2 mois avec le Flower Power de Parrot

le 20 octobre 2014 à 16:45
 0

Deux mois avec le Flower Power de Parrot


En matière d'objets connectés, il y a du choix. Des thermostats, aux ampoules contrôlables par votre smartphone, sans oublier les fameux bracelets de fitness. Si la plus forte tendance semble être le contrôle et la mesure de soi, certaines marques s'attaquent à d'autres problèmes. C'est le cas de Parrot qui a pensé à tous ceux qui n'ont ni la main verte, ni fait le lycée agricole de Cibeins.

07669951-photo-parrot-flower-power-9.jpg

Avec le Flower Power, le fabricant propose un dispositif connecté qui, une fois dans votre plante, vous informe sur tous ses paramètres : lumière, humidité, température, etc. Tout pour surveiller votre plante et ne plus oublier de l'arroser des semaines durant !

0136000007669933-photo-parrot-flower-power-1.jpg
0136000007669939-photo-parrot-flower-power-3.jpg
0136000007669937-photo-parrot-flower-power-2.jpg

Le packaging est marrant... et même un peu osé. Flower Power, Woodstock, peace and love, pétards...

Le capteur


Le Flower Power c'est une tige de plastique en Y avec deux électrodes métalliques que l'on plante dans la terre de son pot de fleur. Si le Flower Power est décliné selon plusieurs coloris, il est parfois difficile de trouver le coloris de son choix en magasin. L'appareil est alimenté par une pile LR03 que l'on insère en dévissant l'une des extrémités de l'objet, l'autre extrémité refermant le capteur de lumière du Flower Power. Attention donc à son placement.

0136000007669941-photo-parrot-flower-power-4.jpg
0136000007669943-photo-parrot-flower-power-5.jpg
0136000007669947-photo-parrot-flower-power-7.jpg

Utilisant la norme Bluetooth Low Energy, le Flower Power est annoncé avec une autonomie de six mois. Il est résistant à l'eau et peut être installé aussi bien en extérieur qu'à l'intérieur.

0226000007669949-photo-parrot-flower-power-8.jpg

L'app et sa base de données


Comme souvent avec les objets connectés, la promesse ne se situe pas tant dans l'appareil que dans l'application qui l'accompagne. Parrot propose sur l'App Store et Google Play un logiciel assez simple (en version Beta pour Android à condition de disposer d'un smartphone supporté et compatible Bluetooth Low Energy). Celui-ci vous invite à créer un compte, au premier démarrage, après connexion avec le Flower Power. Il faut ensuite choisir, dans la base de données, la plante qui correspond à celle où le Flower Power est installé. On peut personnaliser sa plante en prenant une photo de cette dernière et en choisissant, ou non, de la rendre publique, ainsi que ses coordonnées GPS.

Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android
Application Flower Power Parrot sur Android

A chaque lancement, l'app se synchronise avec le capteur qui, s'il est à portée, vous fournit des conseils en fonction du relevé des paramètres de la plante. Naturellement, l'app peut vous envoyer des alertes qu'il sera possible, pour certaines, d'ignorer. Pour chacun des quatre paramètres mesurés (eau, engrais, température et luminosité), l'app propose une vue graphique en temps réel détaillant l'évolution de ces paramètres dans le temps. Et si l'app vous contrarie, il est toujours possible d'accéder à sa plante depuis n'importe quel navigateur Web par le biais du site mis en place par Parrot.

01E5000007686349-photo-parrot-flower-power-website.jpg

Le site web pour retrouver en ligne les données de votre plante


A l'usage


Bien que la base de données du Flower Power regorge de 7000 entrées différentes, nous n'avons pas trouvé de référence correspondant à notre variété précise de Ficus, un Ficus Alii. Nous nous rattacherons donc à la catégorie Ficus la plus large. Il faut attendre 24 heures après l'installation du capteur pour obtenir des relevés qui commencent à faire sens. Pourtant très vite, l'app nous alerte d'une trop grande quantité d'engrais dans le sol. Petit détail : nous n'avons jamais mis d'engrais dans cette plante. Avec un conseil « Rincez abondamment le sol ». Nous nous exécutons à plusieurs reprises au vu des alertes répétées, quitte à noyer la plante. Heureusement, Ficus en a vu d'autres et, même si le taux d'humidité est grimpé à plus de 70%, plusieurs semaines après, la plante a survécu. Quant au taux d'engrais, mesuré via la conductivité électrique du sol nous explique le site de Parrot, il est revenu à la normale longtemps après la « presque noyade » de la plante. Une noyade qui a conduit l'app à nous alerter à plusieurs reprises pour nous inviter à « vérifier l'écoulement de l'eau ». Un étrange comportement que nous avons reproduit avec une deuxième unité de test et un autre Ficus d'une variété différente... Au sujet de la base de données, sachez que les Bonzaï ne sont pas référencés : un choix justifié par la taille des pots généralement trop petite pour accueillir l'accessoire de Parrot.

0118000007686289-photo-parrot-flower-power-ficus.jpg

L'app Flower Power sous iOS


Bien que notre Ficus ne profite pas souvent de la lumière du jour, le capteur ne nous a jamais ennuyé à ce sujet, sauf ces derniers jours. Il faut dire que la météo est un rien capricieuse en ce début d'automne, et le ciel, parfois bien gris. Nous n'avons pas non plus été alertés au sujet de la température. Cette dernière étant mesurée à deux niveaux : la température extérieure et la température du sol de la plante. On ne sait toutefois pas si la valeur remontée par l'app est une moyenne, ou l'une ou l'autre de ces mesures.

