Test Huawei MateBook X Pro : un ultrabook tactile sans compromis

le 05 octobre 2018 à 16:27
 0
La note de la rédac
Présenté au MWC 2018, le MateBook X Pro de Huawei est aujourd'hui disponible en France. Cet ultrabook de 13,9" vient ainsi se caser pile entre le Dell XPS et le Surface Book de Microsoft... pour un tarif moindre. Un coup d'essai réalisé avec maestria pour le constructeur chinois, bien décidé à faire de 2018 son année de tous les succès.

Le marché des ordinateurs ultraportables est saturé. Tous les constructeurs ou presque disposent de leur solution pour combler les utilisateurs friands de performances et d'autonomie dans un produit aussi fin que léger. Huawei roule quant à lui sa bosse tranquillement avec sa gamme MateBook.

Le MateBook X sorti l'an dernier laissait déjà entrevoir de nets progrès en termes de finitions et de performances. Alors, quand le constructeur chinois a dévoilé son MateBook X Pro en février dernier, il a créé la surprise.

Tout fraîchement arrivé en France, nous avons pu mettre la main quelques jours durant sur le Huawei MateBook X Pro. Et n'en déplaise aux tatillons, nous n'avons bien que des éloges à faire.

Design et finitions


Fortement inspiré des MacBook d'Apple (ce que le nom de l'appareil ne laisse pas du tout suggérer...), le MateBook X Pro est un ultrabook tout d'aluminium vêtu de 30,4 cm de large sur 21,7 cm de long. Un petit format, donc, qui n'affiche que 1,33 kg sur la balance. Des dimensions très contenues qui lui permettent de ne pas dépasser les 14,6 mm d'épaisseur sur son côté le plus imposant.

MateBook X Pro - Test


Orné simplement du logo de la marque sur la face arrière de son écran, le MateBook X Pro se pose d'emblée comme un portable de grande qualité, aussi agréable à l'œil qu'au toucher.

Une fois le capot ouvert, c'est bel et bien l'écran qui vole la vedette à tout le reste. La dalle IPS de 13,9" occupe 91% de la surface du cadre, un record. Un taux d'occupation rendu possible par une astuce bien maligne de la part de Huawei : dissimuler la webcam sous l'une des touches du clavier. Un clic sur la touche correspondante permet de faire apparaître la caméra escamotable, qui livrera donc logiquement un angle de vue un brin moins flatteur que d'habitude.

Nous vous conseillons une hygiène nasale irréprochable avant votre prochaine téléconférence.

MateBook X Pro - Webcam

MateBook X Pro - Webcam
L'angle de la webcam n'est pas très flatteur


L'ordinateur est équipé d'un clavier de type chiclet particulièrement silencieux et agréable au doigt. La course est idéale, et permet sans mal d'aligner les heures de traitement de texte sans se fatiguer. On retrouve de part et d'autre du clavier les haut-parleurs Dolby Atmos qui - nous y reviendrons - produisent un son spatialisé très convaincant.

Dans l'angle supérieur droit du plateau, on trouve le bouton d'allumage de l'appareil, qui sert également de capteur d'empreintes pour le déverrouiller.

MateBook X Pro - clavier


Enfin, le MateBook X Pro embarque un trackpad de 12 cm de large sur 8 cm de hauteur. Son utilisation se révèle par ailleurs agréable, bien que les clics soient un peu trop bruyants à notre goût.

Un point sur la connectique : le MateBook X Pro dispose sur sa tranche gauche d'un port jack 3.5, et de deux ports USB-C Thunderbolt, dont un est réservé à la charge de l'ordinateur. Du côté droit, on retrouve avec plaisir un port USB 3 Type-A, particulièrement utile pour ne pas avoir à se promener en permanence avec des adaptateurs (coucou Apple).

MateBook X Pro - connectique


Sous le capot, la belle mécanique


Le MateBook X Pro ne brille pas qu'à l'extérieur. La fiche technique de l'ultrabook de Huawei répond parfaitement à ses ambitions d'ordinateur dédié à la bureautique. Mieux, elle permet même de jouer à quelques jeux vidéo sans avoir à faire trop de sacrifices techniques.
  • Processeur Intel Core i5-8550U, ou I7-8250U
  • Carte graphique Nvidia GeForce MX150 avec 2 Go de GDDR5, ainsi qu'un chipset Intel UHD Graphics 620
  • 8 Go ou 16 Go de RAM LPDDR3 cadencée.à 2133 MHz
  • SSD de 256 Go
Pour ce test, c'est la version i5/8Go qui nous a été fournie par Huawei.

