Cyber-espionnage : une cinquantaine de pays sur écoute

15 janvier 2013 à 11h58
0
Les experts du cabinet de sécurité Kaspersky annoncent avoir découvert une vaste campagne de cyber-espionnage au sein de laquelle les infrastructures diplomatiques, gouvernementales et scientifiques d'une cinquantaine de pays ont été infiltrées.
0082000005655196-photo-espion-logo-spy-gb-sq.jpg

Kaspersky Labs explique étudier un malware depuis plusieurs mois, lequel cible principalement des organisations en Europe de l'Est mises en place par d'anciens membres de l'URSS mais également au sein de pays de l'Asie Centrale, de l'Europe de l'Ouest et de l'Amérique du Nord. Ce malware aurait infiltré des réseaux informatiques diplomatiques, militaires, aéronautiques, nucléaires, commerciaux, gouvernementaux mais également des laboratoires de recherches scientifiques. Selon les informations recueillies par les experts en sécurité, ces attaques seraient effectuées depuis mai 2007 ; elles sont donc passées inaperçues pendant plus de 5 ans.

Cette opération, baptisée « Red October » s'articulait autour de serveurs de commandes hébergés sur plus d'une soixantaine de domaines et principalement déployés en Allemagne et en Russie. Ces serveurs se positionnaient donc en proxy afin de masquer le serveur de commande principal. Le malware était en mesure de récupérer des informations hébergées dans des smartphones (iPhone, Nokia, Windows Mobile) et d'infiltrer des équipements réseaux (notamment ceux de Cisco). Sur l'ordinateur de la victime, le serveur de commandes pouvait récupérer le contenu de disques externes, les base de données des emails d'Outlook ou encore les fichiers hébergés sur un serveur FTP local. Le malware a notamment exploité des failles au sein des logiciels Microsoft Excel et Microsoft Word.

Kaspersky Labs explique avoir découvert cette vaste campagne au mois d'octobre dernier par une personne tierce souhaitant rester anonyme. Il y aurait plusieurs centaines de machines infectées dont 35 en Russie, 21 au Kazakhstan, 15 en Azerbaïdjan et en Belgique, 14 en Inde, et 10 en Afghanistan et en Arménie. La France est également concernée, notamment au niveau de ses infrastructures diplomatiques et militaires. Selon Kaspersky Labs, moins de 5 ordinateurs seraient cependant touchés dans l'Hexagone.

0226000005655186-photo-red-october.jpg


« Pour l'heure rien n'indique qu'il s'agit d'une attaque mise en oeuvre par un gouverment », expliquent les experts en sécurité, avant d'ajouter : « de toute évidence, les informations volées par les hackers sont de la plus haute importance et incluent des données géopolitiques pouvant être utilisées par des états ». Celles-ci devraient commercialisées sur le marché noir.

Les anglophones retrouveront davantage d'informations sur la campagne « Red October » sur cette page. Ce n'est pas la première fois qu'une vaste affaire de cyber espionnage est mise à jour. En mars 2009, des chercheurs canadiens de l'institut MonkCenter for International Studies affirmaient avoir découvert un gigantesque réseau d'espionnage informatique chinois au travers duquel plus de 1200 ordinateurs auraient été infiltrés dans 103 pays différents.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Asus MX299Q : un autre moniteur Super Wide en 21:9
Vidéo de présentation du Nokia Lumia 620 : un WP 8 alléchant à 259 euros ?
Loi sur la neutralité : Fleur Pellerin donnera sa réponse en février
La publicité en ligne se retranche vers les
Recrutement : le français MyJobCompany lève 650 000 euros
Galaxy S IV : CPU 8 cœurs, GPU PowerVR et écran 1080p de 5 pouces ?
Bouygues Telecom : un forfait Digital Pro à 29,90 euros HT par mois
4e trimestre : baisse des ventes de PC confirmée
Instagram aurait divisé par 2 sa base d'utilisateurs actifs quotidiens
Baidu et Orange lancent un navigateur mobile pour l'Afrique et le Moyen Orient
Haut de page