PS3 : Sony cherche à esquiver les poursuites des Linuxiens mécontents

21 septembre 2010 à 13h13
0
00FA000003186412-photo-linux-ps3.jpg
Sony Computer Entertainment of America aimerait bien échapper au recours collectif qui s'est mis en place après la suppression de l'option « OtherOS » de la Playstation 3, qui permettait d'installer un autre système d'exploitation que celui initialement fourni avec la console (GameOS) : l'entreprise en effet demandé la semaine dernière le rejet de cette class action, en tentant de prouver être dans son bon droit.

En supprimant la possibilité, le 1er avril dernier, d'installer un autre OS que celui de la console sur sa Playstation 3, Sony s'était attiré les foudres des adeptes de Linux qui se retrouvaient dès lors dans l'impossibilité d'utiliser leur système d'exploitation de prédilection sur du matériel parfois acheté pour.

Au total, 7 plaintes ont été déposées, réunies en une seule action collective par un juge en juillet dernier. La plupart des plaintes déposées stipulaient qu'en supprimant l'option « OtherOS » des paramètres de la console « Pour des raisons de sécurité », Sony ne cherchait qu'à servir ses propres intérêts et se protéger du piratage - peine perdue depuis. Sans compter qu'une telle modification semblait en désaccord avec le contrat de vente fixé entre le client et le fabricant au moment de l'achat, un fait qui avait d'ailleurs permis à un acheteur de se faire rembourser une partie du prix de sa console auprès d'Amazon, où il l'avait acheté.

A grand renforts de citations des conditions d'utilisation du PSN et du contrat de licence du logiciel système de la console, SCEA a donc tâché d'étayer son dossier. IGN, qui s'est procuré les documents officiels, cite quelques extraits du dossier : « Ces contrats stipulent expressément que les acheteurs de la PS3 bénéficient d'une licence, et non pas d'une propriété, pour l'utilisation du PSN, et laisse le droit à SCEA de désactiver ou modifier les fonctionnalités logicielles, y compris par le biais de mises à jour du système. Par conséquent, la démarche des plaignants ne peut donc pas aboutir puisque la prétendue altération des fonctionnalités de la PS3, y compris concernant la fonction OtherOS par SCEA est entièrement légale et autorisée ».

Sony complète la motion en détaillant l'usage fait de Linux par les plaignants, dont certains, selon le fabricant, n'utilisaient même pas l'OS. A en croire Sony, visiblement bien informé, un seul des 7 demandeurs utilisait le système d'exploitation « de manière étendue ». Le constructeur indique également que les plaignants n'ont pas été en mesure de fournir de matériel promotionnel réalisé officiellement par Sony pour promouvoir la fonction OtherOS, se contenant de fournir « un amas de citations issues d'articles tiers ».

IGN rapporte que les deux parties seront entendues devant un juge le 4 novembre prochain, et indique également que les plaignants ont fait une demande pour obtenir les documents internes de Sony concernant la suppression de la fonctionnalité au cœur du litige pour déterminer avec précision les raisons de la disparition de l'OtherOS.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Renault accuse une perte nette de 141 millions d'euros en 2019
L'Europe s'est équipée de parcs éoliens offshore d'une capacité record de 3,6 GW en 2019
La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février
L'iPhone 11 Pro émet deux fois plus de radiations que la limite recommandée
Le Batman interprété par Robert Pattinson se dévoile en vidéo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top