Test Omen : HP de retour dans le portable pour joueur

13 mars 2015 à 17h34
0
00C8000007730691-photo-hp-omen.jpg
Avec son Omen, HP promet de pouvoir jouer sans sacrifice avec un PC au look racé et à la finesse impressionnante. À l'image de Razer sur ses Blade, le constructeur tente de concilier le concept d'ultrabook et le jeu vidéo. Avec succès ?

Lancé le 4 novembre dernier, le Omen sonne le grand retour de HP sur le marché des portables pour joueurs. Et pour l'occasion, l'américain a voulu marquer le coup par un design qui éloigne largement le Omen des Envy ou du Spectre, autres ultrabooks de la marque, tout en restant très sobre.

La configuration abritée par cette machine ne surprend pas non plus : la GeForce GTX 860M est présente dans de très nombreuses références du marché, que ce soit chez Acer, Asus, Lenovo ou MSI.

HP la joue donc très sérieux pour son grand retour dans cette catégorie de produits, pour un placement tarifaire résolument haut de gamme. Voyons si ce choix nous convainc.

Un design travaillé et très sobre



Avec son Omen, HP a cherché à se démarquer à la fois de ses autres produits, mais aussi de ceux de la concurrence. En résulte un design singulier, marqué plus particulièrement par le dessin du châssis, tout en biseau, que ce soit sur les pourtours de la coque ou de ceux de l'écran.

Cela donne un look racé au portable, et renforce l'impression de finesse, pour un produit qui n'est déjà épais que de 2 cm seulement. Le Omen est d'ailleurs peu encombrant et ne pèse que 2,1 kg : c'est assez peu pour une machine pour joueur de 15 pouces.

01F4000007952523-photo-hp-omen.jpg

Le Omen est fin, mais aussi, bien construit. L'alliage choisi par HP est sobre et a le mérite d'éviter les traces de doigt. Le tout bénéficie d'un très bon équilibre : quand on soulève l'écran, le châssis reste bien ancré au bureau.

En soulevant toutefois la machine, on s'aperçoit que HP a fait en sorte de surélever légèrement le châssis, de sorte à permettre une prise d'air par le dessous, sans que ça n'augmente beaucoup l'épaisseur du portable.

01F4000007952539-photo-hp-omen.jpg

L'ensemble est très sérieux donc, mais on regrettera tout de même trois choses. La première, ce sont ces brûlures aux deux extrémités de la charnière chromée : l'effet est réussi, mais le rendu détonne par rapport au reste du châssis.

01F4000007952521-photo-hp-omen.jpg

La seconde, c'est le soin que n'a pas pris HP pour coller plus consciencieusement les patins en caoutchouc qu'il a placés sous son portable : sur notre exemplaire de test, ils se décollent à plusieurs endroits et gondolent ailleurs. Pour une machine à ce prix, ce n'est pas acceptable.

012C000007952537-photo-hp-omen.jpg
012C000007952535-photo-hp-omen.jpg

Enfin, on regrette le choix de la dalle tactile, qui s'en trouve inévitablement brillante, avec tout ce que cela implique de reflets. Dommage, car la dalle IPS en elle-même est plutôt de bonne qualité : sa luminosité est satisfaisante (364 cd/m²) et le contraste très bon (867:1), tandis que la colorimétrie ne souffre d'aucune dominante marquée (delta E moyen de 2,7). Les noirs sont en revanche un peu délavés (point noir à 0,42 cd/m²).

Un écran mat aurait probablement été de meilleur aloi, d'autant que sur un portable pour joueur, on a du mal à concevoir l'intérêt d'un écran tactile. HP propose de désactiver la couche tactile via son logiciel Omen Control (voir plus bas), mais la brillance reste...

01F4000007952517-photo-hp-omen.jpg

Une configuration intéressante, mais dans un format mi-figue mi-raisin



Côté composants, HP a, là encore, choisi la sobriété : les Core i7-4710HQ (4 coeurs fonctionnant entre 2,5 et 3,5 GHz) et la GeForce GTX 860M (4 Go de GDDR5) sont des valeurs sûres. Le constructeur accompagne ces deux puces de 8 Go de mémoire vive alors que la partie stockage est assurée par un SSD de 256 Go.