00B4000007691393-photo-parrot-flower-power-ios-1.jpg
00B4000007691395-photo-parrot-flower-power-ios-2.jpg
00B4000007691397-photo-parrot-flower-power-ios-3.jpg

Quelques relevés sur la durée de notre Ficus sous iOS


Lors de nos tests qui se sont déroulés sur près de deux mois, nous avons également pu constater des problèmes de stabilité de l'app iOS qui aime quand même bien planter, sans jeu de mots, et des soucis du côté des serveurs de Parrot. En effet, en lançant l'app, la photo de notre Ficus, objet de toutes les fiertés, avait disparu et ne parvenait pas à se charger. Nous l'avons simplement re-téléchargée pour régler ce souci. Et visiblement, Parrot n'est pas pressé d'adapter son app au récent iOS 8.0. Enfin, ne comptez pas sur le Flower Power en déplacement : sa connexion Bluetooth lui confère une autonomie tout à fait satisfaisante, mais il n'est donc utilisable qu'à portée de votre smartphone.

0118000007686287-photo-parrot-flower-power-ios-error.jpg

Notre Ficus en erreur d'un seul coup d'un seul !


Conclusion


018B000007669935-photo-parrot-flower-power-10.jpg
 La promesse était simple et séduisante. Vous permettre de mieux communiquer avec votre plante et ainsi connaître ses besoins au quotidien. L'exécution est soignée et l'ensemble capteur et app de Parrot n'a franchement pas à rougir de la critique. La mise en route est rapide et l'usage suffisamment simple.

Le problème c'est qu'au final, il est difficile de considérer le Flower Power comme autre chose qu'un gadget. Les paramètres mesurés sont parfois assez surprenants, les conseils, pas toujours avisés et depuis deux mois, nous attendons encore que l'app nous rappelle d'arroser notre plante verte. Il faut dire que le Flower Power et votre serviteur avaient pris un mauvais départ avec la presque noyade de la plante dès les premiers jours.

Au final, on se retrouve à utiliser l'app Flower Power pour connaître la température de la pièce plutôt que pour surveiller les paramètres d'un Ficus que nous considérions au moment de l'achat comme faisant partie des meubles. A 49 euros, le Flower Power s'achète sur un coup de cœur, d'aucuns diront une promesse, qui ne se concrétise pas en réalité. Sans compter que pour ceux d'entre-vous qui ont plusieurs plantes, il faut plusieurs Flower Power (heureusement l'app sait gérer plusieurs plantes) et la connexion Bluetooth impose votre présence physique. Dernier détail, oui, la base de données référence bien le chanvre dans ses listings.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités Maison connectée

L’opérateur historique a décidé de s’associer à l’entreprise montpelliéraine pour développer des ampoules connectées.
Commercialisé depuis peu, l’Amazon Echo Input vient encore une fois étoffer la gamme de produits du géant du Web embarquant l’assistant vocal Alexa. Ses fonctionnalités sont simples : apporter des fonctionnalités connectées à n’importe quelle enceinte en votre possession !
14/03 | Alexa
Via son dispositif Sleep, Withings propose la détection des troubles respiratoires du sommeil via une mise à jour disponible depuis le 12 mars. Cela n'est que le premier jalon puisque la marque française va vous permettre de détecter l'apnée du sommeil à la fin de l'année 2019
Pour Google, la polémique déclenchée par la découverte de ce micro oublié sur la fiche technique n’a pas lieu d’être. L’entreprise plaide l’oubli et s’excuse auprès de ces clients pour le désagrément.
Comment choisir la meilleure ampoule connectée ?
Pendant plusieurs semaines, des volontaires vont se prêter à une expérience singulière. Ils vont laisser des inconnus contrôler leur maison connectée, ces derniers prenant alors la place de l’intelligence artificielle. Il s’agit d’un projet artistique, visant notamment à questionner notre rapport à l’omniprésence des nouvelles technologies dans notre espace intime.
Les ampoules connectées inondent le marché et éclairent nos intérieurs, mais ne se valent pas toutes. Alors que le constructeur Chinois TP-Link développe sa petite gamme d'ampoules connectées nous avons voulu savoir ce que comment s'en sortait son haut de gamme, la LB130.
14/02 | Wearables
Le fonctionnement de nos appareils connectés reliés aux assistants des deux géants du web peut apporter de nombreuses informations sur les habitudes quotidiennes. Certains acteurs de la domotique s’en inquiètent publiquement.
La dernière mise à jour du système de sécurité Nest Guard, qui intègre désormais Google Assistant, a révélé la présence d’un micro jusque-là dissimulé par l’entreprise. Au grand dam de ses utilisateurs.
Nest a envoyé un mail invitant vivement ses utilisateurs de caméras de surveillance à modifier le mot de passe de leur compte et d’activer l’identification à deux facteurs. Mais il n’explique pas la raison qui le pousse à s’inquiéter de leur sécurité.
L’entreprise pourra désormais imposer ses vues pour les prochains développements du protocole domotique. Amazon renforce ainsi son intérêt pour le secteur de la domotique.
Le géant de l’ameublement va s’associer à Sonos afin de proposer une enceinte intelligente dans ses points de vente. Cet appareil s’intégrera dans la gamme d’appareils connectés Trådfri que développe IKEA.
22/01 | Wearables
Sur le plancher du CES de Las Vegas, le constructeur américain EVGA a annoncé son arrivée prochaine sur le marché des cartes sons en PCIe avec un modèle baptisé Nu Audio.
La société chinoise va investir massivement dans les objets connectés afin de diversifier ses activités. Le constructeur anticipe une baisse des ventes de smartphones dans les prochaines années.
Enregistrer un film dans les salles de cinéma, armé de son caméscope, devrait bientôt être très sévèrement réprimandé en Inde.
scroll top