Gameboy Nano : la console microscopique d'un maker danois de 14 ans

11 mars 2016 à 15h46
0
Repéré par le site internet MiniMachines.net, le Gameboy Nano a fait son apparition le mois dernier sur la communauté de makers Thingiverse, sur laquelle des particuliers partagent des projets électroniques artisanaux. C'est en l'occurrence le second projet d'un dénommé Rasmus Hauschild, un bidouilleur danois précoce, qui propose à 14 ans ses services de conception et d'impression 3D sur son site Mini Factory.

Lire : Tiny Arcade : une borne de jeux vidéo qui tient dans la main

0230000008378986-photo-pi-zero-gameboy-nano-par-rasmus-hauschild.jpg

Le Gameboy Nano succède donc à une console portable plus ordinaire à base de Raspberry Pi 2 standard. Le nouveau modèle repousse les limites de la miniaturisation pour un projet DIY (fait soi-même). En effet, la microscopique console mesure seulement 69 x 48 x 27 mm et recouvre à peine l'écran d'un Gameboy Advance SP.

L'appareil repose sur un Raspberry Pi Zero, c'est-à-dire sur la variante miniature du célèbre ordinateur mono-carte déjà miniature. Son créateur l'a assorti d'un écran OLED de 1,5 pouce (3,8 cm) et de 128 x 128 pixels commercialisé par Adafruit, d'une batterie de 1200 mAh, de boutons et surtout d'un boîtier maison à imprimer en 3D.

Lire : Raspberry Pi Zero, l'ordinateur à 5 dollars

0118000008378988-photo-pi-zero-gameboy-nano-par-rasmus-hauschild.jpg
0118000008378990-photo-pi-zero-gameboy-nano-par-rasmus-hauschild.jpg
0118000008378992-photo-pi-zero-gameboy-nano-par-rasmus-hauschild.jpg

L'ensemble exécute le RetroPie Project, un système d'exploitation Linux pour Raspberry Pi incluant des émulateurs pour une quarantaine de consoles rétro, et en particulier dans l'univers de Nintendo pour les Game Boy, la NES, la Super NES et même la Nintendo 64.

Rasmus Hauschild partage donc les plans de son Pi Zero Gameboy Nano sur Thingiverse, sous licence Creative Commons. Chacun peut ainsi reproduire la console miniature lui-même. Mais le jeune entrepreneur vend aussi un produit prêt à l'emploi pour 250 dollars. Les composants vaudraient 140 dollars à eux seuls, et il reste à imprimer la coque, à amortir l'imprimante et à rémunérer la main d'œuvre.



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top