3D : La Virtual boy de Nintendo a 15 ans

16 août 2010 à 17h23
0
Alors que la firme japonaise Nintendo évoque sa future console 3DS, le site wired fait un petit retour en arrière. La marque a déjà connu une expérience similaire avec la sortie, il y a 15 ans, du Virtual Boy. Une nouveauté rigolote mais un échec commercial...
00FA000003457930-photo-virtual-boy-inside.jpg

Le 14 aout 1995, Nintendo lançait le Virtual Boy, sorte de console portable ressemblant à un casque ou à des jumelles. Les graphismes affichés n'étaient alors pas des pixels mais des diodes rouges et certains jeux étaient même en 3D. La plupart des jeux proposaient alors un effet relief grâce aux deux écrans.

Pour autant, si l'idée était bonne, l'expérience joueur fut désastreuse. Nombre de ceux qui l'ont testé ont eu rapidement des maux de tête voire des nausées après quelques heures de jeu. Il faut dire que l'inconfort de jeu lié à la 3D naissante rendait le tout plutôt... indigeste. L'oreille interne du corps percevait ainsi le décalage entre la vue et les autres sens.

Cette fois Nintendo compte se servir des erreurs du passé pour sa future console portable en trois dimensions, la 3DS. La version 3D relief de sa console portable est attendue en 2011 et sera capable d'afficher de telles images sans que l'utilisateur ait besoin de porter de lunettes. Ni d'avoir un matériel certes geekissime mais un peu lourd à transporter...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Stockage en ligne : Dell s'offre 3PAR pour 1,15 milliard de dollars
NCBox : Numericable renomme et améliore (légèrement) ses offres pour la rentrée
Kone [+] : une nouvelle souris ROCCAT dédiée au jeu
Plainte d'Oracle : Google réplique
Free et Orange font la paix
OpenOffice.org 3.3 : la bêta en téléchargement, le point sur les nouveautés
Amende record pour avoir hébergé 5 serveurs pirates de World of Warcraft
Un dirigeant d'Apple suspecté d'avoir accepté des pots-de-vin
Peter Sunde :
Neutralité : un hébergeur refuse aux majors l'accès gratuit à son réseau
Haut de page