Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus

04 avril 2020 à 13h31
0
Blue Origin

L'entreprise de Jeff Bezos, Blue Origin insiste : malgré le COVID-19, elle veut poursuivre le développement de ses fusées à visée touristique.

Alors que les États-Unis subissent de plein fouet la pandémie, Blue Origin envisage de déplacer une partie de ses employés depuis son siège, près de Seattle, vers une petite ville à l'ouest du Texas.


Un déplacement controversé

La ville de Kent, dans l'État de Washington, se trouve près de Seattle, où les cas de COVID-19 ont récemment explosé. D'après la carte mise au point par Microsoft et Bing, l'État de Washington compte actuellement 6 585 cas. Le comté de King, où se trouve Kent, a déjà recensé à lui seul 2 500 cas et 175 décès.

Blue Origin veut pourtant déplacer une partie de son équipe de Kent à Van Horn, une petite ville texane de 2 000 habitants. C'est là que se trouvent les infrastructures de test de l'entreprise. C'est également ici qu'elle a dirigé les vols précédents de New Shepard. Le 1er avril, lors d'une réunion avec son équipe, la direction de Blue Origin a ainsi évoqué ce voyage jusqu'à Van Horn, mentionnant un groupe plus restreint que d'habitude. Les dirigeants auraient également suggéré que ses employés « restent discrets en ville », rapporte The Verge.

Malgré ces précautions, de nombreux employés de Blue Origin craignent que cette décision ne participe à propager l'épidémie dans l'État du Texas, qui compte 4 669 cas. Toujours selon la carte, le comté de Culberson où se trouve Van Horn ne recense encore aucun cas. L'un des employés a ainsi déclaré : « Il semble que l'entreprise donne la priorité à ses objectifs commerciaux et à son calendrier plutôt qu'à la sécurité de ses employés et de sa communauté ».


Prendre l'avantage

Blue Origin a également été contacté par The Verge. L'enseigne a déclaré « considérer la sécurité comme (sa) valeur la plus haute », tout en se refusant à commenter les déclarations faites en réunions internes.

Elle insiste également sur l'exception dont elle jouit. Blue Origin fait partie d'un groupe restreint d'entreprises opérant toujours dans l'État de Washington. Le 23 mars, Jay Inslee, le gouverneur de l'État, a émis une circulaire ordonnant la fermeture de toutes les entreprises dont l'activité n'est pas considérée comme essentielle. Blue Origin a pu toutefois maintenir son activité, arguant de son travail avec le département américain de la Défense. La société travaille actuellement avec l'US Air Force au lancement de satellites qui seront utilisés pour la sécurité nationale.

Mais il s'agit ici de poursuivre le développement de fusées touristiques, New Shepard ayant pour but d'emmener de riches personnalités dans l'espace. Bien que l'engin puisse parfois transporter des appareils dédiés à la recherche, l'un des employés a ainsi déclaré : « Je ne pense pas que New Shepard soit une mission essentielle aux États-Unis en aucune façon ».

Mais pour Blue Origin, il y a là une occasion pour prendre l'avantage sur son principal concurrent, Virgin Galactic. Un lancement initialement prévu pour le 10 avril a été retardé par une ordonnance de Greg Abott, le gouverneur du Texas. La nouvelle date n'est pas encore connue.

Source : The Verge
26
14
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
scroll top