Le gouvernement va rendre obligatoire la classification des jeux vidéo

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
25 mai 2015 à 10h11
0
Le Pan European Game Information - ou PEGI - va-t-il servir de base à ce projet de classification obligatoire, ou purement et simplement passer à la trappe ?

Mis en évidence par nos confrères de Next Inpact, un amendement à la loi relative à la simplification du droit a été porté par le Gouvernement. Son objectif : rendre obligatoire le système de classification par âge et par risque dans le secteur des jeux vidéo.

Le PEGI : douze ans de classification des jeux vidéo

Cette classification n'est évidemment pas nouvelle et le Pan European Game Information l'a introduite depuis douze ans maintenant. Utilisé dans une trentaine de pays, le PEGI fonctionne sur la base d'un double système de pictogrammes. Le premier se réfère à un âge minimum recommandé pour l'utilisation du jeu en question (3, 7, 12, 16 et 18 ans). Le second ambitionne, lui, de catégoriser en fonction des dangers potentiels (violence, grossièretés, peur, sexe, drogues, jeux de hasard, discrimination, jeu en ligne).

0258000008048872-photo-pegi.jpg

Partie intégrante du paysage vidéoludique, le PEGi peut s'enorgueillir d'un bilan de plus de 22 000 jeux classifiés depuis sa création. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les jeux estampillés « 18+ » ne sont pas si nombreux - seulement 6,2 % du total - alors qu'une large part des titres sont classés « 3+ » (45%). Enfin, 14,3% sont « 7+ », 22% sont « 12+ » et 12,5% sont « 16+ ».

Confirmation ou concurrence du PEGI ?

Seulement voilà, le gouvernement semble considérer qu'avec son caractère purement informatif, le PEGI ne va pas assez loin. Il souhaite donc rendre la chose obligatoire et, pour ce faire, il a fait parvenir aux instances européennes un projet de décret allant dans ce sens. Comme l'expliquent nos confrères, après lecture du projet, on voit qu'il est question d'apposer une double série de pictogrammes « sans ambiguïté » : un pour représenter les classes d'âge et l'autre pour la nature des risques.

Une double signalétique qui n'est évidemment pas sans rappeler celle employée par le PEGI. Notons tout de même que les choses semblent ici devoir être plus simples : seulement trois seuils d'âge (12, 16 et 18 ans) et trois risques potentiels quand le PEGI en propose respectivement cinq et huit. Se pose donc une question évidente : le gouvernement va-t-il se baser sur le travail et l'expertise du PEGI pour mettre en place sa signalétique ou envisage-t-il de le concurrencer ? La première solution serait évidemment la plus logique, mais nous attendons d'en savoir plus.

À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
scroll top