Test MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi : chipset AMD B550, promesses tenues ?

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
24 juillet 2020 à 12h01
0
8

Lancé il y a quelques semaines, le chipset B550 d’AMD a vocation à rendre plus accessibles à la fois le PCI Express 4.0 et la prochaine génération de processeurs, les Zen 3 dont la sortie reste calée à la « fin de l’année 2020 ». Tous les grands noms de la carte mère se sont évidemment associés à AMD de sorte que des dizaines de modèles sont déjà sur le marché. Afin de voir de quoi il retourne, nous avons étudié un produit signé MSI.

Un changement de chipset est souvent l’occasion de revoir largement ses gammes, d’essayer de nouvelles choses. MSI n’a pas souhaité suivre cette voie « logique » avec le nouveau B550 et s’il ajoute au total dix cartes mères inédites à son catalogue, la grande majorité sont des évolutions en douceur de modèles créés pour le B450. Nous sommes loin de condamner cette orientation qui n’essaie pas de nous faire prendre les vessies pour des lanternes et permet, au contraire, d’insister sur les réelles nouveautés d’un chipset qui doit démocratiser des technologies jusqu’à présent réservées aux possesseurs du très coûteux X570.

Fiche technique de la MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi

Nous l’avons dit, MSI dispose au total de pas moins de dix références de cartes mères B550. Cela va du modèle ultra-compact en MiniITX – la Gaming Edge WiFi – à un produit particulièrement dépouillé afin de maintenir un prix plancher – la Bazooka – en passant par quantités de variations. Afin de passer en revue toutes les fonctionnalités et ne pas être limités de quelque manière que ce soit, c’est sur la référence la plus haut de gamme – la MPG B550 Gaming Carbon WiFi – que nous avons jeté notre dévolu pour cet article consacré au B550.

La MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi, c’est :

  • Format : ATX
  • Socket: 1x AMD AM4
  • Chipset : AMD B550
  • Emplacements RAM : 4x DIMM 288 broches DDR4-5100 maximum
  • Capacité mémoire maximale : 128 Go, 32 Go par emplacement
  • Solution graphique : Oui, si intégrée au processeur
  • Slots d’extension : 1x PCIe 4.0 16x max., 1x PCIe 3.0 4x max. et 3x PCIe 3.0 1x max.
  • Solution multi-GPU : Oui, CrossFireX
  • Réseau : 1x RJ 2,5 GbE, Bluetooth 5.1 et WiFi 6 (Realtek RTL8125B)
  • Audio : 5x jack 3,5 mm stereo, 1x S/PDIF Optique (Realtek ALC1200)
  • Stockage : 1x M.2 PCIe 4.0 4x, 1x M.2 PCIe 3.0 4x, 6x SATA Rev 3 6 Gb/s
  • Ports USB : 4x USB-A 2.0, 2x USB-A 3.2, 1x USB-A 3.2, 1x USB-C 3.2, 4x USB 2.0 internes, 3x USB 3.2 internes
  • Autres connecteurs : 1x MiniDin 6 (PS/2), 1x DisplayPort, 1x HDMI, 8x ventilateurs (4 broches), 1x LED RGB (4 broches), 2x LED Rainbow (3 broches), 1x RGB Corsair
  • Logiciels : Pilotes, MSI Dragon Center, MSI App Player, Norton Internet Security Solution, OBS, CPU-Z MSI
  • Dimensions : 305 x 244 mm
  • Garantie : 3 ans constructeur
  • Disponibilité : Déjà disponible, à 269,99 €

Si vous avez déjà croisé la B450 Gaming Carbon WiFi, vous serez d’accord pour dire que MSI n’a pas révolutionné son concept avec notre B550 Gaming Carbon WiFi. Le fabricant a légèrement redessiné sa carte, il a intégré davantage de ports USB et mis en place des dissipateurs un peu plus costauds. MSI a également augmenté la mémoire vive maximale, intégré le PCI-Express 4.0 et ajouté le WiFi, des éléments pour bonne part liés à l’évolution vers le chipset B550.

