Les processeurs de 10ème génération d'Intel plus efficaces en mode économie d’énergie ?

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
16 mars 2020 à 19h13
0
Intel-CPU.jpg
© Intel

Intel se trouve dans une situation un brin cocasse : devoir expliquer pourquoi, dans certains cas, ses processeurs de 10ème génération Ice Lake-U sont plus efficaces en mode économie d'énergie qu'en boost sur laptop. Une étrangeté qui devrait être corrigée prochainement.

En décembre dernier des utilisateurs de Linux découvraient une anomalie quant à la gestion de la puissance de calcul GPU sur les nouveaux processeurs Intel Ice Lake-U, gravés en 10 nm. Le problème ? Leur framerate était plus élevé en mode économie d'énergie qu'en boost. Mardi dernier, Francisco Jerez, un développeur d'Intel, publiait une nouvelle note de patch (la deuxième) visant à expliquer le phénomène.


La gestion du TDP à la racine du problème... Mais pas uniquement

Comme l'indique ArsTechnica, une partie du problème réside dans le décalage entre les capacités du sous-système I/O (input/output) et celles du processeur. En clair, si l'I/O de votre appareil n'est pas en mesure de fournir des données à traiter suffisamment vite, booster le processeurs n'aura aucun effet sur les performances finales.

Reste que la conception même d'un processeur basse consommation, induit un seuil de surchauffe vite atteint. Une fois ce seuil passé, les performances de l'appareil sont automatiquement rabaissées pour préserver les composants et éviter de trop sacrifier l'autonomie. Dans le cas des processeurs Intel Ice Lake-U, les fréquences auraient tendance monter trop haut en situation de charge, avec des conséquences immédiates sur les performances et l'efficacité énergétique.

« Avec les contrôleurs actuels [...] la fréquence du CPU a tendance à osciller avec la charge, souvent avec une amplitude bien supérieure à celle du turbo, ce qui réduit considérablement l'efficacité énergétique », explique notamment Francisco Jerez.


L'iGPU plus efficace lorsque le CPU reste au frais

La chose est d'autant plus problématique en jeu, puisque la partie GPU intégrée au processeur (iGPU) fonctionne alors à plein régime. Si au préalable le mode boost a été inutilement activé pour la partie CPU x86, alors le TDP alloué est dépassé, ce qui provoque une baisse automatique des fréquences (surtout sur la partie GPU qui est la plus utilisée). La conséquence est simple : des performances en moins. C'est ainsi qu'activer le mode économie d'énergie force le processeur à moins travailler et ménage les fréquences. La surchauffe n'étant plus de la partie, le framerate final est par conséquent meilleur.

Une incohérence qu'Intel cherche à corriger quoi qu'il en soit. Avec un nouveau patch, le groupe espère parvenir à mieux maîtriser les fréquence et réadapter ces dernières aux différents types d'utilisations. La prochaine mise à jour d'Intel serait ainsi capable d'améliorer de près de 15 % les performances, tout en faisant grimper de plus ou moins 43% le ratio performances / watts. Affaire à suivre.

Source : ArsTechnica
Modifié le 16/03/2020 à 19h14
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
scroll top