L'écran : son meilleur argument


On l'a déjà écrit, et on le répète : le meilleur argument du MateBook X Pro est incontestablement son écran. Affichant du 3000 x 2000 pixels sur un ratio 3:2, il est parmi les plus agréables que nous avons pu tester. Mieux : il se paie le luxe d'être tactile.

MateBook X Pro - Écran


Dans les faits, cette fonctionnalité se montre peu pratique. L'ordinateur n'étant pas hybride, il est impossible de s'en servir comme d'une tablette. Cela peut servir, à la rigueur, lorsque vous devez montrer quelque chose sur votre ordinateur à un collègue, et donc vous déplacer avec votre laptop dans les bras.

Grâce à son contraste de 1500:1, la lisibilité est exemplaire et les longues sessions de travail se déroulent sans qu'aucune fatigue oculaire ne vienne s'en mêler. Du point de vue colorimétrie, le constat est le même et les couleurs semblent toujours justes - sans jamais sursaturer ou, au contraire, paraître trop ternes. Vous l'aurez compris, aucun réglage n'est nécessaire : Huawei livre ici un écran d'excellente facture clé en main.

Performances : un ultrabook vraiment polyvalent


On le sait : le MateBook X Pro se destine avant tout à la bureautique. Et à ce jeu-là, il est bien difficile à épuiser. L'ordinateur s'allume en 12 secondes chrono (ouverture de session comprise), et se montre ultra réactif pour la moindre interaction. Ouvrir un navigateur internet, plusieurs onglets et faire tourner plusieurs logiciels comme Spotify, Word et Discord ne lui posera absolument aucun problème, ni de chauffe, ni d'autonomie.

Sur ce point par ailleurs, il faut bien avouer que Huawei tient ses promesses. Sur son site, le constructeur indique une autonomie de 12 heures de lecture vidéo. En usage normal, c'est à dire bureautique, nous avons pu mesurer une autonomie d'environ 11 heures, ce qui n'est pas si loin du compte.

Pour arriver à ce constat, nous avons simplement utilisé le MateBook X Pro comme on utilise un ordinateur personnel. Autrement dit avec Firefox (en moyenne 6 onglets), Word et, occasionnellement, Spotify en fond sonore. Le midi, pause Netflix avec un épisode d'environ 50 minutes, puis rebelote l'après-midi avec une utilisation bureautique.

Notez qu'en prise de notes simples (à la fac par exemple), il doit être possible de pousser la durée de vie de l'appareil encore plus haut en désactivant le Wi-Fi.

Mais, comme nous l'écrivions plus haut, si le MateBook X Pro se destine avant tout à la bureautique, il n'oublie pas d'être polyvalent pour autant. Après tout, il ne dispose pas d'une carte graphique dédiée pour rien, le bougre. Nous avons donc installé Overwatch (loin d'être le jeu le plus gourmand du moment) afin de vérifier s'il permettait de jouer confortablement.

La réponse est indéniablement oui, et même au-delà de nos espérances. En optant pour la résolution native de 3000 x 2000 et en laissant les graphismes sur Moyen, nous avons pu jouer plusieurs parties avec un taux d'images par seconde moyen compris entre 50 et 65. En baissant la résolution à 2048 x 1152 et poussant les graphismes en Elevé, le jeu tourne autour des 40 fps. Il est donc tout à fait possible de jouer à des jeux vidéo si l'on est prêt à concéder quelques dégradations graphiques.

MateBook X Pro - Overwatch
Overwatch se joue sans peine en qualité moyenne


Néanmoins, il va sans dire que, de par sa conception, la chaleur ainsi produite aura bien du mal à se dissiper. Après 3 parties, l'ordinateur est devenu assez bruyant, et Speedfan indiquait que la température du GPU était montée à 66°C. Ce n'est pas grand chose lorsqu'on a une tour bien aérée et une carte graphique bardée de ventilateurs, mais plus problématique sur un ordinateur portable unibody comme le MateBook X Pro. À consommer avec modération, donc.

