Au moins 80 % des NFT créés gratuitement sur OpenSea sont "plagiés, de fausses collections et du spam"

Vincent Touveneau
Cryptomonnaies
31 janvier 2022 à 10h23
13
NFT

Le site d’enchères de NFT OpenSea a révélé récemment qu’une large partie des token non fongibles vendus sur le site seraient faux, et que leur vente ne bénéficie donc à aucun créateur. À l’origine de ces dérives, l’outil de minting gratuit qui permet de miner son NFT sans payer les « gas fees », souvent très chères avec Ethereum . La plateforme veut limiter cette option pour les créateurs afin de réduire considérablement cette pratique.

OpenSea indique sa ferme intention de lutter contre la fraude, alors que le milieu des NFT ne bénéficie d’aucune régulation pour l’instant.

Plus de 80 % des NFT considérés comme du plagiat sur la plateforme

Il y a quelque chose de pourri au royaume d’OpenSea, alors que la plateforme essuie des vols de façon quasi quotidienne. Il y a une semaine, elle était victime d’un bug qui permettait d’acheter des Bored Apes à bas prix . Aujourd’hui, la révélation de l’entreprise est d’une autre nature, puisque ses responsables admettent, implicitement, que la plupart des NFT vendus sur le site seraient du plagiat.

« Jusqu’à 80 % des objets vendus sur le site sont des œuvres plagiées, des fausses collections et du spam », peut-on lire dans un tweet émis par OpenSea elle-même. Une statistique qui confortera les détracteurs de la plateforme, qui brassait plus de 13 milliards de dollars de transactions début janvier. 

Pour l’instant, le marché souffre d’un manque de régulation et semble ne profiter qu’à une poignée d’investisseurs opportunistes qui spéculent sur des projets (CryptoKitties et Bored Apes en tête) dont l'intérêt artistique est quasi inexistant. Les NFT sont considérés comme une aberration écologique car leur minting est coûteux, basé sur une blockchain ethereum gourmande en énergie.

La pratique du Lazy Minting pointée du doigt

OpenSea précise que la source principale des fraudes est la pratique du Lazy Minting, qui revient à ne pas payer de frais de minting avant que le NFT ne soit mis en vente. Le procédé attire les créateurs moins fortunés mais favorise grandement les fraudes en tout genre. OpenSea a donc annoncé la limitation du Lazy Minting et provoqué le mécontentement de créateurs qui souhaitent gagner leur vie grâce à la plateforme. À l’heure actuelle, il est encore trop facile pour les fraudeurs de s’emparer d’un NFT et de le minter pour eux-mêmes, sans qu’un éventuel acheteur ne s’en rende compte.

L’année 2022 signera-t-elle la fin de la folie spéculative des NFT ? Les propres aveux d’OpenSea, leader du marché, laissent à penser que le milieu des NFT devrait connaître des mutations importantes, afin de profiter aux véritables artistes plutôt qu’aux faussaires de toute sorte.