L'étage d'alimentation 12 phases devrait rassurer les amateurs d'overclocking

Chipset B550 : une version plus accessible du X570 ?

Disponible depuis juillet 2019, le X570 est le chipset « de luxe » pour les plateformes AMD à base de socket AM4. Prévu pour accompagner les processeurs Ryzen de série 3000, il se caractérise par sa capacité à gérer jusqu’à 16 canaux PCIe 4.0, 12 ports SATA 6 Gb/s et 8 ports USB SuperSpeed+ 10 Gb/s. Problème, de telles caractéristiques ont eu un double coût : 1/ les cartes mères à base de X570 sont chères et 2/ elles sont presque systématiquement accompagnées d’un ventilateur sur le chipset car la bête a une nette tendance à l’échauffement.

En toute logique et pour suivre ce qu’il avait déjà fait avec la génération précédente (X470 / B450), AMD avait promis un chipset moins onéreux, le B550. Il aura fallu attendre un tout petit peu moins d’un an, mais il est à présent disponible un peu partout et les fabricants de cartes mère ont répondu présents avec des dizaines de modèles commercialisés entre la mi-juin et la mi-juillet. On reste un cran au-dessus des cartes mères B450, mais AMD a tenu sa promesse et son chipset rend effectivement le PCIe 4.0 plus accessible.

Le PCIe Gen 4 est géré par le processeur Ryzen, pas par le chipset B550

Moins bien équipé que le X570, le B550 se montre suffisant pour la majorité des utilisateurs. Il offre, dans le désordre, 4 lignes PCIe 3.0, 4 ports SATA 6 Gb/s, 2 ports USB 3.2 Gen 2, 2 ports USB 3.2 Gen 1 et 6 ports USB 2.0. Vous aurez noté que nous n’avons pas évoqué le cas du PCIe 4.0 pour la bonne et simple raison que le B550 ne le gère pas directement. En revanche, en limitant la compatibilité du B550 aux seuls processeurs Zen 2, AMD s’assure que le PCIe 4.0 sera forcément au menu et, mieux, là où c’est le plus important : sur la carte graphique et le SSD NVMe.

Les futurs Zen 3 devraient bien être compatibles avec les cartes mères B550

Attention donc, nous venons de le dire, mais il est important d’insister sur ce point : un processeur plus ancien que les Zen 2 ne sera pas compatible avec une carte mère B550. Plus gênant car cela découle des appellations parfois trompeuses d’AMD, les Ryzen 3200G et 3400G ne sont pas pris en charge par le chipset B550 et, du fait de cette nomenclature étrange, AMD se retrouve obligé de le spécifier en gros un peu partout pour éviter les méprises. Bon point en revanche, le B550 sera parfaitement compatible avec la prochaine génération Zen.

Port 16x et emplacement NVMe... en PCI-Express 4.0

Le cas de la MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi

Sur Clubic, nous ne testons plus chipsets et cartes mères depuis un moment. Nous avons décidé que la sortie du B550 était l’occasion de revenir sur ces articles sans pour autant qu’il soit question de vous proposer des études exhaustives. C’est ainsi que nous ne prenons qu’un seul exemple de carte mère et que nous nous attacherons à vérifier les promesses d’AMD – et ici MSI – dans le cadre d’une utilisation somme toute classique. L’AMD B550 et la MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi sont-ils de bons compagnons pour une plateforme à base de Zen 2 ?

Nous l’avons dit, MSI n’a pas cherché à bouleverser ses habitudes de conception et la gamme Gaming Carbon WiFi en B550 ressemble beaucoup à la version B450. On note en premier lieu la présence d’imposants éléments de refroidissement qui se focalisent sur l’essentiel. Bien dans la philosophie du nouveau chipset d’AMD, le fabricant ne cherche pas à en faire trop et évite le carénage en plastique un peu partout. Forcément, le socket AM4 est en bonne place et juste à ses côtés, les quatre emplacements de DDR4.

