Test F1 2020 : champion, les doigts dans le nez

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
14 juillet 2020 à 11h27
13
Après de multiples reports / annulations de Grands Prix, la saison de Formule 1 2020 a enfin pu débuter avec un calendrier qui arrange plutôt bien Codemasters car la première épreuve autrichienne s'est finalement déroulée quelques jours à peine avant la sortie de F1 2020, la nouvelle simulation de l'éditeur britannique.

Au grand désespoir de nombreux écologistes, la pandémie de COVID-19 n'a pas sonné le glas du sport automobile. La saison de Formule 1 a été bousculée et il n'est pas certain que les organisateurs trouvent des créneaux pour les divers Grands Prix - Bahreïn, Vietnam, Chine et Canada - qui n'ont été que « reportés ». Reste que les choses ont débuté et que, contre toute attente, ce n'est pas Lewis Hamilton sur Mercedes qui s'est imposé, mais son coéquipier Valtteri Bottas, après quelques rebondissements. Un scénario « idéal » pour lancer la nouvelle version du jeu de Formule 1 signé Codemasters. F1 2020 est effectivement disponible depuis quelques jours. Nous en avons testé la version PC. Forcément.


« Codemasters a choisi de rester sur le planning initial de cette saison 2020 et ses 22 courses originelles »


Changement de formule ?

Après l'excellent F1 2019, il semblait un peu casse-gueule pour Codemasters d'enchaîner sur un nouvel opus douze mois plus tard. Pourtant, comme il en a l'habitude depuis de nombreuses années, l'éditeur a gardé le cap et s'il n'est pas question de révolutionner un concept qui a fait ses preuves, vous allez voir qu'il y a au moins une nouveauté majeure qui risque de faire craquer plus d'un joueur... même chez les possesseurs du précédent opus. Mais commençons plutôt par ce qui ne change pas et, en particulier, le mode Carrière.


Le principe est ici relativement simple. Au travers de quelques pages et de multiples options on se créé un personnage, un alter ego virtuel pour vivre nos rêves de championnat du monde. Ce pilote débute en Formule 2 et au travers d'une saison 2019 à la longueur paramétrable - 3, 6 ou 12 courses - il doit figurer le plus haut possible. Cette première saison revêt un petit côté didacticiel et des résultats enregistrés sur cette première saison dépend notre manière d'entrer parmi l'élite, en Formule 1. On va dire que ce n'est qu'à ce moment là que F1 2020 débute vraiment.

F1 2020
F1 2020 est un très grand cru © Codemasters

En fonction de l'écurie avec laquelle on signe, les choses ne sont évidemment pas aussi simples, pas aussi directes, mais dans tous les cas de figure, on se retrouve toujours à suivre le calendrier avec ses week-ends de course et ses temps passés avec les gars du département recherche et développement. Selon les résultats enregistrés, l'argent arrivera plus ou moins vite dans les caisses et la R&D en sera affectée. Celle-ci n'a toutefois pas vraiment changé, dans la mesure où il s'agit toujours de profiter d'arborescences avec des améliorations sur les principaux secteurs de la monoplace (châssis, moteur, aérodynamisme et longévité).

Par rapport à F1 2019, le calendrier de la saison est évidemment différent et Codemasters a choisi de rester sur le planning initial de cette saison 2020. C'est ainsi que sur les 22 courses prévues, on découvre le grand prix du Vietnam, à Hanoï, et celui des Pays-Bas, à Zandvoort. Autre changement notable et plus regrettable celui-ci, Codemasters n'a pas reconduit les éléments de scénario qui pouvaient donner un peu de vie à cette carrière. À la place, on doit se fader des interviews avec des journalistes : ce n'est inintéressant, mais les choses prennent vite un caractère répétitif d'autant qu'esthétiquement c'est une copie conforme de F1 2019... et même F1 2018. Enfin, le mode Carrière est surtout directement concurrencé par le petit nouveau, Mon Écurie.

F1 2020
Dans la roue de Hamilton, Grand Prix du Vietnam © Nerces pour Clubic

« Le mode Carrière donne vite l'impression de n'être qu'une pâle copie de Mon Écurie, un ersatz »


Vettel Fraise

Problème, cette concurrence tourne à l'avantage de ce que la version anglaise connait sous le nom de My Team. Sur le principe, les choses sont assez semblables, mais le mode Carrière donne vite l'impression de n'être qu'une pâle copie de Mon Écurie, un ersatz. En y réfléchissant, on pourrait même y voir une sorte de passation de témoin et, qui sait, peut-être que le mode Carrière disparaîtrait avec F1 2021 ? Dans Mon Écurie, en plus de créer son pilote, on crée donc sa propre équipe et on doit prendre toutes les décisions liées à son bon fonctionnement.

