D’après la BCE, l’euro numérique va offrir une meilleure protection de la vie privée que les stablecoins

21 juin 2021 à 14h55
23
Euro numérique

Fabio Panetta, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE), a affirmé qu’un euro numérique offrira une meilleure protection de la vie privée que les stablecoins émis par des sociétés privées.

M. Panetta a critiqué l’attitude des entreprises, soulignant qu’il est dans leur intérêt commercial de récolter des données sur leurs utilisateurs.

CBDC supérieur aux stablecoins privées ?

Fabio Panetta pense qu’un euro numérique géré par la BCE préserverait la vie privée des citoyens contrairement au projet de stablecoin Diem soutenu par Facebook.

Selon lui, un euro numérique protégerait la vie privée des consommateurs, car la BCE n’a aucun intérêt commercial à récolter des données personnelles . Il a déclaré au Financial Times : « Nous n’avons aucun intérêt commercial à stocker, gérer ou monétiser les données des utilisateurs ». La BCE a réalisé des expérimentations pour tester des paiements hors ligne de petits montants, dans lesquels aucune donnée n’est enregistrée en dehors des wallets de l’émetteur et du bénéficiaire.

En mai, l’association Diem, soutenue par Facebook, a déclaré qu’une version pilote de son stablecoin était en cours de développement. M. Panetta a décrit le Diem comme un « token instable ».

Préoccupations des citoyens

Les commentaires de Fabio Panetta semblent destinés à apaiser les préoccupations concernant la manière dont les données seront collectées et traitées lors de l’utilisation des monnaies numériques émises par les banques centrales (CBDC).

Une consultation publique auprès de 8 000 personnes a révélé que la confidentialité des paiements figure en première place des caractéristiques requises pour un potentiel euro numérique (41 % des réponses), suivie de la sécurité (17 %) et de la portée paneuropéenne (10 %).

