Comment regarderez-vous la Coupe du monde en 2018 et au-delà ?

04 juillet 2014 à 15h04
0

Cinq pistes pour l'avenir (2/2)

La 3D lenticulaire

Survivance du feu de paille de la 3D stéréoscopique, la 3D lenticulaire se veut le remède aux maux de 2010 : cette fois, pas besoin de lunettes pour voir en relief ! La technologie date au moins de 1987, et sert déjà dans l'industrie du jeu vidéo, notamment avec la Nintendo 3DS, mais c'est peu dire qu'elle a été reçue froidement. De nombreux joueurs désactivent l'affichage stéréoscopique en raison de la fatigue oculaire et des maux de tête qu'il génère, et Nintendo a dû sortir une Nintendo 2DS dans la foulée pour rassurer les parents inquiets.



Les industriels que nous avons interrogés ne sont guère plus emballés par le principe. « La 3D lenticulaire, je n'y crois pas du tout, écarte même Luc Saint-Elie, de Panasonic. Des fenêtres de lancement, dans une vie, il n'y en a pas vingt-cinq, et la 3D a raté la sienne. La vérité, c'est qu'on s'est fait enfumer par Hollywood, qui nous a promis monts et merveilles parce qu'ils y voyaient un bon moyen d'endiguer le piratage, mais le contenu n'est jamais venu, à l'image de la chaîne Canal+ 3D, qui a été annulée. Aujourd'hui la 3D, ça n'intéresse plus personne. »

[[S7472491W400 Retransmettre la 3D en haute définition, c'est possible avec la 4K et a fortiori la 8K.
Mais avec ou sans lunettes, la stéréoscopie n'a pas que des amis. (Crédit : DeadSpin)]]

00C8000007472493-photo-coupe-du-monde.jpg
La société française Alioscopy
crée des écrans lenticulaires
depuis 1987 (Crédit : Alioscopy)
Même si plusieurs constructeurs et opérateurs tentent toujours d'améliorer la technologie pour arriver à quelque chose de plus confortable, l'attente n'y est plus. « La 3D était une expérience disruptive, avec une véritable prise de risque au niveau de l'accueil par les consommateurs. La 3D risque de revenir avec la 3D lenticulaire, mais il y aura toujours quelque chose de gênant », reconnaît ainsi Boris Felts, d'Envivio, une société d'encodage vidéo franco-américaine. D'autant plus que les écrans de ce genre demandent au spectateur d'être pile face à lui - une expérience pas franchement compatible avec une soirée de Coupe du monde entre amis. À la R&D d'Orange, Stéphane Pateux le reconnaît : « des systèmes de rendu à base de réseau lenticulaire sont tout à fait envisageables en 2018 sous la forme de démonstrations, mais garderont une qualité d'expérience limitée. » HBS a déjà expérimenté la 3D en 2010, il faudrait un impressionnant changement de tendance pour que l'affichage lenticulaire ait droit à pareil retour en sainteté.


L'holographie

Des hologrammes à taille humaine, les spécialistes de la communication vidéo savent déjà faire. Mais la prise de vue multiscopique n'est pas mûre. (Crédit : 3H Prod)


L'éternel fantasme geek ! La bonne nouvelle, c'est que la technologie existe déjà - en tout cas dans l'industrie du show business, comme l'a montrée la résurrection de Michael Jackson au printemps dernier. Mais gare au fantasme. « Le problème, c'est que les gens imaginent quelque chose qui n'existe pas, l'holographie à la façon de Star Wars, avec l'acteur qui est projeté dans le vide. En réalité, on est aux antipodes de ça : la technologie est encore rudimentaire, et nécessite un support, type écran, paroi, etc. Mais projeter dans l'air, on ne sait pas faire », déclare Christophe Chazel, PDG de 3HProd.

Plus proche de la réalité, ce spécialiste des solutions techno pour les professionnels travaille avec des Dreamoc, des pyramides holographiques permettant d'afficher un objet en 3D dans un espace confiné. Mais les limites de la technologie demeurent réelles. D'un pur point de vue pratique, elle ne permet pas d'afficher d'arrière-plan. « Les matchs en holographie, ça ne sert à rien : c'est bien pour faire flotter une image, mais d'aucune utilité pour le football », prévient ainsi Christophe Chazel.



