Paul Otellini, p-dg d'Intel, quittera son poste en mai 2013

Par
Le 19 novembre 2012
 0
En mai 2013, le fondeur de Santa Clara, Intel, connaîtra le visage de son nouveau dirigeant. Paul Otellini, aux commandes depuis 2005, quittera la société mais occupera une fonction de conseiller.

00dc000001950508-photo-paul-otellini.jpg
Paul Otellini - p-dg d'Intel
Après quarante ans passés chez le fondeur de Santa Clara, Intel, dont huit ans en tant que p-dg, Paul Otellini, 62 ans, quittera la société, en mai 2013 après l'assemblée générale des actionnaires. S'ensuivra une période de transition de six mois au terme de laquelle un successeur sera nommé. La question est aussi de savoir s'il aura un profil issu du marketing, comme l'actuel p-dg, ou plutôt technique. Autre point : le conseil d'administration dit ne pas exclure un recrutement externe à l'entreprise, ce qui trancherait avec les habitudes de la maison.

« Paul Otellini a été un dirigeant solide, l'un des cinq p-dg de la société en 45 ans d'existence », a souligné Andy Bryant, président du conseil d'administration d'Intel, dans un communiqué. De son côté, le futur ancien patron a déclaré qu'il était « temps de passer à autre chose et de transférer la tête d'Intel à une autre génération de dirigeants ». Il a également ajouté qu'il continuera à « travailler auprès d'Andy Bryant et du conseil d'administration pendant la phase de transition ». Une fois retiré de la société, Paul Otellini dit qu'il restera disponible pour prodiguer ses conseils. En revanche, on ne sait pas s'il siégera au conseil d'administration, comme c'est le cas, habituellement, pour les anciens dirigeants d'Intel.

Depuis 2005, année durant laquelle Paul Otellini a succédé à Craig Barrett à la tête d'Intel, l'entreprise aura généré 107 milliards de dollars de cash et distribué 23,5 milliards de dollars de dividendes à ses actionnaires. Dans cet intervalle, le chiffre d'affaires annuel a progressé de 38,8 milliards de dollars à 54 milliards en 2011 alors que les bénéfices ont bondi de 71%.

Rappelons que sur l'année 2011 pleine, les ventes de CPU dans le monde ont atteint 11 milliards de dollars, d'après IDC, dont 80% étaient fabriqués par Intel, contre un peu moins de 20% pour AMD, second du secteur. Mais les ventes atones de PC en 2012 entament les résultats de la firme de Santa Clara. Au troisième trimestre 2012, Intel a rapporté des recettes en déclin annuel de 5% et un résultat net en repli de 14%. « Le monde de l'informatique traverse une période de rupture en matière d'innovation et de créativité », avait alors commenté Paul Otellini.

Un monde informatique de plus en plus mobile où un autre acteur américian, Qualcomm, fait parler de lui avec ses ventes importantes sur le mobile - il s'accapare la moitié des ventes mondiales des puces qui propulsent smartphones et tablettes selon Stragey Analytics. Alors qu'Intel est naissant sur ce segment. En Bourse, Qualcomm a récemment dépassé Intel, pesant 106 milliards de dollars, contre 100 pour la société de Paul Otellini. Le défi du prochain patron sera de redonner des couleurs à une société qui a pour l'instant manqué le virage de la mobilité.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Intel

scroll top