L’euro numérique est encore au stade de projet. Selon la présidente de la BCE, Christine Lagarde, cela pourrait prendre au moins quatre ans. La conception prendrait deux ans à elle seule, a déclaré M. Panetta.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
16
kroman
Le rêve de toute dictature, d’avoir tous les échanges d’argent tracés à vie dans une blockchain.
xylf
C’est dans leur plan de vouloir cessé toute circulation d’argent liquide. Donc ils cherchent leur solution de coins en expliquant comme d’habitude que c’est pour notre bien.
SPH
Variera t’il ?<br /> On sera perdant si oui
bennukem
C’est marrant. A l’origine, bitcoin a été créé pour éviter que quiconque fiche son nez dans nos affaires, ce qui en à entre autre fait son succès. Et au final les gouvernements proposent tout l’inverse. J’attends de voir la magie s’opérer.
bennukem
Ils ne passeront plus par les monopoles de Visa ou MasterCard mais par le leur. Plutôt un bon plan pour eux.
Jack_Pangolin
…et nous lier à vie au système bancaire en nous empêchant de retirer physiquement notre argent.<br /> Et comme tout lien, celui-ci pourra devenir objet de monnayage.
burnit
Aucun lien avec le banissement et mort de tout bitcoin et consorts. Et des cartes graphiques… Je pense qu’ils peuvent accélérer la procédure de remplacement en bloquant les distributeurs et que l’argent liquide c’est dangereux avec le covide. Voir ils peuvent aussi envoyer des dérogations aux commerçants afin qu’ils diminuent, voir refusent le paiement liquide. Je n’aurai pas du dire cela, ça va leur donner des idées pour le bien de l’humanité.
Angelus33075
« Nous n’avons aucun intérêt commercial à stocker, gérer ou monétiser les données des utilisateurs »<br /> Noooooooon, c’est vrai que les gouvernements non jamais, jamais cherchés à espionner leur propre population! Ça c’est chez les méchants Russes ou Chinois, pas chez nous voyons! Non mais mort de rire :))))
Blade_Hunter
heureusement on a des VRAIES cryptos avec des VRAIES blockchains pour contrer ça
Werehog
On ne peut rien contrer. Une crypto sans exchange pour récupérer une devise utilisable, ça ne sert à rien. Et un état peut très bien interdire tout paiement dans une autre devise que la sienne, et bloquer les exchanges de crypto dans sa devise. Et là, game over pour les crypto dans ce pays.
lefranstalige
Les Etats ont interdits les crimes et depuis, il n’y en a plus, c’est bien connu <br /> Pour info, les pays qui ont interdit Bitcoin ne sont arrivé à… rien. Le prix du Bitcoin est juste plus cher chez eux et les transactions continuent (ex. Venezuela, Algérie, etc).
ld9474
Angelus33075:<br /> Noooooooon, c’est vrai que les gouvernements non jamais, jamais cherchés à espionner leur propre population! Ça c’est chez les méchants Russes ou Chinois, pas chez nous voyons! Non mais mort de rire :))))<br /> C’est affligeant !! Dites aussi qu’on nous met des puces 5G dans le vaccin Covid !! C’est du même niveau !<br /> Oui cela se passe et s’est passée mais l’Etat peut se faire attrapper. On a vu les histoires des écoutes téléphoniques par exemple. Nos états ne sont pas tout blancs mais on a quelques contre pouvoirs. Affirmer sans preuve se genre de choses est de mon point de vue irresponsable.
Werehog
https://www.clubic.com/antivirus-securite-informatique/cryptage-cryptographie/crypto-monnaie/actualite-375571-la-chine-poursuit-sa-guerre-contre-les-cryptomonnaies-en-interdisant-progressivement-le-minage-sur-son-territoire.html<br /> Le cours a été divisé par deux en une semaine. Voilà voilà
sirifa
Je croyais que la motivation première était de se passer d’intermédiaires central, comme les banques.<br /> Après vu que c’est une base de données avec tous les échanges disponible par tout le monde, je ne pense pas que ça soit la recherche de l’intimité des échanges qui était visé.<br /> C’est du pseudonymat et pas de l’anonymat les block-chain.
Subtil1
Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d’alu.
EnLighter
hum. Ce qui est affligeant c’est de mettre sur le même plan un canular avéré et une observation objective en avouant juste après, qu’effectivement, il y a un fondement au raisonnement critiqué. Mon cerveau a fait une double vrille salto retournée en déchiffrant le commentaire.<br /> Conclure ensuite que les Etats PEUVENT se faire attraper et qu’il faut donc être rassuré, car il existe des contre-pouvoirs est quand même osé je trouve. Si le sujet de l’article était l’état des contre-pouvoir de nos systèmes «&nbsp;démocratiques&nbsp;» actuels je me lâcherais bien mais je vais me retenir un peu.<br /> De mon point de vu, l’Euro est déjà numérique car les livres de compte ne sont plus papiers depuis longtemps. Le fait de passer au stade «&nbsp;crypto&nbsp;» ne changera donc pas grand chose si ce n’est que le passage d’une banque à l’autre ne sera plus suffisante pour cloisonner une activité financière.<br /> Et vu l’état actuel des banques, je ne serais même pas étonné qu’elles deviennent des succursales de la BCE s’ils mettent en place un tel crypto-euro. Enfin, si l’Euro tient jusque la. Mais ça, c’est une autre histoire.<br /> Sinon, quand bien même l’UE annonce ne pas avoir d’intérêt commercial à posséder ces données, non seulement il peut y avoir d’autres intérêts, mais surtout, il y a des précédents de «&nbsp;partage&nbsp;» de nos données avec des puissances étrangères (toujours le même pays soi-disant ami d’ailleurs) qui me laissent assez perplexe …