Dommage, les ports USB internes auraient pu être mieux placés

Comme souvent, un port M.2 est présent au-dessus du connecteur PCI-Express 16x. Souvenez-vous que seuls ces deux emplacements sont câblés en PCIe 4.0. Vous seriez donc bien inspirés de les réserver pour votre disque système et pour la carte graphique. Plus bas, on retrouve les trois connecteurs PCIe 3.0 1x, le connecteur PCIe 3.0 4x et, enfin, le second emplacement M.2. Il nous faut cependant insister sur le fait que ces deux derniers ports partagent leurs ressources : en d'autres termes, en utiliser un désactive l'autre et inversement.

Rappelons que le chipset B550 n’est ici recouvert que d’un dissipateur passif : il n’y a aucun ventilateur sur les cartes mères B550 au contraire des modèles à base de X570. MSI a fort justement opté pour la mise en place de dissipateurs sur les ports M.2 également. Au montage, faites simplement attention à la longueur de vos SSD NVMe : MSI a laissé des entretoises qui pourraient être gênantes. L’installation et le retrait des dissipateurs M.2 se fait le plus simplement du monde : ils disposent d’un pad thermique pour assurer une bonne dissipation.

Audio Boost 6 : en réalité, « l'inévitable » Realtek ALC1200

Encore plus bas sur la carte, on repère la puce audio recouverte de son « capot » Audio Boost 6, mais qui n’est rien d’autre qu’un Realtek ALC1200 on ne peut plus classique. Enfin, on remarquera la position à 90° des six ports SATA alors que le connecteur d’alimentation est « normal ». Un regret, les ports USB internes sont au plus bas sur la carte : nous préférons les voir à proximité des SATA, mais c’est un détail. Plus important, on notera qu’il n’y pas de bouton de mise sous tension ou de reset sur la carte mère : MSI les réserve aux modèles haut de gamme.

Notez la présence d'un port Ethernet 2,5 GbE et des deux antennes WiFi 6

En revanche, l’I/O shield de la MPG B550 Gaming Carbon WiFi intègre un petit bouton dédié au flash du BIOS. Pratique. Il recèle évidemment tout ce que la carte mère comporte de connectique vers « l’extérieur » et on peut dire qu’elle est plutôt bien dotée : un antique port PS/2 qui peut toujours servir, un total de 8 ports USB dont 2 SuperSpeed+ 10 Gb/s (Type-A et Type-C), un DisplayPort, un HDMI et la panoplie de connecteurs audio. Regrettons la position des antennes WiFi 6 : elles auraient été mieux, moins gênantes, sur l’extrémité gauche de la plaque.

L'interface du BIOS UEFI signé MSI ne change pas, mais reste très agréable à utiliser

BIOS et accompagnement logiciel

Sans grande surprise, MSI n’a pas profité de ce changement de chipset pour revoir de fond en comble l’organisation de son BIOS. L’UEFI est bien sûr de la partie ainsi que la double orientation easy / advanced mode. Dans le premier cas, il s’agit d’avoir en un seul coup d’œil toutes les informations nécessaires et de ne pas s’embarrasser avec les fonctionnalités les plus avancées : idéal pour les débutants qui veulent apprendre en douceur. Forcément, le mode advanced permet d’aller fouiner dans les options de configuration.

Toutes les informations, tous les réglages sont aisément accessibles

Dans le cas d’un overclocking avancé, c’est évidemment le mode advanced qu’il faut privilégier. On retiendra pour notre part la qualité générale de l’interface avec sa gestion souris impeccable et la présence d’une représentation de la carte mère afin d’identifier tous les éléments actuellement connectés : c’est visuel et très clair. Une clarté que l’on retrouve d’ailleurs avec le logiciel Dragon Center. Son installation nécessite une connexion Internet et son démarrage est un peu long, mais le soft en lui-même est vraiment bien pensé.