Cela va du choix du nom et du logo à la signature de contrats de sponsoring, en passant la gestion des calendriers, les décisions en matière de recherche et développement et l'embauche d'un second pilote. Ah oui, car bien sûr, dans Mon Écurie on est à la fois le fondateur / propriétaire / manager de l'écurie et son principal pilote à la manière des anciens comme Jack Brabham ou Frank Williams. En début de partie, il faudra nécessairement faire des arbitrages : impossible d'embaucher le meilleur second pilote et investir dans la motorisation ou le châssis le plus abouti.

F1 2020
Recherche et développement en mode Mon Écurie : les travaux ont bien avancés © Nerces pour Clubic

En début de partie, on fait du mieux possible avec ce qu'on la sous la main, mais avec les succès - ou au moins des classements corrects - les choses progressent rapidement. On débloque davantage de fonds, de nouveaux sponsors nous font confiance, la popularité de l'écurie grandit et la monoplace s'améliore. Toute cette gestion impose de nombreuses décisions « hors-piste » et de passer beaucoup plus de temps sur chaque étape. Le calendrier de l'écurie autorise la mise en place d'activités diverses afin d'accroître notre popularité, maximiser la recherche de sponsors, booster le moral de certains départements (motorisation, châssis...) et entraîner les pilotes.

Pour ne pas être décroché par les autres écuries, il ne faut évidemment pas négliger cet aspect du jeu, mais il ne faut pas non plus négliger tout ce qui a trait aux réglages de la voiture. En début de partie, elle est moins compétitive que celles de leaders comme Ferrari ou Mercedes. Les séances d'essai sont vitales pour débloquer des points de ressources qu'il faudra ensuite attribuer aux parties les plus importantes de la monoplace. Vous avez besoin de plus d'adhérence dans les virages ? Vous estimez que le plus important concerne la longévité des pièces ? On est loin de la simple simulation de pilotage, mais cet aspect management est tout à la fois chronophage et passionnant.

F1 2020
Le mode en écran partagé est un bonheur... même sous la pluie hongroise ! © Codemasters

« La conduite dans F1 2020 est proche du sans-faute »


Leclerc, arrête ton Charles

En réalité, choisir entre le mode Carrière et Mon Écurie, c'est choisir entre deux orientations sensiblement différentes. Bien sûr, à côté de ça, Codemasters dispose toujours d'options plus « simples » comme la participation à un Grand Prix unique ou à des courses contre-la-montre et la création de mini-championnats. En multijoueur, il est toujours question de proposer des épreuves hebdomadaires et de créer diverses ligues pour se mesurer à ses amis ou à de parfaits inconnus. Plus original, Codemasters a réintroduit le mode de jeu en écran partagé de sorte qu'il est possible de se mesurer à un ami, dans le confort de son canapé.

L'option est d'autant plus intéressante qu'elle n'est pas gâchée par une réalisation bâclée. Sur les machines les moins puissantes, il faudra sans doute réduire un peu la voilure, mais sur notre PC en 1440p détails au maximum, le fait de jouer en plein écran ou en écran partagé n'a rien changé à la fluidité des courses. Parmi les autres nouveautés de cette version 2020, notons aussi bien sûr l'intégration de tous les circuits de la saison officielle... même ceux qui ont depuis été annulés avec les petits nouveaux comme Hanoï ou Zandvoort. Les livrées officielles sont également de la partie alors qu'un DLC Schumacher rend hommage à la légende avec certaines livrées exclusives.

F1 2020
Une des livrées de la Deluxe Schumacher Edition, sur Jordan à Spa-Francorchamps © Codemasters

Par ailleurs Codemasters a mis en place un nouveau rétroviseur et a simplifié le système ERS. Deux éléments qui contribuent aux - très légères - évolutions côté gameplay. Très légères car il faut reconnaître qu'en aveugle, il ne serait pas évident de distinguer F1 2019 et F1 2020 sur leur seul gameplay. Soulignons tout de même que pour le moment - en version 1.02 - l'intelligence artificielle des pilotes est parfois très agressive, au mépris de certaines règles de conduite en Grand Prix. Un défaut que l'on retrouve d'ailleurs en multijoueur où le fair-play n'est pas la norme. Cet écueil mis à part, la conduite dans F1 2020 est proche du sans-faute.

Ce qui est particulièrement appréciable - et ce n'est pas une nouveauté de la version 2020 - c'est la richesse des options proposées. De fait, on doit pouvoir trouver chaussure à son pied que l'on souhaite un style purement arcade où le freinage est presque une option ou que l'on ait besoin de quelque chose de plus réaliste, proche d'une simulation. D'innombrables assistances peuvent ainsi être activées / retirées et le niveau de l'intelligence artificielle ou la gestion des dégâts sont paramétrables. Comportement des véhicules, pertes d'adhérence, sur ou sous-virage, rien n'est laissé au hasard et il faudrait être particulièrement exigeant pour ne pas y trouver son compte.

