USA : Google cherche à faire légaliser ses lunettes Glass au volant

26 février 2014 à 13h01
0
Pointées du doigt par plusieurs Etats américains qui voient d'un très mauvais œil leur utilisation au volant, les Google Glass font actuellement l'objet d'un lobbying intensif de la part de Google pour trouver leur place dans les voitures.

00FA000006010690-photo-logo-google-glass.jpg
L'agence Reuters rapporte que Google fait actuellement « pression sur les fonctionnaires d'au moins trois Etats américains » dans l'optique de faire lever les restrictions qui pèsent sur l'usage des Google Glass au volant. L'Illinois, le Delaware et le Missouri sont les premiers Etats auxquels s'intéresse l'entreprise, selon des documents récupérés par Reuters.

Le lobbying de Google pour faire accepter ses Google Glass dans les véhicules s'intensifie alors que plusieurs Etats ont déjà des lois d'interdiction en projet : c'est le cas de New York, du Maryland, de la Virginie Occidentale, du New Jersey et du Wyoming. Ces derniers n'ont pas encore été contactés par la firme de Mountain View, contrairement aux trois autres Etats actuellement ciblés.

Une réglementation prématurée

Ira Silverstein, un sénateur de l'Illinois, fait partie des politiques approchés par Google. Un représentant de l'entreprise est venu à sa rencontre en décembre, après la présentation d'un projet de loi concernant la règlementation des Google Glass. L'argument principal de l'entreprise : une telle réglementation serait prématurée, dans la mesure où les lunettes ne sont pas encore commercialisées.

Mais le sénateur s'étonne d'une telle stratégie, puisqu'il est évident que Google va prochainement commercialiser ses lunettes. « Qui cherchent-ils à tromper ? » s'interroge-t-il.

De son côté, l'entreprise a expliqué dans un communiqué estimer qu'il est important pour elle de « faire partie des discussions » autour des projets de loi. « Même si les Glass ne sont proposées qu'à un petit nombre de personnes, nous constatons que lorsque les gens les essaient, ils comprennent mieux le principe sous-jacent : les lunettes ne sont pas censées distraire, mais plutôt relier les gens davantage au monde qui les entoure. »

Une préparation avant commercialisation

En somme, Google cherche à développer une image positive pour ses lunettes, en proie aux préjugés. En essayant de convaincre les politiques, l'entreprise espère toucher une audience plus large, mais ce n'est pas gagné. « Je ne suis pas contre Google ou les Google Glass. Elles peuvent avoir une place dans la société. Mon problème, c'est que pendant que vous conduisez, rien ne devrait pouvoir vous déconcentrer » explique Joseph Miro, un sénateur du Delaware approché par l'entreprise.

Les distractions au volant ont coûté la vie à plus de 3 000 personnes aux Etats-Unis en 2012. Appels et SMS envoyés en conduisant sont traqués par les autorités, et certains Etats, comme celui de New York, n'ont pas hésité à aménager le bord des routes pour encourager les conducteurs à s'arrêter pour envoyer des textos. Dans un tel contexte, on comprend que les Google Glass suscitent des interrogations des législateurs, et la question se posera sans doute également en Europe lorsque les lunettes traverseront l'Atlantique.

Pour aller plus loin en vidéo :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top