Angelus33075
Ce qui est affligeant monsieur, ou madame, c’est d’une part de ne pas tenir compte de l’humour que j’ai mis dans mon commentaire et de venir avec vos grands chevaux pour pourfendre de votre plume les soit disant contempteur de la vérité, vérité que bien sûr vous détenez.<br /> Sur le fond, je suis désolé de vous décevoir mais non seulement cela est arrivé comme vous dites, mais arrive encore aujourd’hui. En effet de temps en temps cela éclate aux grands jours, comme par exemple l’écoute par les US de certains des dirigeants européens, mais je peux affirmer sans risquer de me tromper que la majorité des activités des services secrets et d’espionnage de nos pays nous sont inconnus et le resteront. Ce qui est scandaleux est d’avoir la naïveté de croire que nos données personnels accumulés par les gouvernements ne sont pas exploitées à des fin de sécurité c’est vrai, mais également à des fins d’espionnage. D’ailleurs notez bien que l’UE déclare ne pas avoir d’intérêt commercial à collecter nos données, mais ne parle absolument pas des intérêts stratégique.<br /> je précise que je ne suis absolument pas complotiste, je suis vacciné et je me fiche que les américains, les chinois ou le gouvernement français utilise mes données, je n’ai rien à caché et je ne vais pas m’empêcher de vivre pour ça, mais par contre j’ai tout à fait conscience de jouer le jeu de personnes très différentes qui ont tous des intérêts à récolter mes données.
ld9474
Angelus33075:<br /> Ce qui est affligeant monsieur, ou madame, c’est d’une part de ne pas tenir compte de l’humour que j’ai mis dans mon commentaire et de venir avec vos grands chevaux pour pourfendre de votre plume les soit disant contempteur de la vérité, vérité que bien sûr vous détenez.<br /> Bonjour, en l’occurence c’est monsieur mais ce n’est qu’un détail. Ou avez vous lu que je detenais la vérité? Désolé de ne pas avoir compris le ton de votre message.<br /> Angelus33075:<br /> Ce qui est scandaleux est d’avoir la naïveté de croire que nos données personnels accumulés par les gouvernements ne sont pas exploitées à des fin de sécurité c’est vrai, mais également à des fins d’espionnage. D’ailleurs notez bien que l’UE déclare ne pas avoir d’intérêt commercial à collecter nos données, mais ne parle absolument pas des intérêts stratégique.<br /> Je ne pense pas être naïf mais si c’est votre jugement, je vous le laisse. A lire ce que vous écrivez, je me suis posé la question suivante: On remplace le système par quoi? Et peut être suis-je bête mais je n’en ai aucune idée. On supprime l’état = Anarchie, On supprime «&nbsp;l’espionage&nbsp;» et c’est un problème de sécurité plus que grave. Du coup j’en arrive à la conclusion que la meilleure solution reste un système de pouvoir/contre-pouvoir. Les dérives ont existées, existent et existeront demain à n’en pas douter tout comme la criminalité, la délinquance etc. La question est simplement de savoir ce que l’on met en fasse pour s’en prémunir.
ld9474
EnLighter:<br /> Conclure ensuite que les Etats PEUVENT se faire attraper et qu’il faut donc être rassuré, car il existe des contre-pouvoirs est quand même osé je trouve<br /> Je ne pense pas que ce soit osé, mais comme je l’ai dit dans une autre réponse, quoi proposer en échange? J’aime bien être critique (voire très critique) mais franchement c’est soit on est dans un système anarchique et donc plus d’état pour surveiller, soit dans une dictature et on aurait même pas le droit de tenir ces échanges, soit on se dit qu’on a un système qui n’est pas parfait, qu’on peut améliorer mais qui ne marche pas si mal que ca.<br /> Pour en revenir sur le fond, je trouve très marrant qu’en France on se plaigne de pouvoir tracer les transactions alors que:<br /> On est (quasi) obligé d’avoir un compte en banque ou assimilé pour payer ses factures<br /> Que globalement on a tous une CB ou équivalent dans sa poche et que toutes nos transactions sont donc connues ou peuvent être connues.<br /> EnLighter:<br /> Et vu l’état actuel des banques, je ne serais même pas étonné qu’elles deviennent des succursales de la BCE s’ils mettent en place un tel crypto-euro<br /> Perso je prefererai qu’on ait une seule banque de dépôt (dans le temps on pouvait déposer son argent au Trésor Public et avoir un chéquier) que dans des banques commerciales, qui au passage profitent de mon argent pour faire joujou sur des marchés dont ils ne maitrisent rien.
