Linky : le compteur controversé pas plus nocif qu'une TV, selon l'ANFR

31 mai 2016 à 12h15
0

Alors qu'ERDF a commencé à déployer ses nouveaux compteurs électriques communicants dans les foyers, certaines collectivités et certains individus s'opposent encore à cet appareil controversé. Certains craignent que les tarifs augmentent, d'autres d'être épiés, d'autres encore s'inquiètent pour leur santé.

En cause : la transmission régulière de la consommation électrique par le biais du CPL, du courant porteur en ligne, avec lequel le relevé est transmis par le biais des câbles électriques. Certains craignent que leur installation électrique domestique émette des champs magnétiques nocifs pour la santé, susceptibles de provoquer des maux voire des cancers.

Précédemment :
Le déploiement des compteurs électriques Linky fait grincer des dents
Pour l'UFC, le compteur électrique Linky va faire grimper les factures


0000023008458232-photo-compteur-linky.jpg

L'Agence nationale des fréquences, chargée de planifier et de contrôler l'utilisation des fréquences en France, a justement publié un rapport concernant ces compteurs Linky. Elle a mesuré les niveaux de champs électromagnétiques créés par ces appareils.

Selon l'agence, l'exposition liée à l'usage du CPL « apparaît très faible ». Les niveaux de champs électriques à 20 cm d'un compteur ne passent que d'environ 1 V/m à 1,1 V/m lors des communications, très en dessous de la limite réglementaire de 87 V/m dans cette gamme de fréquences. Les niveaux de champs magnétiques sont quant à eux de 0,008 micro Tesla en émission, 700 fois plus faibles que la limite de 6,25 micro Tesla.

Des transmissions brèves et des champs difficilement mesurables

En outre, ces transmissions sont brèves : moins d'une minute chaque nuit pour la transmission du relevé quotidien, avec des impulsions périodiques de surveillance du réseau d'une durée de l'ordre du dixième de seconde. ERDF rappelle quant à lui sur son site internet que le CPL est utilisé depuis des années dans l'autre direction pour transmettre le signal heure creuse et permettre à des équipements tels que des chauffe-eau de fonctionner au moment optimal.

L'ANFR ajoute que les niveaux d'exposition deviennent difficilement mesurables dès qu'on s'éloigne du compteur. Elle précise que la transmission CPL « n'accroît pas significativement le niveau de champ électromagnétique ambiant ». Et surtout que les niveaux du compteur Linky sont du même ordre de grandeur que ceux d'équipements du quotidien tels qu'un téléviseur, qu'un chargeur ou qu'une lampe.

La controverse Linky n'est pas stoppée pour autant. Premièrement, l'ANFR doit encore effectuer des mesures chez des particuliers, et non pas en laboratoire comme c'est encore le cas, ainsi qu'à proximité des concentrateurs dans les transformateurs de quartier. Deuxièmement, certains estimeront que l'Agence nationale est à la fois juge et partie. Et enfin troisièmement, il reste la problématique de l'exploitation et de la sécurisation des relevés quotidiens, qui pose des questions en matière de marketing ou de surveillance (police, cambriolage).

À lire aussi : Pour la CNIL, les nouveaux compteurs électriques connectés ne sont pas des espions
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top