00C8000007472497-photo-coupe-du-monde.jpg
La définition d'image est également assez grossière, ce qui évacue la possibilité d'afficher de nombreux éléments détaillés en même temps, a fortiori sur un plan large comme celui d'un terrain de football. Comme le résume Stéphane Pateux, responsable du domaine de la recherche expérience clients et terminaux Orange R&D, « le Graal d'un système holographique (nombre de points de vue quasi infini) est encore difficile à envisager à l'horizon 2018 du fait des travaux encore à mener sur les dispositifs d'acquisition et de restitution, mais coté restitution, de nombreux progrès ont été fait récemment. » Imaginer des jeux vidéo de tennis en holographie, ou des reconstitutions d'actions de but en gros plan en 3D, c'est pour l'instant possible, mais pas de match de football en vrai. « Une retransmission en direct d'un évènement semble ainsi inenvisageable », continue Stéphane Pateux. Et pourtant...

Ce ne sont pas les envies ni les ambitions qui manquent. En 2010, le Japon s'était même engagé auprès de la FIFA à développer la retransmission de matchs sous forme holographique si le pays était choisi pour accueillir la Coupe du monde 2022. Le projet, baptisé « Universal Fan Fest », prévoyait 200 caméras 360° et HD, et une projection holographique en direct dans 400 stades du monde. C'était avant que celle-ci ne soit accordée au Qatar. L'infrastructure est lourde, mais ce serait un projet au long terme fascinant pour HBS.

[[S7472525W400 La Coupe du monde 2022 retransmise en hologrammes dans 400 stades en direct,
c'était l'une des promesses du Japon.]]




La réalité virtuelle
00FA000007472531-photo-coupe-du-monde.jpg
Virtual Research, leader des HDM
(Crédit : Virtual Research)



Depuis le rachat par Facebook d'Oculus VR, la start-up à l'origine du casque de jeu Oculus Rift, la réalité virtuelle est l'un des mots à la mode de l'année 2014. Ce n'est pas la première fois dans l'histoire de la high-tech, et cette technologie qui renaît aujourd'hui ouvre des perspectives alléchantes à terme. « Dans les salons professionnels, on commence à voir des prototypes, et on peut s'imaginer dans plusieurs années, projeté sur la pelouse, au milieu d'un match, en immersion totale », suggère ainsi Christophe Chazel avec enthousiasme.


La société 3D4U a développé en février dernier une solution d'affichage à 360° pour les diffusions de football américain. (Crédit : 3D-4U).



La société américaine 3D-4U travaille ainsi sur des systèmes de retransmission avec contrôle de l'angle de vue à 360°, grâce à une manette de type jeu vidéo et un écran mobile - type tablette, smartphone ou encore casque. Il est ainsi d'ores et déjà possible, à titre expérimental, de suivre un match de football américain en immersion complète, souvent dans des résolutions inférieures à la haute définition - du moins la technologie est prête, à défaut d'être grand public.

0190000007472533-photo-coupe-du-monde.jpg
Des premières expériences de retransmission en immersion totale ont été menées ce printemps aux Pays-Bas. (Crédit : 3D-4U)


Un essai privé a même été réalisé lors du match de football entre l'Ajax Amsterdam et le FC Twente en avril dernier à l'Amsterdam Arena. Pour étendre cette expérience au grand public, il faudrait toutefois une diffusion multiflux et dans des résolutions plus élevées que ne le proposent les prototypes actuels - et donc, une infrastructure réseau plus rapide qu'actuellement. Autre défaut, ce système fascinant ôte aux soirées entre amis une part de leur convivialité, et a pour principal défaut de s'adresser davantage aux geeks qu'au grand public. Enfin, l'absence totale de norme ou de standard interdit toute concrétisation commerciale massive avant longtemps. Un handicap massif et rédhibitoire à court terme pour HBS, quand on sait que d'autres standards sont actuellement prêts, focalisent l'attention de l'industrie, et s'inscrivent eux-mêmes dans du long terme.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Porn : Macron veut
Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Tesla Cybertruck, l’impressionnant pick-up électrique venu d’ailleurs
La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Droit voisin : des éditeurs de presse français portent plainte
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top