Partage en ligne : quels droits cédez-vous sur vos photos ?

le 23 août 2012 à 15h26
0
Envoyer des photos sur la Toile, c'est aujourd'hui simple comme bonjour : en deux ou trois clics, la totalité du dossier des photos de vos dernières vacances se retrouve sur Facebook ou Picasa. Dans un autre ordre d'idée, tweeter un cliché pris avec un smartphone ne prend que quelques secondes. Mais dans ce genre de situation, à qui appartiennent vos photos et surtout, que peuvent en faire les internautes qui les voient et les services qui les hébergent ?

00FA000005367786-photo-superman-facebook-fail.jpg
Crédits : The Joy of Tech
Facebook, Twitter, Instagram, Picasa, Pinterest, Flickr... autant de services qui proposent le partage de photographies en ligne. Et le mot « partage » est loin d'être anodin quand on se penche sur les politiques de confidentialité et les conditions d'utilisation de ce type de services.

Car si l'internaute utilise ces sites comme plateformes d'échange avec leur entourage plus ou moins proche, il donne implicitement l'accès au contenu qu'il partage à la plateforme qui l'héberge. Et cette dernière s'octroie, dans la plupart des cas, le droit de disposer de ce contenu. Les réseau sociaux, champions dans ce domaine, parlent généralement de « licence non-exclusive » plus ou moins étendue. Une désignation qui signifie que le site qui héberge le contenu s'autorise à l'utiliser à des fins définies dans ses conditions d'utilisation, mais n'enlève pas les droits de son propriétaire, qui peut le proposer sous licence ou accorder son autorisation d'utilisation à une autre entité et sous ses propres conditions.

La « licence non-exclusive » étant une pratique courante, c'est principalement dans les détails qui l'accompagnent que résident les subtilités. Et c'est spécifiquement là-dessus qu'il faut se pencher pour essayer de comprendre comment limiter la casse.

La liste des plateformes évoquées dans cet article est loin d'être exhaustive : elle a pour objectif de se pencher vers des services populaires sur la Toile, mais dont les conditions d'utilisation ne sont pas forcément accessibles, en raison d'une profusion de textes sur un même site, de documents majoritairement en anglais ou encore bien cachés. De manière générale, chaque plateforme d'hébergement de contenu dispose d'une section dédiée dans ses conditions d'utilisation : reste à la trouver et à en cerner le sens, parfois loin d'être évident.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

RGPD : Google (enfin) ciblé par une enquête européenne
Comparatif 2019 : Quel est le meilleur tapis de souris gamer ?
⚡ Bon plan : AUKEY Hub USB 3.0 4 Ports à 8,99€ au lieu de 14,99€
18 nouvelles exoplanètes découvertes, dont une qui pourrait héberger de l'eau liquide
Un ordinateur infesté de virus aux enchères pour plus d’un million de dollars
BMW va lancer sa trottinette électrique E-Scooter à l'automne 2019
Huawei en discussion avec Aptoide pour remplacer le Google Play Store
Fujifilm dévoile le GFX 100, un appareil photo embarquant un capteur de 102 Mpx
Apple développe un système de tracking publicitaire respectueux de la vie privée
DJI va équiper ses drones de capteurs d'avions et d'hélicoptères dès l'an prochain
scroll top