Le gouvernement va rendre obligatoire la classification des jeux vidéo

le 25 mai 2015
 0
Le Pan European Game Information - ou PEGI - va-t-il servir de base à ce projet de classification obligatoire, ou purement et simplement passer à la trappe ?

Mis en évidence par nos confrères de Next Inpact, un amendement à la loi relative à la simplification du droit a été porté par le Gouvernement. Son objectif : rendre obligatoire le système de classification par âge et par risque dans le secteur des jeux vidéo.

Le PEGI : douze ans de classification des jeux vidéo



Cette classification n'est évidemment pas nouvelle et le Pan European Game Information l'a introduite depuis douze ans maintenant. Utilisé dans une trentaine de pays, le PEGI fonctionne sur la base d'un double système de pictogrammes. Le premier se réfère à un âge minimum recommandé pour l'utilisation du jeu en question (3, 7, 12, 16 et 18 ans). Le second ambitionne, lui, de catégoriser en fonction des dangers potentiels (violence, grossièretés, peur, sexe, drogues, jeux de hasard, discrimination, jeu en ligne).

0258000008048872-photo-pegi.jpg

Partie intégrante du paysage vidéoludique, le PEGi peut s'enorgueillir d'un bilan de plus de 22 000 jeux classifiés depuis sa création. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les jeux estampillés « 18+ » ne sont pas si nombreux - seulement 6,2 % du total - alors qu'une large part des titres sont classés « 3+ » (45%). Enfin, 14,3% sont « 7+ », 22% sont « 12+ » et 12,5% sont « 16+ ».

Confirmation ou concurrence du PEGI ?



Seulement voilà, le gouvernement semble considérer qu'avec son caractère purement informatif, le PEGI ne va pas assez loin. Il souhaite donc rendre la chose obligatoire et, pour ce faire, il a fait parvenir aux instances européennes un projet de décret allant dans ce sens. Comme l'expliquent nos confrères, après lecture du projet, on voit qu'il est question d'apposer une double série de pictogrammes « sans ambiguïté » : un pour représenter les classes d'âge et l'autre pour la nature des risques.

Une double signalétique qui n'est évidemment pas sans rappeler celle employée par le PEGI. Notons tout de même que les choses semblent ici devoir être plus simples : seulement trois seuils d'âge (12, 16 et 18 ans) et trois risques potentiels quand le PEGI en propose respectivement cinq et huit. Se pose donc une question évidente : le gouvernement va-t-il se baser sur le travail et l'expertise du PEGI pour mettre en place sa signalétique ou envisage-t-il de le concurrencer ? La première solution serait évidemment la plus logique, mais nous attendons d'en savoir plus.

À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top