Le MSI Dragon Center permet de vérifier toutes les informations utiles, depuis Windows 10

Sans doute pas le plus beau ou le plus élégant, il regroupe tout ce que les amateurs peuvent avoir besoin comme outils pour optimiser et gérer leur carte mère / processeur. Il y a tous les réglages essentiels pour accomplir un overclocking ambitieux, mais aussi des assistants pour simplifier cette étape. On gère les ventilateurs et le système de LED RVB présentes sur la carte. Enfin, diverses options sont là pour visualiser les performances réseau, la couverture WiFi notamment. Un reproche tout de même, les explications les différentes options manquent d'explications et les bulles d’aide ne sont pas toujours très claires.

Il dispose également de toutes les fonctionnalités nécessaires : overclocking, réseau, LED RVB

Petit overclocking et performances générales

Nous l’avons souligné, pour ce premier test d’une carte mère depuis belle lurette, notre objectif n’est pas de mettre au supplice l’AMD B550 ou la MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi. En revanche, nous voulions vérifier si, sur la durée, la carte mère était agréable et fonctionnelle. La configuration testée a donc été notre machine principale durant près de trois semaines :

  • 1x MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi, bien sûr
  • 1x processeur AMD Ryzen 3 3100
  • 1x be quiet! Dark Rock TF
  • 2x 8 Go Corsair Dominator Platinum RGB 3200 MHz
  • 1x SSD NVMe Corsair MP600 1 To
  • 1x Sapphire Radeon HD6670 (afin de garder du fanless)

Costaud, le dissipateur be quiet ! Dark Rock TF maintient le silence de notre configuration qui n’utilise aucun autre ventilateur : ni sur le chipset, ni sur la carte graphique. Nous ne voulions pas non plus nous tourner vers une solution de watercooling tout en conservant un certain potentiel en overclocking. Nous avons ainsi passé sans difficulté le Ryzen 3 3100 à 4,4 GHz contre 3,6 / 3,9 GHz de base en montant simplement sa tension à 1,3 V.

Pour nos premiers tests synthétiques, l’objectif était de vérifier les qualités du sous-système mémoire. Compte tenu du prix actuel des barrettes dites « performantes », nous avons réglé notre configuration sur de la DDR4 3200 MHz. Dans ce contexte, aucune surprise avec AIDA64. Nous atteignons, comme nous nous y attendions, environ 45 Go/s en lecture et un petit peu plus de 25 Go/s en écriture avec une latence de 76 ns. Rien d’extraordinaire donc, mais un comportement on ne peut plus normal pour une machine à base de Ryzen 3 3100.

Nous avons enchaîné avec un autre test synthétique, mais plus directement lié au processeur lui-même, GeekBench 5. Là encore, les résultats obtenus ne surprendront personne. Avec 1147 points sur le test single-core et 4849 points sur le test multi-core, notre Ryzen 3 3100 se comporte exactement comme nous nous y attendions. Le chipset B550 ne change évidemment rien à l’affaire et la carte mère MSI n’a rien à se reprocher.

Afin d’avoir un retour plus « généraliste », nous avons ensuite utilisé PCMark10. Là encore, rien d’inquiétant, mais rien d’exceptionnel non plus. Avec un score global de 3958 points, nous obtenons un résultat normal compte tenu de notre configuration. Les tests essentials et productivity atteignent respectivement 9186 et 7878 points. C’est le test digital creation content qui, avec 2326 points, vient plomber le résultat final. Passive, notre Radeon HD6670 n’est pas une foudre de guerre.

Les mesures se poursuivent avec un test résolument axé sur le processeur et, plus particulièrement, les bénéfices que l’on peut obtenir en overclockant notre machine. Nous l’avons dit, aucun problème pour passer notre Ryzen 3 3100 à 4,4 GHz en ajustant seulement sa tension à 1,3 V. CineBench R20 évolue alors de 2241 points à 2520 points. Le gain observé d’environ 12% est très similaire à l’augmentation de la fréquence.

