Broussard et 3DRealms ne sont pas à 500 000 $ près

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
20 septembre 2018 à 15h37
0
Suite à la publication des résultats de Take-Two, l'éditeur avait annoncé que le contrat le liant à 3D Realms avait été revu à la baisse. Ainsi, ce dernier ne devrait plus toucher « que » 4,25 millions de dollars en lieu et place des 6 millions initialement prévus (3,36 contre 4,75 millions d'euros) pour la sortie de Duke Nukem Forever.

Ce n'était cependant pas tout et afin de pousser 3D Realms à sortir le fameux jeu avant le 31 décembre de cette année, Take-Two se serait engagé à verser un bonus de 500 000 dollars (396 000 euros). Aujourd'hui et par l'intermédiaire de notre confrère GameSpot, George Broussard n'a pas vraiment réfuté ces deux informations.

Le président de 3D Realms a en revanche bien mis les choses au point. Il n'est pas question pour lui d'accélérer en quoi que ce soit le développement de son jeu. Son équipe n'est absolument pas motivée par cette somme : « We're certainly not motivated by that amount of money, after all this time, and getting the game right is what matters ».

Il explique par ailleurs que Duke Nukem Forever est entièrement financé par 3D Realms qui compte bien mener ce projet comme il l'entend et le terminer, quand il sera terminé : « We're making the game. It'll be done when it's done. We've funded 99.999% of the game (aside from a very, very small advance from GT Interactive, years ago, before Take 2 bought the game from them) ».

012C000000312726-photo-duke-nukem-forever.jpg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

IBM jette les ponts : plus d'AGP pour NVIDIA ?
Yahoo! lance son service de question/réponse
Une démo jouable pour  NFL Head Coach
Des précisions sur la norme HDMI 1.3
  War Front   : le tank Kharkov s'illustre
Les mises à jour Windows de Juin : à vos modems
  Glory Of The Roman Empire  : une démo française
Bêta 3 : Lightroom s’affine et se met au Web
GSC confirme la venue de  STALKER  début 2007
Piratage de logiciels : la situation continue de se dégrader en France
Haut de page