Intel exploite pour la première fois son nouveau SoC Quark

le 03 octobre 2013 à 15h14
0
00C8000006681674-photo-intel-quarck.jpg
Intel a présenté lors du dernier IDF son nouveau SoC prévu pour l'Internet des objets. Une puce qui s'affiche pour la première fois sur une plateforme de développement.

Alors qu'Intel est resté très évasif concernant les détails techniques de ce SoC lors de sa présentation par Brian Krzanich, le nouveau président-directeur général d'Intel, nous en savons aujourd'hui davantage.

Pour rappel, Quark est une puce x86 qui utilise le jeu d'instructions du Pentium (probablement de classe P54C), et dont l'architecture se rapproche de celle d'un 486 DX, comme le souligne nos confrères de Hardware.fr. Cette puce vient compléter l'offre d'Intel en termes de system on a chip, jusqu'alors constituée de l'Atom et ses nombreuses déclinaisons. L'ambition d'Intel ? Se déplacer sur tous les fronts, y compris sur celui de l'ultra-mobilité, terrain de jeu favori de ARM.

0190000006681772-photo-intel-quarck.jpg


Quelles sont les armes (sans mauvais jeu de mots) de ce Quark en la matière ? Pour son X1000 (le seul annoncé pour le moment), Intel annonce un TDP compris entre 1,9 et 2,2 Watts et un die de 15 mm de côté. Ce SoC est doté d'un unique cœur monothreadé, gérant les instructions sur 32 bits selon un process out-of-order, et fonctionnant à la fréquence de 400 MHz (sachant que cette fréquence peut être divisée par 2 ou 4 lorsque la puce est faiblement sollicitée). Il est équipé d'un cache L1 de 16 Ko et dispose d'une mémoire embarquée de type SRAM d'une capacité de 512 Ko.

Le X1000 prend en charge la mémoire de type DDR3, alors que son bus est limité à 800 MTS (pour millions de transferts par seconde). Côté gestion entrée / sortie, le nouveau SoC d'Intel supporte l'USB 2.0, un lecteur de micro-SD, l'Ethernet 10/100 Mbps, mais aussi l'interface graphique mini PCI-Express.

Pour promouvoir son X1000, Intel a donc établi un partenariat avec Arduino et annonce aujourd'hui Galileo, une plateforme qui rappelle le Raspeberry Pi. Et le fondeur d'annoncer des projets dans 17 universités, autour de Galileo et son SoC. Cette plateforme devrait être disponible à la fin du mois prochain, pour une soixantaine d'euros.

012C000006681708-photo-galileo.jpg
012C000006681778-photo-galileo.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : Processeurs Intel
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

La néobanque Pixpay se prépare à lancer une offre destinée aux 10-18 ans
Cryptomonnaies : la Banque de France s'intéresse de près aux stablecoins
Audi : un nouveau Q5 55 TFSI e quattro... avec 40 km d'autonomie en
Microsoft détaille ses actions pour rendre le jeu sur Xbox Live plus fair play
L'avenir du stockage : des datacenters plus verts, ultra-rapides et économes en énergie
Les USA soutiendront les directives internationales sur l'éthique de l'IA
Microsoft Surface : un nouveau firmware en vue de la mise à jour Windows 10 de mai
Sony annonce PlayStation Productions, une division pour adapter ses jeux vidéo en films
Huawei sous-estimé par les États-Unis ? C'est ce que pense son fondateur
Après les trottinettes électriques, Usain Bolt dévoile la citadine électrique Bolt Nano
scroll top