Il en va de même pour la réalisation technique que nous avons rapidement évoqué en parlant du mode écran partagé. En effet, F1 2020 est une belle réussite que ce soit sur PC ou sur consoles et la fluidité de l'animation est remarquable. Bien sûr, les joueurs PC profiteront d'un palier supplémentaire côté graphismes, mais on se focalisera davantage sur le contraste entre certains circuits. Par exemple, le Grand Prix d'Hanoï est sans doute un peu moins riche, un peu moins flatteur pour la rétine que le circuit Gilles Villeneuve de Montréal. Enfin, la bande-son, une fois encore impeccable sur la piste, met clairement dans l'ambiance avec toutefois un regret sur les commentaires de courses : répétitifs et sans âme, mais ça reste accessoire.

F1 2020
Le Grand Prix du Vietnam a été reporté, mais F1 2020 intègre malgré tout le circuit urbain de Hanoï © Codemasters

F1 2020 : l'avis de Clubic

Il ne sera jamais évident de conseiller l'achat d'un nouveau jeu à 50 - 60 euros à des personnes qui ont déjà payé cette somme l'année passée. Pourtant, F1 2020 signe de nombreux progrès par rapport à F1 2019 et l'arrivée du mode Mon Écurie est incontestablement un énorme atout. On profite d'une gestion plus en profondeur de son équipe et les choses vont beaucoup plus loin que sur le mode Carrière tout d'un coup bien plus fade. Le multijoueur n'est cependant pas en reste et si les modes en ligne n'innovent pas beaucoup, l'introduction du jeu en écran partagé constitue en quelque sorte la cerise sur un gâteau auquel il sera vraiment difficile de ne pas résister cette année.

F1 2020

9

Les plus

  • Tous les GP de la saison 2020 originelle
  • Mode Mon Écurie passionnant
  • Retour du mode en écran partagé
  • Sensations de course au rendez-vous
  • Gameplay arcade ou simulation
  • Beau et particulièrement fluide

Les moins

  • Commentaires de courses loupés
  • I.A. parfois excessivement agressive
  • Système d'interviews vite lassant
  • Manque de fair-play en ligne

