OCZ RevoDrive Hybrid : 910 Mo/s et capacité généreuse à la fois

01 septembre 2011 à 13h58
0
OCZ annonce finalement le lancement du « RevoDrive Hybrid », qu'il exposait début juin au Computex, un support de stockage hybride combinant un SSD de 100 Go et un disque dur de 1 To.

0140000004545894-photo-ocz-revodrive-hybrid.jpg

Le concept a le vent en poupe, car il mêle le meilleur des deux mondes, en toute transparence pour l'utilisateur. Combiner le faible coût au gigaoctet d'un disque dur et les hautes performances d'un SSD permet d'offrir un support de stockage à la fois aussi performant qu'un SSD et aussi généreux qu'un disque dur.

Face aux solutions concurrentes d'Intel et de Seagate, celle d'OCZ met l'accent sur la performance, quitte à être plus onéreuse. Le « RevoDrive Hybrid » est effectivement au SSD ce que le Seagate Momentus XT ou l'Intel Smart Response sont au disque dur. Le disque dur est ici l'appoint d'un SSD performant, et non l'inverse.

Non content d'offrir une capacité confortable de 100 Go, de quoi maintenir en « mémoire cache » tous les logiciels mais aussi l'essentiel des données qu'on utilise au quotidien, ce SSD délivre jusqu'à 910 Mo/s en séquentiel et 120 000 IOPS en aléatoire. De quoi largement justifier l'emploi de l'interface PCI-Express x4, puisque le Serial ATA à 6 Gbps plafonne à 750 Mo/s.

Les fichiers identifiés par la « Virtualized Controller Architecture 2.0 » comme étant peu utilisés restent quant à eux sur le disque dur de 1 To au format 2,5 pouces.

L'« OCZ RevoDrive Hybrid » est commercialisé dès à présent dans le monde entier au prix public de 500 dollars, soit l'équivalent de 350 euros HT. Le tarif devrait varier entre 399 et 449 euros en France, selon OCZ. À titre de comparaison, un SSD de dernière génération de 128 Go et un disque dur 3,5 pouces de 1 To se négocient séparément environ 300 dollars. Gérer soi-même la répartition des données est donc une alternative économique qui fait réfléchir.

0000014004545896-photo-ocz-revodrive-hybrid.jpg

Romain Heuillard

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma no...

Lire d'autres articles

C'est vers l'âge de 12 ans, lorsque j'ai reçu mon premier ordinateur (un Pentium 100), que j'ai décidé d'abandonner ma prometteuse carrière de constructeur de Lego pour me consacrer pleinement à ma nouvelle passion pour l'informatique. Depuis je me suis aussi passionné pour l'imagerie en général et pour la photo en particulier, mais je reste fan de sujets aussi obscurs que les procédés de fabrication de composants électroniques ou les microarchitectures de processeurs, que l'infiniment grand et l'infiniment petit. Je suis enfin foncièrement anti-DRM et pro-standards ouverts.

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page