Cette unité, issue de chez SanDisk et au format M.2, est connectée en PCIe 2.0 x2 à la carte mère du portable. Ce qui lui confère des performances théoriques très élevées : jusqu'à 740 Mo/s en lecture, et 625 Mo/s en écriture.

Une telle configuration apporte naturellement un confort d'utilisation indéniable, et la réactivité de la machine est sans faille. Cependant, on se dit que dans un châssis de 15 pouces, même très fin comme l'est celui du Omen, HP aurait pu muscler un peu plus sa proposition. Car finalement, les composants que l'on retrouve ici pourraient tout à fait tenir dans un modèle plus compact : Razer le fait avec son Blade 14.

Avec ce format 15 pouces, HP place son Omen entre un Aorus X7 doté d'un SLI de GeForce GTX, et un Blade plus compact. La comparaison avec ces deux modèles nous amène à penser que HP n'a probablement pas optimisé le rapport puissance / encombrement de sa machine.

0258000007952211-photo-razer-blade-14-aorus-x7.jpg

On regrettera également de ne pouvoir augmenter la quantité de mémoire vive à 16 Go autrement qu'en choisissant la configuration idoine, puisque la RAM est soudée à la carte mère.

Et pour bénéficier d'une capacité plus importante, vous ne pourrez pas ajouter un second SSD ou un disque dur. Il vous faudra soit le SSD, soit là aussi opter dès le départ pour la version haut de gamme du Omen, équipé d'un SSD de 512 Go.

Evoquons enfin les enceintes qui équipent ce portable : proéminentes sur les côtés du portable, elles fournissent pourtant un son d'une piètre qualité et ne supporteront que quelques titres bien précis. Dans la grande majorité des cas, les aigus et les graves sont très mal rendus et même si la spatialisation est convenable, elle ne sauve pas le résultat final.

01F4000007952531-photo-hp-omen.jpg

Si vous avez envie de vous amuser avec l'égaliseur qui accompagne ce dispositif Beats audio, vous pouvez peut-être corriger en partie ces lacunes, mais sans grand espoir d'améliorations notables.

0190000007952075-photo-beats-audio.jpg


Ergonomie : des lacunes gênantes à l'usage



L'avantage du format 15 pouces, c'est que HP a pu doter son Omen d'un clavier large, aux touches bien espacées, et qui dispose même d'une colonne de touches programmables. L'idée est bonne et tout à fait adaptée à un portable pour joueurs, mais nous aurions aimé que ces touches soient placées un peu plus près des autres. Car même avec de grandes mains, les touches P1 à P3 sont inaccessibles avec le petit doigt.

01F4000007952527-photo-hp-omen.jpg

Autre inconvénient qu'implique la présence de cette colonne de touches : le décalage vers la droite du clavier. C'est déstabilisant au début, et pour beaucoup, cela le restera. Avoir les paumes décentrées par rapport au châssis, c'est peu commun, voire gênant et ce, malgré les larges repose-poignets dont dispose le Omen.

Finalement, on en vient à se dire que le Omen aurait peut-être gagné en ergonomie si ces touches programmables étaient absentes. D'autant que par ailleurs, le clavier est de bonne facture. La course est assez longue et on apprécie le rétroéclairage.

Quant au touchpad, s'il offre une glisse agréable, il présente lui aussi un défaut majeur : son inhabituelle largeur. On le frôle très souvent en utilisant le clavier et on doit s'y reprendre à plusieurs fois pour faire un clic droit, tant il faut positionner son doigt dans une position bien plus excentrée qu'à l'accoutumée.

01F4000007952529-photo-hp-omen.jpg

La connectique, enfin, nous laisse également un sentiment mitigé. En plaçant tous ses ports à l'arrière, HP a pensé aux joueurs qui détestent voir leur souris buter contre un connecteur USB. Et ce choix permet aussi les fameux biseaux que nous évoquions plus haut. Mais à l'usage, et ne serait-ce que pour brancher une clé USB, c'est un peu dérangeant. Si la connectique est riche de quatre ports USB, d'une sortie HDMI, d'une seconde au format mini-displayPort et de la traditionnelle prise audio, elle ne comprend pas de port Ethernet : il faudra vous contenter du Wi-Fi 802.11n, puisque HP ne livre aucun adaptateur.

