France : 47% de logiciels piratés en 2005

18 septembre 2018 à 15h03
0
La France mauvaise élève ? Comme chaque année, la Business Software Alliance (BSA) commande à l'institut d'analyses IDC une étude relative au piratage logiciel dans le monde. Comme chaque année, le constat fait par IDC et BSA est édifiant. Ainsi, pour l'année 2005 en France, 47% des logiciels seraient piratés, soit une augmentation de deux points par rapport à l'année précédente et un taux largement supérieure à la moyenne européenne.

Au niveau mondial, 35% des progiciels (logiciels professionnels) installés auraient été acquis illégalement selon BSA et IDC. Le manque à gagner serait de 34 milliards de dollars. Toutefois, BSA constate une évolution positive dans les pays émergents, traditionnellement grands adeptes du piratage logiciel, comme la Chine, la Russie, l'Inde ou les pays d'Europe de l'Est.

La France, en revanche, ne reçoit pas de félicitations. Le manque à gagner national, entraîné par ce taux de 47% de logiciels piratés, serait de 3,19 milliards de dollars, ce qui place la France à la troisième place au niveau mondial, juste derrière les Etats-Unis (taux de piratage de 21% seulement, et manque à gagner de 6,9 milliards de dollars) et la Chine (taux de piratage de 86%, manque à gagner de 3,9 milliards de dollars). « Les résultats constatés en France tiennent pour partie à la nature de son économie qui compte un grand nombre de petites entreprises, secteur où l'on constate un taux de piratage plus élevé que dans les moyennes et grandes entreprises. Par ailleurs, l'augmentation de 30% des accès haut débit entre 2004 et 2005 a également favorisé la croissance du piratage », explique BSA.

« Nous avons mené des campagnes d'information au cours de 5 dernières années pour alerter sur les risques du piratage : les responsables ne peuvent prétendre ignorer le caractère illégal du piratage et les risques qui y sont liés. Mais nous avons également constaté que près de 80% des français estiment que savoir que le piratage est puni ne les empêche pas de continuer à pirater. Au vu des résultats annoncés aujourd'hui, nous sommes prêts à reconsidérer notre approche : avoir une communication plus orientée sur les risques encourus, intensifier les contrôles et communiquer plus sur les jugements rendus », indique Eric Beaurepaire, directeur marketing chez et porte-parole de BSA France.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Deux portables SSD chez Samsung
Insolite : musique en ligne chez Starbucks ?
Quelques images de plus pour  Caesar IV
Trois kits DDR2 compatibles EPP chez Corsair
Sony BMG et les rootkits : épilogue ?
Une première carte mère AM2 chez Epox
OCZ annonce ses modules DDR2 avec EPP
Seagate digère Maxtor : 6000 licenciements
  Thieves Den  , du contenu pour  Oblivion
Socket AM2 : 29 processeurs sinon rien
Haut de page