La gestion du PCI-Express 4.0 n’étant en réalité pas le fait du chipset B550, nous ne sommes pas surpris du comportement de notre Corsair MP600. Il est strictement conforme à ce que l’on peut attendre d’un SSD NVMe PCIe Gen 4. Sous CrystalDiskMark, nous atteignons ainsi plus de 5 000 Mo/s en lecture séquentielle et encore plus de 2 500 Mo/s en lecture aléatoire.

Enfin, nous avions à cœur de vérifier le bon comportement des deux interfaces réseau. Pour nos tests en WiFi 6, nous avons utilisé le module réseau de PassMark Performance Test avec lequel nous avons relevé des débits maximums de près de 700 Mb/s entre nos deux PC : l’un à base de Core i9-9900K et l’autre avec notre Ryzen 3 3100, en passant par un routeur TP-Link Archer AX11000.

Petite déception en revanche du côté de l’interface Ethernet. Certifiée 2,5 GbE, elle peine pourtant à signer des performances 2,5 fois supérieures à celle d’un « bête » Gigabit. En utilisant des unités de stockage très rapides sur les deux machines du test, nous n’obtenons qu’un doublement des débits, autour de 225 – 230 Mo/s. Correct, mais un peu en-deçà de ce que nous attendions.

MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi : l’avis de Clubic

Après trois semaines passées à utiliser dans des situations très variées cette MPG B550 Gaming Carbon WiFi, il n’y aucun doute sur le fait que MSI a fait du bon travail. La conception de la carte est excellente avec ce qu’il faut côté alimentation pour rassurer les overclockers. Les fonctionnalités sont nombreuses et l’organisation des composants est très correcte. On regrettera le placement de certains éléments comme les antennes WiFi, mais rien de grave. Puisque nous parlons WiFi, la présence de la norme 802.11ax est une bonne chose, autant que la présence d’un contrôleur Ethernet 2,5 GbE.

Deux éléments qui confirment la modernité de cette carte mère et vont de paire avec la présence du PCI-Express 4.0 sur un port d’extension et au niveau du premier connecteur M.2. À ce niveau, MSI se repose complètement sur l’architecture imaginée par AMD. L’Américain a parfaitement répondu aux critiques formulées à l’encontre du X570. Moins gourmand en énergie et nettement plus accessible, le chipset B550 permet aux fabricants de cartes mères de proposer des produits de qualité, sans trop de compromis, nettement moins chers… tout en gardant la compatibilité avec la prochaine génération de processeurs Zen.

MSI MPG B550 Gaming Carbon WiFi

8

MSI nous offre une excellente intégration du chipset AMD B550. Les deux partenaires rendent l'accès au Ryzen Zen 2 (et bientôt Zen 3) ainsi qu'au PCIe 4.0 moins onéreux. La conception de la MPG B550 Gaming Carbon WiFi est excellente avec, notamment, une alimentation à même d'assurer un overclocking intéressant. De nombreuses fonctionnalités et un environnement logiciel de qualité complètent le tableau.

Les plus

  • Se passer du X570 sans (trop) perdre en fonctionnalités
  • PCIe 4.0 sur la carte graphique et un SSD NVMe
  • BIOS complet, nombreuses options d'optimisation / overclocking
  • Étage d'alimentation CPU costaud
  • Logiciel Dragon Center bien pensé
  • Dissipateur thermique sur les 2 ports M.2
  • WiFi 6 et Ethernet 2,5 GbE
  • Multiples ports USB, plusieurs en SuperSpeed+
  • Ouverture vers les CPU Zen 3

Les moins

  • Un peu chère pour du B550
  • Sans processeur Zen 2 point de salut
  • Placement des antennes WiFi
  • Un seul port M.2 en PCIe 4.0
  • Mix de ports coudés / pas coudés
Modifié le 28/07/2020 à 10h55
4
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top