Lenovo a confirmé en 2013 la réussite de son plan d'attaque

Thomas Pontiroli
21 mai 2014 à 12h28
0
Le leader mondial des PC a conclu l'année 2013 sur une hausse globale de ses ventes, même si elles ont marqué le pas en Chine. Lenovo s'est parallèlement renforcé sur le difficile marché des smartphones.

00F0000007024488-photo-lenovo-flex.jpg
Lenovo a livré un nombre record de 55 millions de PC dans le monde en 2013, de quoi le conforter à sa place de numéro un mondial du secteur, devant HP. C'est ainsi depuis plusieurs trimestres. Ses ventes progressent, de 5% ici, alors que le marché baisse, de 8%. Qu'on ne s'y trompe pas, le PC ne représente pas l'avenir pour Lenovo qui mise, comme tout le monde, sur le smartphone.

Dans la force de l'âge sur ce segment, le fabricant a amélioré ses ventes de mobiles de 72% avec 50 millions d'unités livrées dans le monde, c'est son record. Lenovo s'est aussi fortement amélioré sur les tablettes en écoulant 9,2 millions d'unités en 2013 et contribuant à améliorer les revenus de sa division Internet mobile de 86%, à 5,7 milliards de dollars. Yuanqing Yang, le PDG, se félicite que « Lenovo s'est renforcé sur le PC mais a aussi quadruplé ses ventes de tablettes et est la société à plus forte croissance sur les smartphones ».

Bien implanté en Chine où il est le numéro deux du mobile après Samsung et le numéro un du PC, son chiffre d'affaires n'y a pourtant progressé, en tout, que de 1,3% l'année dernière, à 14,7 milliards de dollars. Lenovo tire l'essentiel de son dynamisme d'autres pays. Ses ventes ont bondi de 27% en Europe, Moyen-Orient et Afrique - le groupe y a vendu pour la première fois plus de PC qu'en Chine. Lenovo a aussi progressé de 31% en Amérique - il se targue d'avoir chipé la troisième place à Apple dans les ordinateurs aux Etats-Unis.

Une feuille de route respectée

Ces événements confirment la bonne exécution de la fameuse stratégie « Protect & Attack » de Lenovo. A ce jour, la plupart de ses objectifs sont atteints. Le fabricant est parvenu à étendre sa présence sur les PC en Chine et à la consolider en captant actuellement un tiers du marché. Il a réussi à atteindre une profitabilité importante, ce qu'il confirme encore en 2013 avec une amélioration annuelle de ses bénéfices de 29%.

Concernant le volet offensif de son plan, il s'agissait de prendre une part du secteur de la téléphonie mobile, des tablettes et des smart TV, un objectif atteint lui aussi. Autre chantier : gagner au moins 10% de parts de marché dans des pays clés. Si le succès est manifeste dans les PC, c'est une toute autre histoire pour les smartphones où, malgré sa forte dynamique, Lenovo n'occupait que 4,5% du secteur fin 2013, selon IDC.

00DC000007017404-photo-lenovo-vibe-z.jpg

Une stratégie toujours offensive

Pour prendre du galon dans les smartphones, Lenovo a repris Motorola Mobility à Google en janvier, pour 2,9 milliards de dollars. Yang Yuanqing l'affirmait en 2012 : « Toute division jugée trop faible sera renforcée par des rachats. » En mars, Lenovo a aussi investi 100 millions de dollars pour s'offrir 2 500 brevets de 21 familles différentes, dont un certain nombre sur la 3G et la 4G. Le groupe mise en effet sur le très haut débit mobile pour bâtir son écosystème. Son propre App store a déjà généré 6 milliards de téléchargements l'année dernière.

Lenovo enrichit parallèlement son catalogue de smartphones de modèles plus premium afin de séduire les consommateurs dans les pays matures. Le constructeur chinois a présenté de nouveaux modèles au dernier salon CES de Las Vegas, dont le Vibe Z, son premier smartphone compatible 4G. Il dispose d'une dalle IPS de 5,5 pouces, d'un SoC Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2,2 GHz et d'un capteur photo de 13 mégapixels.

Conscient que la bataille est loin d'être gagnée sur ce marché féroce et arrivant à maturité, Lenovo continue de diversifier sa stratégie en ciblant l'entreprise, et notamment les PME. Ce marché est peut-être moins vigoureux mais il est plus stable et représente un volume colossal. Ici aussi Lenovo confirme ses ambitions avec le rachat en janvier des serveurs x86 d'entrée de gamme d'IBM, le numéro un mondial du secteur.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
Airbus officialise la suppression de 5 000 emplois en France, 15 000 au total
scroll top