01F4000007952519-photo-hp-omen.jpg

HP Omen Control : une interface à tout faire



Depuis le début de cet article, nous avons évoqué à plusieurs reprises l'interface Omen Control introduit par HP avec son nouveau portable. Le constructeur n'a pas particulièrement soigné l'aspect esthétique, mais ce logiciel se montre en revanche très complet.

Parmi ses différentes fonctions, on trouve un utilitaire permettant de gérer finement les leds présentes sur ce portable, celles présentes au niveau des enceintes et celles qui illuminent le clavier.

012C000007952079-photo-hp-omen-control-2.jpg
012C000007952081-photo-hp-omen-control-3.jpg

Le Omen Control autorise la désactivation de la couche tactile de l'écran ou du touchpad, et permet d'utiliser les touches de fonctions avec ou sans la touche Fn, et ce de manière individuelle.

01F4000007952083-photo-hp-omen-control-4.jpg

Enfin, la programmation des touches P1 à P6 s'opère aussi par cette interface, avec la possibilité de créer pas moins de 30 raccourcis via l'utilisation combinée avec les touches Fn, Alt, CTRL et Maj.

01F4000007952077-photo-hp-omen-control-1.jpg

Notez également la présence du HP PC Advisor, qui se contente de reprendre les fonctionnalités déjà présentes dans les outils d'administration de Windows notamment (monitoring), tout en en facilitant l'accès.

01F4000007952085-photo-performance-advisor.jpg

Les performances en jeu



Le HP Omen est-il capable de faire tourner des jeux assez récents avec un niveau de détails élevé ? Pour le savoir, nous avons choisi quatre titres, en plus de l'inévitable 3DMark : Battlefield 4, Crysis 3, Dirt Showdown et Bioshock Infinite. Nous avons réalisé nos tests en 1 600 x 900 pixels, mais aussi en 1 920 x 1 080, la définition native de l'écran du Omen.

Un protocole que nous avions mené à l'époque pour tester les Razer Blade 14 et Aorus x7, dont on rappelle ici les configurations :

Pour le Blade 14 de Razer :
  • Processeur Intel Core i7-4702HQ,
  • 8 Go DDR3-1600,
  • GeForce GTX 765M (2 Go)

Pour le X7 d'Aorus :
  • Processeur Intel Core i7-4700HQ,
  • 8 Go DDR3-1600,
  • SLI de GeForce GTX 765M (2 x 2 Go)

Notre Omen de test :
  • Processeur Intel Core i7-4710HQ,
  • 8 Go DDR3-1600,
  • GeForce GTX 860M (4 Go)


Benchmark : 445-4841

3DMark met naturellement en avant le SLI de GeForce GTX 765M de l'Aorus X7. Le Omen vient s'intercaler entre ses deux concurrents, avec un score supérieur de 32 à 35% à celui du Blade, selon la définition.

Benchmark : 445-4833

Nous utilisons Fraps sous Battlefield 4, lors d'une scène de la première mission du jeu. Sur ce test, mené avec un niveau de détails important, le Omen permet tout juste de jouer en 1 600 x 900 pixels, alors que pour bénéficier du Full HD, il vous faudra réduire vos prétentions quant à la qualité des images.

Benchmark : 445-4835

Crysis 3 (et toujours Fraps) apporte le même constat que précédemment : dans les conditions de jeu que nous avons choisies, impossible de jouer en Full HD sur la machine de HP. Il vous faudra diminuer soit la définition, soit le niveau de détails.

Benchmark : 445-4837

Dirt Showdown est plus conciliant avec le Omen, puisque même en 1 920 x 1 080 pixels, le jeu tourne à plus de 50 fps, malgré des réglages plutôt gourmands.

Benchmark : 445-4839

Sous Bioshock Infinite (et son benchmark intégré), les résultats sont assez étranges, puisque le Omen fait jeu égal avec le Razer Blade en 1 600 x 900, mais le laisse largement derrière en Full HD. La faute à une limitation du processeur ? Pas vraiment, puisque le Aorus X7 affiche des performances bien meilleures sans que son CPU ne soit plus puissant que celui du Omen.

