Vente liée : au tour de Lenovo d'être condamné

le 06 février 2012 à 18h47
0
Le chinois Lenovo a été condamné le 9 janvier dernier pour vente liée d'un ordinateur et de logiciels. Il devra finalement verser près de 2 000 euros au plaignant, quatre ans après le début d'une longue procédure.

00A0000000385000-photo-bo-te-microsoft-windows-vista-business.jpg
L'association francophone des utilisateurs de logiciels libres (Aful) a rapporté la nouvelle lundi, se félicitant que la justice française condamne une nouvelle fois le principe de la vente liée dans l'univers de l'informatique. A la barre, on trouvait cette fois le fabricant de PC chinois Lenovo, qui devra rembourser au consommateur mécontent 120 euros pour la licence Windows et lui verser 800 euros de dommages et intérêts, ainsi que 1 000 euros au titre des frais de justice.

Comme souvent en matière de vente liée, l'histoire démarre alors qu'un consommateur envisage d'acquérir un nouveau PC. En 2007, Stéphane Petrus décide de s'offrir un portable de marque Lenovo, qu'il lui est impossible d'acheter « nu », c'est à dire dépourvu de tout logiciel. Il accepte donc une machine livrée avec Windows Vista, mais refuse de valider les conditions d'utilisation du système, et se tourne vers le fabricant pour en obtenir le remboursement. Face au refus de ce dernier, il choisit d'initier une procédure judiciaire.

Débouté une première fois en 2008 - le juge ayant alors retenu l'argument selon lequel le consommateur avait tout loisir de se tourner vers un autre fournisseur si l'offre de Lenovo ne lui convenait pas, il s'obstine et porte l'affaire devant la cour de Cassation qui, fin 2010, casse le jugement et renvoie le dossier en direction du tribunal de proximité d'Aix en Provence.

Dans son jugement (PDF), celui-ci retient la différence qui sépare un ordinateur « justiciable du droit classique de la propriété mobilière » d'une licence répondant à « un simple droit d'usage ». Il démonte également la comparaison usuelle selon laquelle acheter un ordinateur sans OS reviendrait à acheter une voiture sans pneus, en la déplaçant : « il conviendrait plutôt d'imaginer un vendeur de voiture qui outre le prix de cette dernière y ajouterait celui obligatoire d'un chauffeur ». L'accusation de pratique commerciale déloyale est donc retenue.

Tout en se félicitant de cette nouvelle condamnation, l'Aful rappelle de son côté qu'elle milite depuis des années pour que le gouvernement lève toute ambiguïté quant à l'interprétation qui peut être faite du code de la Consommation lorsqu'il s'agit de la vente conjointe d'un ordinateur et de logiciels. Elle y voit un bénéfice immédiat pour le consommateur.«  Pour rejoindre l'actualité, ce que nous demandons revient à faire ce que l'opérateur français Free a fait pour la téléphonie mobile. En découplant l'achat du téléphone (le matériel, l'ordinateur) de l'abonnement, l'opérateur a redonné de la liberté de choix aux utilisateurs tout en redynamisant la concurrence dans un domaine où régnait l'entente illicite entre opérateurs », conclut-elle.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Windows
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Jeff Bezos refuse de répondre à la lettre publique pour le climat de ses employés
L'éditeur de Firewatch lance Playdate, sa console de jeux indé de poche
La dégringolade continue : Panasonic aussi lâche Huawei
Atari : voici le joystick et la manette de la console néo-rétro Atari VCS
HP Omen lance sa gamme de périphériques gaming
Epic Games bloque les comptes d'utilisateurs ayant acheté trop de jeux pendant les soldes
WWDC 2019 : Apple donnera sa keynote le lundi 3 juin
La page de résultats de recherche Google va faire peau neuve !
Samsung : le nouveau module photo au zoom 5x entre en production
Le RGPD a 1 an, l'heure de dresser un premier bilan
scroll top