Détecteurs de fumée : l'UFC-Que Choisir met en garde contre des modèles dangereux

28 janvier 2015 à 10h47
0
A l'approche de la date butoir pour équiper son domicile d'un détecteur de fumée, l'UFC-Que Choisir met en garde contre la défaillance d'un modèle sur trois, selon ses tests. L'association a déposé plainte contre certains fabricants.

Le 8 mars, il sera obligatoire d'équiper son domicile d'un ou plusieurs détecteurs de fumée pour être en conformité avec la loi Morange. Beaucoup de propriétaires ont déjà procédé à ces installations, avec des modèles dont les prix débutent généralement à une vingtaine d'euros.

Mais si les recommandations, notamment celles de la DGCCRF, indiquent qu'il faut s'assurer que le modèle choisi respecte les normes européennes, cette précaution ne suffit pas selon l'UFC-Que Choisir. L'association explique avoir réalisé des tests en laboratoire sur 18 modèles de détecteurs vendus dans le commerce. « Sur l'ensemble de l'échantillon, pas moins d'un tiers - six appareils - s'avèrent problématiques » indique l'organisme.

« Pas moins de trois détecteurs se sont avérés non conformes car n'ayant pas réussi à détecter des feux de bois et/ou de literie, ou s'étant déclenchés trop tardivement par rapport à un niveau d'opacité des fumées déjà très élevé » ajoute le communiqué. L'un des modèles testés, de la marque Blyss, avait été acheté par l'association en juin 2014, alors qu'il avait été interdit à la vente par la DGCCRF en janvier 2013. Néanmoins, aujourd'hui, ce produit ne semble plus disponible sur le marché.

0320000005894082-photo-les-d-tecteurs-de-fum-e.jpg

Trois plaintes déposées et alerte des autorités



L'UFC-Que Choisir ajoute qu'au-delà d'une réactivité insuffisante de la part de certains détecteurs, d'autres modèles ont affiché des défauts, « notamment le fait de pouvoir refermer le boîtier sans les piles ». Une situation à risques, dans la mesure où elle peut permettre la mise en place d'un modèle qui n'a pas de source d'énergie pour fonctionner.

Rappelons qu'en théorie, un détecteur de fumée doit être testé fréquemment par les habitants d'un logement pour s'assurer de son fonctionnement. En pratique, cette habitude pourrait avoir du mal à prendre : l'association souligne qu'il n'existe pas, à ce jour, de campagne d'information expliquant le comportement à tenir, autant en matière de prévention qu'en cas d'incendie. « De dramatiques accidents ont ainsi rappelé que l'installation de détecteurs peut-être plus dangereuse qu'utile si elle crée un sentiment de fausse sécurité ou si le déclenchement de l'alarme provoque des réactions de panique susceptibles d'engendrer des comportements contreproductifs. »

L'association a pris l'initiative de déposer trois plaintes contre des fabricants dont les modèles font partie des six « problématiques ». Elle saisit également la DGCCRF pour que cette dernière communique davantage sur les produits retirés du marché, et veille au respect de cette décision. Enfin, elle recommande aux consommateurs de se fier davantage à la norme NF plutôt qu'au marquage CE.

A lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top