Source : Vice

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
11
benben99
LOL on savait deja que les NFTs étaient une arnaque, Mais la ca vient datteindre un nouveau fond
cirdan
Un site qui reconnait que 80% de son contenu n’est pas légitime est un site qui se reconnait lui-même comme non-légitime.<br /> Et tout ça va aboutir à ce que le législateur ponde des lois pour réguler ce bor*el, suivi par les grands défenseurs de l’indépendance d’internet qui vont crier au scandale et au droit d’arnaquer le plus de monde possible au nom de la liberté d’expression. Et ça va générer des articles, des commentaires, etc…, etc…
avandoorine
Ca reste un truc tellement stupide.<br /> Surtout de ma compréhension le NFT étant par définition virtuel on possède un token unique et exclusif pour une URL, un lien.<br /> Si j’achète un NFT même tout à fait légitime et que le site disparait, est détruit, piraté,… alors le NFT perds évidemment toute sa valeur.<br /> Bref encore une invention qui n’apporte franchement rien à part de la spéculation sur du virtuel. Il y a rien qui garanti que dans 10 ans mon NFT sera toujours valide, ni rien qui protégé contre la copie ou autre puisque le contenu n’est pas à l’intérieur du NFT mais a l’extérieur
jvachez
Il serait aussi intéressant de connaitre le pourcentage de NFT qui trouvent un acheteur.
benben99
Et meme le 20% restant est une arnaque<br /> Par exemple, ceux.qui on achèter des NFTs de cryptopunk pour 1 million de dollars ne peuvent meme pas en faire ce qu’il veulent. S’ils veulent disons imprimer des t-shirts et gagner plus de 100k par année avec leur «&nbsp;possession&nbsp;» il ne peuvent pas car quand tu achetes un NFT tu n’est meme pas proprietaire du copyright.
vbond007
Si la création de contrat n’est pas contraignante, s’il est possible de créer des NFT comme je crée un mail, il est évident que ça va partir en sucette.<br /> Je pense que pour qu’un titre de propriété soit reconnu, sans litige et dure dans le temps, il faut des organismes compétents pour les gérer.<br /> Je ne connais pas la réglementation autour des NFT cela dit, mais est-ce que ça a clairement été réfléchi et encadrer comme il se doit?<br /> Certes ca utilise le mécanisme de blockchain, mais cela suffit-il a dire que je possède qqc si j’ai un nft?
Urleur
Oui c’est une arnaque virtuel, grosso modo c’est comme ceux qui achète les boosters pokemon en espérant toucher le gros lot et les revendre, nft, c’est pareil. Le principal est d’y croire.
Oli1
«&nbsp;et provoqué le mécontentement de créateurs qui souhaitent gagner leur vie grâce à la plateforme&nbsp;»<br /> Bien sûr, on aimerait tous gagner notre vie sans payer de royalties au services qui le permettent. Normal…
Nmut
Les NFT ne sont pas une arnaque, ce n’est qu’une technologie.<br /> Par contre l’utilisation qui en est faite ici, c’est une arnaque. On peut dire la même chose des mails ou des téléphones, cela peut être très utile (voir indispensable) mais c’est aussi utilisé intensivement pour des arnaques.
benben99
Ouais, les booster pokemon, les bitcoins et les nfts c’est un peu la même chose. Une grosse bulle de spéculation
Pierro787
@ avandoorine<br /> Votre propos part du principe que le contenu numérique est stocké sur un serveur web, unique. C est effectivement le cas sur OpenSea mais vous pouvez très bien créer des NFT dont le contenu est stocké de manière décentralisée via IPFS un peu à la manière de bittorent.<br /> Dans ce cas, le contenu référencé dans le NFT ne pourra pas disparaître même si le site original qui a servi à la création du NFT ferme.<br /> Il n est nullement besoin de passer par un site web pour créer un NFT, vous pouvez très bien le faire de vous même avec des lignes de commandes sur un terminal Linux ou MacOS.<br /> Aucun site ou organisation ne pourra vous empêcher de le faire. Par contre, vous aurez des frais de création à régler au moment de la création de chaque NFT, directement depuis vos lignes de commandes sur votre ordi.<br /> Sur Ethereum, c est effectivement prohibitif, plusieurs dizaines d euros, mais sur d autres blockchains comme Solana, ça coûte quelques centimes…
Pierro787
Il suffirait de demander aux utilisateurs de la plateforme lors de leur inscription de prouver leur identité avec une carte d identité ou un passeport, un justificatif de domicile et un selfie à 180° comme le font les plateformes de trading de cryptomonnaies ou les banques en ligne pour la création d un compte bancaire.<br /> Il faudrait ensuite la mise en place d’un fichier centralisé blacklistant les escrocs qui ont tenté de vendre des œuvres appartenant à d autres sans leur accord. Il existe bien des fichiers centralisés pour les interdits bancaires, les interdits d abonnements mobiles, les interdits de crédit, etc…<br /> Par ailleurs, il y a désormais des contrôles manuels pour certaines collections qui font la demande d être « approuvées » par OpenSea ou d autres plateformes de NFT.<br /> Après, il ne sera jamais possible de vérifier que c est bien le créateur du NFT qui est bien le créateur de l œuvre représentée. On l a d ailleurs vu avec des œuvres d Andy Wharol retrouvées sur des anciennes disquettes Amiga de 1987. L artiste est mort depuis longtemps et pourtant, la fondation qui gère ses œuvres a bien créer des NFT représentant des œuvres numériques qu il avait créé sur Amiga en 1987.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Le Bitcoin tombe sous les 30 000 dollars, faut-il s'inquiéter pour de bon ?
Ces 200 applications Android vous espionnent et volent vos données, supprimez-les d'urgence !
Le Salvador accueille un sommet international pour le bitcoin et la finance décentralisée
Cryptoqueen : découvrez l'histoire de cette arnaqueuse crypto recherchée par Europol
Les crypto-monnaies Terra et Luna s'effondrent : que s'est-il passé ?
Et si le Salvador faisait défaut à cause du crash du bitcoin ?
NiceHash élimine totalement les mesures antiminage mises en place par NVIDIA
Juno : l'incroyable histoire du cryptoactif qui a égaré 36 millions à cause d'une bête erreur de code
Les
Binance est désormais enregistré PSAN auprès de l'Autorité des marchés financiers, qu'est-ce que ça change ?
Haut de page