Nuisances sonores et températures



Placer des composants puissants dans un espace très réduit comme l'est le châssis du Omen est un sacré défi, car il faut pouvoir refroidir de façon satisfaisante des puces qui risqueraient de souffrir en cas de surchauffe. Et qui dit refroidissement efficace dit parfois nuisances sonores importantes.

Pour vérifier comment se comporte notre machine durant une session de jeu, nous avons mesuré les températures du processeur et du GPU, ainsi que la pression acoustique générée. Notre salle de test était maintenue à 25°C durant les tests, et la pression acoustique de référence était de 33,8 dB(A). Les mesures sont prises au sonomètre, juste devant la machine, au niveau du touchpad, après trois sessions de 3DMark Extreme en 1 600 x 900.

Benchmark : 445-4843

Benchmark : 445-4849

Le Omen bénéficie d'une compacité moindre que le Blade 14, ce qui lui permet de conserver des températures moindres. Mais malgré une configuration moins musclée que le X7, le portable de HP ne fait pas mieux que celui d'Aorus, du moins en charge.

Benchmark : 445-4845

Et si le Omen parvient à contenir davantage les températures au repos, c'est au prix de nuisances sonores plus élevées. Pire, le rapport températures / nuisances sonores affiché en charge est nettement moins bon que celui du X7. De ce point de vue, on attendait mieux de HP : la prise d'air par le dessous ne porte visiblement pas ses fruits.

Quid de l'autonomie ?



La grande finesse d'un PC portable et donc son caractère très mobile n'ont que peu d'intérêt sans une autonomie décente. Pour vérifier les compétences du Omen en la matière, nous avons utilisé un outil développé par nos soins et capable de mesurer l'autonomie via une utilisation classique d'un PC en mobilité (lecture en plein écran d'une vidéo, bureautique, manipulation de fichier, lecture audio, un peu de surf).

L'ensemble de ces opérations est répété en boucle jusqu'à ce que la batterie de l'ordinateur succombe. Côté réglages, le module Wi-Fi est actif, la luminosité est réglée sur 200 cd/m² et le volume sonore est à mi-puissance, alors que le PC est placé en mode économie d'énergie.

Benchmark : 445-4847

Avec tout juste trois heures, le Omen fait, fort heureusement, mieux qu'un Aorus X7 qui, pour rappel, est dépourvu du dispositif Optimus. Il reste en revanche bien loin du Razer Blade en la matière.

Notre avis



Le moins que l'on puisse dire à l'issue de ce test, c'est qu'avec son Omen, HP ne marque pas un retour en fanfare. Certes, la machine dispose d'un design agréable à l'œil, et la fiche technique tout comme les performances sont plutôt honorables. Et on félicite HP pour son Omen Control : une interface complète qui donne une grande liberté de personnalisation à l'utilisateur.

Hélas, HP accumule les erreurs, plus ou moins importantes, sur sa machine. Trop pour nous convaincre. Que ce soit au niveau de l'ergonomie (clavier déporté sur la droite, touchpad trop large), de l'écran (pourquoi du tactile ?) ou de la finition (les patins qui se décrochent), nous attendions mieux de la part du constructeur.

Et le plus gênant reste à venir : les 1 300 euros demandés par HP pour la version 8 Go de RAM / SSD 256 Go sont hors de propos quand on sait que le Lenovo Y50-70, qui dispose de la même configuration, est vendu 999 euros. Et que dire des 1 600 euros auxquels est commercialisé le modèle 16 Go de RAM / SSD 512 Go...

En conclusion, HP n'apporte pas une solution plus intéressante que celles d'Aorus ou Razer en matière de compromis performances / compacité. Et on se dit qu'en matière d'ultrabook gamer, la solution d'Alienware, dont le portable 13 pouces peut être associé à un GPU déporté, n'est peut-être pas la moins bonne...

HP Omen

Les plus
+ Design travaillé
+ Finesse
+ HP Omen Control
+ Dalle de bonne qualité
Les moins
- Trop cher
- Ergonomie perfectible
- Ecran brillant
- Patins en caoutchouc mal collés
Performances
Autonomie
Ergonomie
Design - Finitions
Positionnement tarifaire
2.5

Modifié le 17/09/2018 à 10h53
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Une étude montre que les cyclistes
C’est officiel : Disney+ ne sera pas disponible au lancement en France

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top