Enfin, la partie sonore de l'appareil est proposée par deux haut-parleurs Dolby Atmos qui proposent un rendu spatialisé tout à fait convaincant, offrant une qualité sonore semblable à ce que propose Apple sur ses derniers MacBook Pro.

MateBook X Pro : le verdict de Clubic


Incontestablement bon, le MateBook X Pro de Huawei est un exemple d'équilibre. Visuellement très agréable, l'appareil étonne par la surface occupée par son écran (91%), et par la qualité de celui-ci. Doté d'une bonne autonomie d'environ 10 heures selon les usages qui en sont faits, il coche toutes les cases du bingo réservé aux ultrabooks de compétition.

Et parce qu'il ne fait aucun compromis, le MateBook X Pro vous permettra même de jouer à quelques jeux vidéo, pour peu que vous raisonniez la durée de vos sessions. La carte graphique dédiée permet de jouer à Overwatch sans mal en qualité moyenne, mais fera rapidement grimper le mercure de votre ordinateur.

En définitive, Huawei signe ici un excellent appareil dont on peine à discerner les défauts. Allez, citons-en quelques-un : l'écran est tactile, mais l'appareil est inutilisable en mode tablette ; les clics du trackpad sont un peu bruyants ; la position de la webcam offre un angle de vue peu engageant. Pas certain que ces quelques détails viennent refroidir les plus convaincus qu'il s'agit-là d'un appareil d'exception. Ce qu'il est.

Le Matebook X Pro est disponible dans sa version i5-8250U à partir de 1499€ et avec un i7-8550U et 512Go d'espace de stockage à partir de 1999€.

MateBook X Pro

Les plus
+ Écran
+ Finitions
+ Son
+ Polyvalent
Les moins
- Tactile, gadget
- Angle de vue de la webcam
4.5
Écran
Autonomie
Design et légèreté
Performances
Audio




Plus que jamais, le PC portable s'impose comme l'outil informatique de nos foyers, mettant aux oubliettes la bonne vieille tour fixe et permettant une utilisation plus polyvalente. De nombreuses catégories et caractéristiques existent, mais la rédaction vous guide pour trouver l'ordinateur convenant à vos usages et votre budget.

Modifié le 09/11/2018 à 15h21
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Tests produit

