Détecteurs de fumée : l'UFC-Que Choisir met en garde contre des modèles dangereux

le 28 janvier 2015 à 10:47
 0
A l'approche de la date butoir pour équiper son domicile d'un détecteur de fumée, l'UFC-Que Choisir met en garde contre la défaillance d'un modèle sur trois, selon ses tests. L'association a déposé plainte contre certains fabricants.

Le 8 mars, il sera obligatoire d'équiper son domicile d'un ou plusieurs détecteurs de fumée pour être en conformité avec la loi Morange. Beaucoup de propriétaires ont déjà procédé à ces installations, avec des modèles dont les prix débutent généralement à une vingtaine d'euros.

Mais si les recommandations, notamment celles de la DGCCRF, indiquent qu'il faut s'assurer que le modèle choisi respecte les normes européennes, cette précaution ne suffit pas selon l'UFC-Que Choisir. L'association explique avoir réalisé des tests en laboratoire sur 18 modèles de détecteurs vendus dans le commerce. « Sur l'ensemble de l'échantillon, pas moins d'un tiers - six appareils - s'avèrent problématiques » indique l'organisme.

« Pas moins de trois détecteurs se sont avérés non conformes car n'ayant pas réussi à détecter des feux de bois et/ou de literie, ou s'étant déclenchés trop tardivement par rapport à un niveau d'opacité des fumées déjà très élevé » ajoute le communiqué. L'un des modèles testés, de la marque Blyss, avait été acheté par l'association en juin 2014, alors qu'il avait été interdit à la vente par la DGCCRF en janvier 2013. Néanmoins, aujourd'hui, ce produit ne semble plus disponible sur le marché.

0320000005894082-photo-les-d-tecteurs-de-fum-e.jpg

Trois plaintes déposées et alerte des autorités



L'UFC-Que Choisir ajoute qu'au-delà d'une réactivité insuffisante de la part de certains détecteurs, d'autres modèles ont affiché des défauts, « notamment le fait de pouvoir refermer le boîtier sans les piles ». Une situation à risques, dans la mesure où elle peut permettre la mise en place d'un modèle qui n'a pas de source d'énergie pour fonctionner.

Rappelons qu'en théorie, un détecteur de fumée doit être testé fréquemment par les habitants d'un logement pour s'assurer de son fonctionnement. En pratique, cette habitude pourrait avoir du mal à prendre : l'association souligne qu'il n'existe pas, à ce jour, de campagne d'information expliquant le comportement à tenir, autant en matière de prévention qu'en cas d'incendie. « De dramatiques accidents ont ainsi rappelé que l'installation de détecteurs peut-être plus dangereuse qu'utile si elle crée un sentiment de fausse sécurité ou si le déclenchement de l'alarme provoque des réactions de panique susceptibles d'engendrer des comportements contreproductifs. »

L'association a pris l'initiative de déposer trois plaintes contre des fabricants dont les modèles font partie des six « problématiques ». Elle saisit également la DGCCRF pour que cette dernière communique davantage sur les produits retirés du marché, et veille au respect de cette décision. Enfin, elle recommande aux consommateurs de se fier davantage à la norme NF plutôt qu'au marquage CE.

A lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Trois personnes ont été condamnées à de la prison ferme pour avoir diffusé en streaming et illégalement des matchs de Premier League.
Hier, la page de l’Apple Store australien dévolue aux AirPods, affichait une nouvelle photo de l’AirPower. Cette dernière mettait en scène la recharge simultanée d’un boîtier d’AirPods et d’un iPhone XS grâce au tapis de recharge par induction d’Apple annoncé en 2017.
La capitale a décidé de durcir le ton face à la multiplication des trottinettes, vélos et scooters en libre-service, qui provoquent de plus en plus d’accidents.
Les mots de passe d’entre 200 et 600 millions d’utilisateurs ont été accessibles à une grande partie des employés du réseau social. Facebook va prévenir les personnes touchées et les inviter à le modifier.
13:32 | Facebook
Xiaomi est en forme en ce début d’année. Après un impressionnant Mi 9, le constructeur chinois renouvelle son entrée de gamme avec le Redmi Note 7, l’indétrônable champion du rapport qualité-prix.
À l’heure où nous rédigeons ces lignes, Nick Hagues et Anne McClain se préparent à leur première sortie extravéhiculaire depuis qu’ils ont rejoint la station spatiale internationale le 15 mars à l’aide du vaisseau Soyouz. Une sortie de l’ISS à suivre en direct sur la chaîne YouTube de la NASA.
12:19 | Espace
À l’instar du service de streaming musical, la société russe de cybersécurité Kaspersky s’oppose à la politique de distribution de la firme à la pomme sur son App Store.
11:47 | Kaspersky
BMW va proposer un total de 12 voitures électriques dans son catalogue d'ici 2025.
Le groupe Razer annonce une nouvelle collaboration autour du jeu mobile, avec le chinois Tencent.
10:37 | Smartphone
Une vie extra-terrestre pourrait-elle évoluer sous la surface de la planète ? C’est en tout cas ce que la NASA aimerait vérifier à l’aide d’un drone spatial autonome capable d’explorer les grottes martiennes.
10:02 | Nasa
Selon le patron d'Epic Games, malgré ses dizaines de millions de joueurs, Apex Legends n'a jamais fait trembler Fortnite.
NVIDIA cherche à rassurer. Dans le cadre d’un événement dédié à ses actionnaires, la firme au caméléon a fait part de son optimisme sur les performances de sa gamme Turing sur le marché. On apprend notamment que cette dernière se vend mieux que la génération Pascal en son temps.
Une vidéo de prise en main du prochain Galaxy Fold de Samsung laisse entrevoir une marque bien visible une fois l’écran déplié. Cependant, le téléphone présenté pourrait n’être qu’un prototype qui aurait fuité des usines d’assemblages de la marque.
Alors que la nouvelle génération approche, Microsoft semble avoir envie de donner un ultime élan à sa Xbox One avec une version qui misera tout sur le dématérialisé.
Comme un goût de déjà vu... Quasiment un an après un premier appel à voter contre le projet de loi nommé Directive Copyright, les défenseurs d’un internet libre se mobilisent à nouveau. Dans moins d’une semaine les députés devront à nouveau statuer sur cette loi considérée comme liberticide par de nombreux acteurs de la sphère Internet.
scroll top