Le Japon installe des centrales solaires et éoliennes sur l'ancien site nucléaire de Fukushima

13 novembre 2019 à 14h18
0
Solaire japon

Huit ans après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le Japon a commencé sur le site, l'installation de nouvelles centrales électriques. Mais plus de nucléaire : cette fois, le pays a démarré l'installation de fermes solaires et éoliennes.

Au total, 21 centrales doivent être inaugurées d'ici mars 2024.

100 % d'énergies renouvelables d'ici 2040

L'ensemble affichera une puissance de 600 MW d'électricité, ce qui, d'après le site de Yale Environment 360, correspond environ aux deux tiers de la puissance moyenne d'une centrale nucléaire.

Le projet coûtera 2,75 milliards de dollars (environ 2,5 milliards d'euros) au gouvernement japonais et à la banque privée Mizuho, mais il répond à une demande. D'après le Japan Times, un sondage réalisé auprès des habitants de la préfecture de Fukushima révèlent que 54 % d'entre eux préféreraient utiliser de l'énergie renouvelable dans leur consommation quotidienne d'électricité, contre 14 % d'avis négatifs.

Le projet s'inscrit dans un programme plus vaste, la préfecture de Fukushima s'étant fixé en 2014, l'objectif, d'ici 2040, de répondre à l'ensemble de ses besoins énergétiques par des énergies renouvelables.


Le nucléaire en débat

La construction de centrales éoliennes et solaires, en lieu et place de l'ancienne centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, a une grande portée symbolique. La préfecture de Fukushima, qui compte 59 municipalités et 1,8 million d'habitants, peine encore à se relever de la catastrophe de 2011. Le mois dernier, elle a été frappée par le typhon Hagibis. Selon le Japan Times, 315 des ménages évacués suite à l'incident nucléaire ont été démolis ou inondés par le typhon, infligeant une « double peine » à leurs habitants. Encore aujourd'hui, les autorités japonaises ne savent pas que faire des 1 000 réservoirs remplis d'eau contaminée issus de l'incident de 2011.

Frappée par la catastrophe, l'attitude tranchée de la préfecture japonaise sur le nucléaire semble faire figure d'exception. Ailleurs dans le monde, son abandon ne fait pas l'unanimité. Aux Etats-Unis, le camp démocrate apparaît divisé sur la question. The Verge rappelle également que le rapport des Nations Unies compte notamment sur le nucléaire pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5°C.

En France, le projet Astrid, qui devait permettre la mise au point d'un secteur nucléaire de nouvelle génération, a été finalement abandonné. Dans une interview au Point, l'ancien haut-commissaire de l'énergie atomique, Yves Bréchet, a soutenu que le remplacement du nucléaire décarboné par des solutions renouvelables ne réduirait pas les émissions de CO2.

Source : The Verge
Modifié le 13/11/2019 à 14h47
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top