Mimail@MM exploitant une faiblesse du navigateur web MS Internet Explorer, le numéro un mondial du logiciel doit faire face à un ver supplémentaire, selon l'institut SANS - SysAdmin, Audit, Network, Security (www.sans.org/index.php)

LoveSan, Blaster, ou MSBlaster, au choix, qui aurait commencé à se propager lundi aux Etats-Unis, semble se répandre à travers une faille du service Distributed Component Object, pour l'utilisation de composants logiciels via un réseau, de la fonction d'exécution de procédures sur un PC distant dans Windows 2000 et XP.

Le virus télécharge sur un PC des lignes de code informatique d'un ordinateur précédemment infecté, lignes qui lui permettront de se propager vers d'autres ordinateurs vulnérables, selon Johannes ULLRICH, Directeur technique du Internet Storm Center de SANS.

Le code contiendrait la phrase : "Bill GATES pourquoi rendez-vous ceci possible ? Arrêtez de faire de l'argent et arrangez votre logiciel", d'après le SANS.

Ce ver pourrait, selon certains spécialistes, mener une attaque de déni de service sur un site web tel que celui de Microsoft, à l'occasion, par exemple, du Labor Day week end aux Etats-Unis (16-17 août).

Un déni de service peut être provoqué par une seule machine ou par un ensemble de machines, dans ce dernier cas on parle de déni de service distribué (DDOS - Distributed Denial of Service). Il consiste en l'envoi simultané d'une multitude de requêtes vers un même site Internet, afin de le paralyser.

Toutefois, le ver peut provoquer l'arrêt de l'ordinateur de la victime "sans l'infecter", toujours selon Johannes ULLRICH. Quant aux fabricants d'antivirus, Network Associates et , ils estiment ce virus "faiblement à moyennement" dangereux.

Microsoft invite ses clients à se rendre sur www.microsoft.com/security/ pour télécharger les patches censés protéger leur équipement.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page