Test réalisé à partir d'un code fourni par l'éditeur
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
13
5
c_planet
Après une rapide recherche sur les forums je vois qu’ils n’ont toujours pas réglé les problèmes de micro-stuterring, c’est lamentable.
Nerces
Lamentable ? Possible. Cela dit, je n’ai rien rencontré de tel sur la version du jeu pour test avant la sortie et sur la version d’après lancement (sur deux machines).<br /> Espérons que ce soit donc plutôt rare comme problème.
Fei666
Vous avez testé à la manette ? Au volant ?<br /> J’ai de mauvais souvenirs sur F1 2019 ou le FFB était très pauvre en information. Ce n’était pas vraiment plaisant, est-ce qu’ils se sont améliorés de ce côté là ?
Bedouille69
Aucun souci de micro stuttering même sur une 1070 en 2560x1440 …
Nerces
Les deux <br /> Coté force feedback, non ce n’est pas la révolution. Il y a sans doute un peu plus de retours, notamment sur les kerbs, mais ça reste modeste. J’avoue ça ne me gêne pas tant que ça, mais ça ne me gênait pas vraiment sur F1 2019 non plus alors…
c_planet
Espérons que ce soit donc plutôt rare comme problème<br /> Assez fréquent pour que l’équipe codemaster se sente obligée de lancer en l’air des conseils divers : https://forums.codemasters.com/topic/33016-pc-tips-for-diagnosing-frame-stalls-during-races/<br /> Perso, j’aime bien celui-là :<br /> Increase your graphics settings : It sounds counter-intuitive, but sometimes raising the graphics settings can shift the bottleneck on your system which could be the cause of the stalls you are seeing. Try increasing the gfx settings or resolution. It will likely result in a lower frame rate, but may alleviate stalls.<br /> je le donnerais comme conseil à qui veut, «&nbsp;t’as shifté le bottleneck graphique&nbsp;» ? <br /> Perso, je n’ai testé que F1 2018, ça me rappelle l’époque maudite des ATI 9700pro, mais c’est même pire maintenant, dans F1 20xx le contrôleur est aussi affecté, enchainer correctement dans une chicane relève du rite vaudou (alors que la scène se passe à 94 fps)
Nerces
Ton lien c’est pour F1 2018. Quand je dis que j’espère que c’est plutôt rare comme problème et que de mon côté je n’ai rien ressenti, je parle de F1 2020
c_planet
oui, F1 2018, puis ça a continué sur F1 2019 et si je regarde vite fait les forums, ça continue sous F1 2020.<br /> je ne dis pas que tout le monde est concerné, j’avertis juste que ce problème semble toujours faire des victimes sous F1 2020
Nerces
Et tu fais bien, c’est juste pour être très clair
ramses_deux
«&nbsp;Increase your graphics settings : It sounds counter-intuitive …/…&nbsp;»<br /> La réponse technique de Codemasters est tout a fait valable.<br /> Inutile de s’en moquer.<br /> Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais certains d’entre vous on déjà rencontre ce fait:<br /> Un jeu dans une résolution inférieure saccade, alors que dans une résolution supérieure tout est fluide.
c_planet
par défaut on peut considérer que tout ce qui est listé à marché au moins une fois, mais bon je me moque un peu car pour moi c’est un conseil de niche.<br /> tout est possible sur un pc, il n’y a jamais de «&nbsp;jamais&nbsp;». Un jour j’ai résolu un problème lourd et récurrent de corruption de fichiers windows en changeant l’écran (qui a finalement révélé un problème électrique … en s’enflammant). bon voilà, c’était de la niche, je m’abstiendrais de le lister dans une batterie de test.<br /> maintenant si tu me trouves une review cg où les testeurs passent de la franche saccade à la perf fluide en montant les options graphiques je changerais peut-être d’avis.
ramses_deux
«&nbsp;maintenant si tu me trouves une review cg où les testeurs passent de la franche saccade à la perf fluide en montant les options graphiques je changerais peut-être d’avis.&nbsp;»<br /> Ce n’est pas a moi de vous trouver une «&nbsp;review&nbsp;» pour affirmer mes dires.<br /> Il semblerait que cela sois plutôt a vous de prouver que l’affirmation de Codemasters est fausse non? - Puisque c’est le sens de votre argument.<br /> Cependant pour la forme et pour les autres lecteurs, voici le raisonnement derrière cette affirmation:<br /> Les rendus graphiques des jeux nécessitent deux éléments: un CPU ET un GPU.<br /> Augmenter les paramètres graphiques d’un jeu permet dans certains cas particuliers de déplacer le stress CPU vers votre GPU. Surtout si votre CPU est d’une/plusieurs générations antérieures.<br /> Pas satisfait?<br /> Voici par exemple un fil de discussion qui traite de cela sur REDDIT.<br /> Et il y a beaucoup d’autres exemples concrets.<br /> Certains moteurs graphiques s’en sortent mieux sur un GPU qu’en rendu CPU etc…
c_planet
@RamsesDeux<br /> plutôt a vous de prouver que l’affirmation de Codemasters est fausse non<br /> c’est juste une vanne sur un paragraphe de codemaster qui commence par ailleurs par une demi-vanne «&nbsp;It sounds counter-intuitive&nbsp;»<br /> Voici par exemple un fil de discussion<br /> Utilisateur inconnu, machine inconnue, historique software inconnu, supputations en cascades … Si il perd 50% de perfs en allégeant ses paramètres le premier conseil à donner c’est d’arrêter tout o/c et de virer les spyware/virus.<br /> Cependant pour la forme et pour les autres lecteurs, voici le raisonnement derrière cette affirmation […] Et il y a beaucoup d’autres exemples concrets.<br /> Certains moteurs graphiques s’en sortent mieux sur un GPU qu’en rendu CPU etc…<br /> Des exemples pullulent, des moteurs 3D sont responsables et tu sais tout cela sans jamais avoir lu des journalistes hardware qui constatent le phénomène et l’analysent. Je me doutais de cette réponse.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Arctic Freezer 7 X : un premier prix du refroidissement pour assurer l'essentiel
Test MSI MEG CoreLiquid S360 : l'efficacité, le design et l'écran LCD 2,4'' en prime
Test Cooler Master MasterLiquid ML240L V2 RGB : nouvelle version cherche copie parfaite ?
Test be quiet! Pure Loop 280 : radiateur imposant pour un AiO plutôt bon marché
Test Corsair Vengeance RGB DDR5-6000 CL36 : l'Américain baisse le tarif de sa DDR5, pas les performances
Test Oppo Find X5 Lite : un smartphone aussi performant que séduisant ?
Test be quiet! Shadow Rock 3 : une valeur sûre pour refroidir sans se ruiner
Test realme Narzo 50i Prime : sur tous les fronts, mais n'excelle nulle part
Test NZXT Kraken 120 : tout simplement le meilleur kit AiO 120 mm ?
Test Noctua NH-D15 : la référence absolue du ventirad est toujours au top
Haut de page