EnLighter
Nous sommes d’accord sur le fond du sujet de l’article. Il y a une hystérie collective sur une traçabilité qui existe déjà avec les virements et les cartes de crédit qui en volume, représentent quand même la très très grande majorité des transactions.<br /> Le débat sur le format « crypto » de la monnaie revient à fustiger le format de la base de données. Cela ne change pas grand chose au final, si ce n’est que les intermédiaires peuvent être écartés.<br /> Personnellement je vois d’un très mauvais œil l’absence de concurrence dans le secteur bancaire car cela fragilise le système et entraîne des exclusions des prêts à la chaîne. Je déplore qu’il n’y ait pas de banque capable de ne pas faire m’amuse sur les marchés tout comme vous, mais des alternatives existent, notamment en Suïsse.<br /> Par contre, ce n’est pas parce que je ne suis pas capable de programmer un système d’exploitation que je ne critique pas ceux que j’utilise. C’est le même raisonnement pour les États et les systèmes politiques. Sans critique, l’évolution ne se fera pas dans le bon sens.<br /> Exemple simple de ce qui pourrait être fait pour améliorer drastiquement les choses : Interdire qu’il y ait plus de deux mandats nationaux pour une même individu, interdire le passage du secteur public au secteur privé sans perdre à vie le droit d’exercer dans le secteur public, rendre parfaitement transparent toutes les prises d’intérêt et tous les usages de l’argent public. C’est simple et rapide à mettre en place.<br /> Si les exactions de nos États ne sont connus que 20 ans après, sans que de vraies sanctions soient prises, il est selon moi illusoire de croire que le système est sain et qu’il peut donc être maintenu en l’état.<br /> Ce n’est évidemment que mon point de vu.
Angelus33075
Là vous me récupérez, je suis enfin d’accord avec vous, les pouvoirs/contre-pouvoirs sont essentiels et lutter contre les dérives même si, comme pour le trafic de drogue par exemple, cela peut sembler inefficace et dérisoire est important. Mon propos n’était pas de pousser à la révolution, mais juste un constat sur état de fait. Les gouvernements ne sont pas innocents et et participe largement aux systèmes de déviance dans l’utilisation des nouvelles technologies. Le dire ne fait pas de vous un révolutionnaire, juste quelqu’un de lucide sur le monde d’aujourd’hui. Mais cette situation ne m’empêche pas de dormir et je ne rêve pas tous les jours du grand soir
bennukem
Tout es faisable dans une blockchain. Anonymisation partielle ou complète. Validation des transactions par la BCE uniquement, t’autoriser à utiliser tes coins pour ce qu’ils jugeront bon ou pas, connexion aux fisc de l’eu, bref beaucoup de possibilités.<br /> Visa et MasterCard ne sont pas des banques.
BossRreynolds
on en reviens au même, quel volume d’électricité cela impliquera… là aussi tout comme le Bitcoin ou pire, avec ou sans taxe, avec ou sans autorisation, avec ou sans finalement on payera quel banque numérisé… et est ce que ce serra en Diem… ou dilemme et la carte bancaire aura t-elle une signature numérique et d’autre garantie de fonctionner PARTOUT dans le monde, soyons futuriste… visons par exemple un transfert via transfert union pour X personne garantie via un paiement PayPal et son taux de change via son bitcoin maison etc… soit LE TAUX de change + les % pris d’office (durant le taux de change) sur un prêt personnel (par exemple) qui a la base est à Taux zéro, donc pour obtenir 100 euro soit 100 Diem combien de frais d’état s’ajoutera a la longue longue longue liste de frais (de fortune) faudra t-il débourser finalement ? et je parle pas de l’inflation… de la CRYPTOMONNAIE sur trois mois.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La part de mineurs dans l'audience de Pornhub est impressionnante, selon le rapport du Sénat
Entre micmacs financiers et idéologiques, que révèlent les messages d'Elon Musk exposés par le procès Twitter ?
Greenpeace investit 1 million de dollars dans une campagne pour changer le Bitcoin
La carte d'identité numérique commence son déploiement sur iOS
David Elbaz, la course aux galaxies les plus lointaines avec le télescope James Webb
Découvrez les nouvelles voix de Google
Après Netflix, le CPF, Ameli... cette nouvelle arnaque par SMS concerne la vignette Crit'air
Le Dyson V8 Extra profite d'une remise à ne pas louper !
Windows 11 : vous avez des problèmes d'imprimante ? C'est
Comment ce cadre d'Apple s'est fait virer à cause d'une blague grossière tirée d'un film
Haut de page