Après un transitoire et oubliable Galaxy S9, Samsung souffle les 10 premières bougies de sa gamme flagship avec pas moins de trois modèles au magnétisme certain.
Après une année 2018 catastrophique en termes de ventes, la division mobile de Sony est entrée en profonde introspection. Au sortir de cette remise en question naquirent les Xperia 1 et Xperia 10 : représentants respectifs du haut et de la moyenne gamme du constructeur.
On se souvient de Metro 2033 comme d'un FPS narratif inattendu. Original de par son contexte post-apocalyptique dépaysant, et épatant par ses prouesses techniques, les ambitions du studio 4A Games se heurtaient néanmoins à la muraille de la jouabilité et d'une optimisation aléatoire. Après un deuxième épisode intitulé Last Light sorti en 2013 et s’émancipant légèrement des livres de Dmitri Glukhovsky, le studio ukrainien s'est accordé une réflexion salvatrice sur la suite des aventures d'Artyom. Six ans plus tard, nous voici en présence de Metro Exodus : le jeu-somme des ambitions et des rêves concrétisés… mais aussi des vieilles blessures non pansées.
NVIDIA déboule dans votre salon avec la Shield Android TV, un boîtier à mi chemin entre console de jeux vidéo Android et box média. Un succès sous Android TV ?
Nous avons essayé le nouveau test de 3DMark, visant à mesurer l'impact du DLSS de NVIDIA, sur le test Port Royal. En mettant les deux vidéos cote à cote, l'impact du DLSS est impressionnant, autant sur l'amélioration de l'image, que sur la fluidité accrue. Le test est exécuté en 1440p sur une GeForce RTX 2080 FE.
Si la sortie de Apex Legends a été abondamment commentée dans la presse, c'est moins parce qu'il s'agit d'un énième Battle Royale que parce qu'il est signé de Respawn Entertainment. Les auteurs de la licence Titanfall ont pris tout le monde de court en publiant mardi 4 février, toujours sous l'égide d’Electronic Arts, leur interprétation du mode de jeu du moment. Le FPS compétitif free to play prend d'ailleurs racine dans le même terreau que les Titanfall originels, en oubliant pourtant au passage ce qui en faisait l'essence : les méchas. Alors que reste-t-il à cet Apex Legends, amputé qu'il est de ce qui aurait pu contribuer à en faire autre chose qu'une addition surnuméraire à l'édifice Battle Royale ?
La dernière fois que Capcom a mis les mains dans le cambouis pour offrir à l’un de ses rejetons une refonte graphique, c’étant en 2002, avec Resident Evil premier du nom. Les plus âgés d’entre nous (disons les plus sages, ça passe mieux), se souviennent encore de la claque que ce remake Gamecube (!) leur avait infligée, six ans seulement après l’original. Un doux sentiment de nostalgie, qui peut désormais s’étendre à Resident Evil 2, dont ce remake ne rend pas seulement justice à son illustre modèle : il le dépoussière pour le porter aux nues des nouvelles générations qui - diantre - ne l’ont sans doute pas connu.
Sur la scène de la Salle Pleyel, où il est venu présenter le Honor View 20 en grande pompe à un parterre de journalistes du monde entier, George Zhao, président d’Honor, l’a répété plusieurs fois : "nous voulons créer une nouvelle référence pour les smartphones de 2019". La marque ne manque pas d’ambition, mais a-t-elle les moyens de les réaliser ?
Après les Oppo Find X, Honor Magic 2 et autre Vivo Nex S, c’est à Xiaomi d’entrer dans la danse du smartphone à slider. Des premiers pas qui sont tout sauf hésitants, et qui prouvent que le quatrième constructeur mondial a bien révisé sa chorégraphie avant de s’avancer sur le devant de la scène.
Grignoter des parts de marché sur le segment de l’ultra haut de gamme n’empêche pas Huawei de continuer à se positionner sur des tranches plus accessibles. Preuve par l’exemple avec cette nouvelle édition du P Smart, qui s’attaque frontalement aux Honor 8X, Honor 10 Lite et Xiaomi Mi 8 Lite.
Le japonais Audio-Technica fait partie des références du casque audio, sous toutes ses formes et pour tous les usages. Plutôt que de partir d’une feuille blanche, Audio-Technica a décliné l’un de ses produits phares. Le ATH-M50xBT est la version Bluetooth dérivée d’un casque de studio de la marque. Ou comment bénéficier de la qualité audio professionnelle partout où vous allez.
31/12/2018 | Casque audio
Avec son nouveau clavier Vulcan AIMO, Roccat tente le pari de proposer son propre switch, le Titan. Selon la marque, ce dernier serait "20% plus rapide" que ceux de la concurrence... au point qu’en pressant une touche en même temps qu’un autre joueur, "votre action serait enregistrée en premier". S’il est difficile de vérifier cet argument, nous l’avons essayé tant en jeu qu’en bureautique pour voir si ce nouveau clavier Roccat était un bon clavier gaming.
29/12/2018 | Tests produit
Apple et ses iPhone XS et XR, fait face à une concurrence acharnée, les constructeurs asiatiques en tête : Samsung, Huawei, OnePlus et Google avec son Pixel 3. Et ce n'est pas en cette fin d'année que les choses se sont calmées. En effet, le dernier trimestre a été marqué par de nombreuses sorties : OnePlus 6T, Huawei Mate 20 Pro et tant d'autres. Depuis le reboot clubic, nous nous sommes efforcés de tester en profondeur les produits qui le méritaient.
25/12/2018 | Smartphone
Avec son Osmo Pocket, DJI entend bien proposer une caméra 4K sur nacelle stabilisée, dans un format ultra-compact. C'est bien simple : elle tient dans la poche ! Nous avions pu la prendre en main dans les rues de New York juste après son annonce, aujourd'hui nous vous proposons un test complet pour voir si le nouveau joujou de DJI tient toutes ses promesses.
19/12/2018 | Tests produit
scroll top