Cloud gaming : Sony rachète l'américain Gaikai

0
Après avoir alimenté les moulins à rumeur avant l'E3, le rachat de l'entreprise de cloud gaming Gaikai par Sony a finalement été officialisé aujourd'hui par les deux entreprises. L'entreprise nippone va débourser prochainement pas moins de 380 millions de dollars pour finaliser cette acquisition, signée le 30 juin dernier.

Il n'y a plus de doute : Sony voit l'avenir du jeu vidéo, ou tout du moins une partie, dans le cloud. En déboursant 380 millions de dollars pour racheter Gaikai, gourou du cloud gaming aux Etats-Unis, l'entreprise japonaise s'assure une place de choix sur ce marché en pleine extension.

Fondé en 2008 par David Perry, développeur de jeu et fondateur, dans les années 90, du studio Shiny Entertainment - on lui doit des titres comme Earthworm Jim, MDK ou encore Messiah - Gaikai permet, à l'instar de son concurrent OnLive, de jouer à des jeux AAA sur sa télévision, son ordinateur, sa tablette ou son smartphone sans avoir à télécharger quoi que ce soit. Le service se base sur le streaming, de la même manière que pour un film ou de la musique, pour « diffuser » le jeu sur l'écran choisi : une connexion à Internet à haut, voire très haut débit est néanmoins nécessaire pour éviter les soucis de latence. En contrepartie, la configuration de la machine sur lequel le titre est joué n'a pas ou peu d'importance, puisque le jeu n'est pas exécuté sur cette dernière : c'est le serveur distant qui héberge et traite les données.

01F4000005275100-photo-gaikai.jpg

« En fusionnant la longue expérience et le savoir-faire de Sony en matière de jeux et les techniques de Gaikai, nous allons pouvoir proposer des services dans le cloud extrêmement performants » commente Sony dans un communiqué. L'entreprise pourrait décider d'intégrer Gaikai dans sa prochaine console : le marché du cloud gaming étant actuellement en plein développement à travers le monde, la question de son intégration à la prochaine génération de machines est sur toutes les lèvres depuis un moment déjà. Dans ce domaine, Gaikai fait figure de poids lourd : la société californienne dispose aujourd'hui de 24 datacenters à travers le monde, dont un en France.

Mais au-delà de la question de la console, ce rachat a du sens en général pour la stratégie que Sony, qui annonçait en début d'année sa volonté de se miser surl'expérience multi-écrans pour séduire le public après une année 2011 mitigée. Désormais dirigée par Kaz Hirai, ancien président de Sony Computer Entertainment, la firme nipponne avait clairement laissé entendre que l'accent serait également mis sur le secteur du jeu vidéo. L'acquisition de Gaikai, figure de proue du cloud gaming, apparaît ainsi comme une évidence.

Enfin, on peut également rappeler que Samsung a récemment annoncé un partenariat avec Gaikai sur ses téléviseurs connectés, similaire à une autre collaboration avec LG : une situation qui devient tout à coup paradoxale, quand on connaît les rivalités qui existent entre Sony, firme japonaise et Samsung et LG, firmes sud-coréennes, notamment dans le secteur de la télévision. Reste aujourd'hui à savoir ce que Sony prévoit pour mettre ce nouvel atout en avant dans sa stratégie globale, pour se démarquer d'une concurrence qui n'a sans doute pas dit son dernier mot.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

CyanogenMod 9 RC : la ROM Android 4.0 alternative bientôt finalisée
Brevets : la FTC pourrait ouvrir une enquête sur Motorola Mobilty
VLC pour Android disponible en bêta sur Google Play
YouTube : remplacer son nom d'utilisateur par son profil Google+
Twitter pourrait masquer les messages des comptes sans
SFR et la RATP promettent la 3G dans le métro parisien dès la rentrée
Roaming Data : les tarifs mobiles baissent depuis l'étranger
Asus et Shuttle lancent des nettops Cedar Trail ultra-compacts
France Digitale : un lobby pour favoriser les start-up du numérique
iPad en Chine : Apple verse 60 millions de dollars à Proview pour garder son nom
Haut de page