Diablo III : l'UFC-Que Choisir met Blizzard en demeure

12 juin 2012 à 11h11
0
00FA000004264660-photo-diablo-3.jpg
Après avoir reçu plus de 1 500 témoignages de joueurs de Diablo III mécontents en 4 jours suite à son appel publié la semaine dernière, l'UFC-Que Choisir a décidé de mettre en demeure le développeur et l'éditeur du jeu, Blizzard.

C'est un vent de colère qui souffle actuellement sur Blizzard : alertée par un nombre conséquent de consommateurs mécontents - 1 500 témoignages allant dans ce sens ont été reçus en 4 jours par l'association - et le « peu d'empressement de l'éditeur » à répondre aux griefs qui lui sont reprochés, l'UFC a décidé de réagir.

90% des témoignages reçus pointent du doigt la désormais tristement célèbre « erreur 37 » empêchant le joueur de s'identifier en ligne, et donc d'accéder aux serveurs de jeu. Les problèmes de latence, rendant le titre difficile à jouer, sont également au coeur des reproches. « Comment admettre que Blizzard n'ait pas anticipé le succès de son jeu, pourtant annoncé comme le blockbuster de l'année ? Mais surtout, l'association condamne le manque de transparence de l'éditeur qui, un mois après la sortie du jeu et alors que les dysfonctionnements perdurent, reste avare en explications » explique un communiqué publié hier.

Le DRM en ligne de mire

L'UFC-Que Choisir reprend également les armes contre les DRM, qui ont déjà fait l'objet d'une enquête et de plusieurs plaintes l'année dernière. « Mais Diablo 3 n'est pas un cas isolé. Les jeux connectés sont aujourd'hui la norme et cela ne concerne pas uniquement « le multi-joueurs ». En effet, les éditeurs ont développé des mesures de protection anti-copie (DRM) qui impliquent une connexion à internet permanente. » Chez Blizzard, cette obligation d'être connecté pour pouvoir jouer n'est pas nouvelle. Forcément introduite avec l'arrivée du MMORPG World of Warcraft - logique dans le contexte d'un jeu en ligne - elle est également imposée dans Starcraft II où une connexion à la plateforme Battle.net est obligatoire pour jouer en multijoueurs, mais pas en solo, à condition qu'aucune connexion ne soit détectée. D'autres éditeurs, comme Ubisoft, utilisent la connexion pour authentifier la copie du jeu en cours de partie.

« Les DRM altèrent très significativement les usages, puisque le consommateur ne peut jouir de ce jeu comme bon lui semble (par exemple chez un ami, dans un lieu public, etc.), tout en étant soumis à des dysfonctionnements très gênants (une coupure de réseau qui fait perdre le bénéfice de la partie) et cela sans aucune contrepartie tarifaire (les prix ne baissent pas) » déplore l'UFC- Que Choisir.

L'association annonce donc avoir mis en demeure Blizzard « de remédier sous 15 jours aux différents problèmes dénoncés, et de communiquer sans délai de manière très transparente sur les mesures mises en place pour atteindre cet objectif » et de dédommager les consommateurs ayant subi un préjudice. Dans le même temps, l'UFC est également intervenue auprès de la DGCCRF pour qu'elle réalise une enquête non seulement sur les pratiques de Blizzard, mais également sur « la politique commerciale des éditeurs, plus particulièrement sur la légitimité des mesures techniques de protection qui implique un niveau de qualité de l'accès internet qui n'est pas disponible sur tout le territoire. »

Une annonce qui intervient alors qu'un nouveau bug concernant la duplication d'objets vient d'être dévoilé, entraînant la mise hors ligne des serveurs coréens du jeu pour correction : un bug qui fait désordre quand on sait que Blizzard compte prochainement ouvrir une salle des ventes virtuelle dédiée à Diablo III, qui prendra en compte l'argent réel des joueurs.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le GPS européen Galileo est désormais utilisé sur un milliard de smartphones
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top