Cyber-espionnage : une cinquantaine de pays sur écoute

15 janvier 2013 à 11h58
0
Les experts du cabinet de sécurité Kaspersky annoncent avoir découvert une vaste campagne de cyber-espionnage au sein de laquelle les infrastructures diplomatiques, gouvernementales et scientifiques d'une cinquantaine de pays ont été infiltrées.
0082000005655196-photo-espion-logo-spy-gb-sq.jpg

Kaspersky Labs explique étudier un malware depuis plusieurs mois, lequel cible principalement des organisations en Europe de l'Est mises en place par d'anciens membres de l'URSS mais également au sein de pays de l'Asie Centrale, de l'Europe de l'Ouest et de l'Amérique du Nord. Ce malware aurait infiltré des réseaux informatiques diplomatiques, militaires, aéronautiques, nucléaires, commerciaux, gouvernementaux mais également des laboratoires de recherches scientifiques. Selon les informations recueillies par les experts en sécurité, ces attaques seraient effectuées depuis mai 2007 ; elles sont donc passées inaperçues pendant plus de 5 ans.

Cette opération, baptisée « Red October » s'articulait autour de serveurs de commandes hébergés sur plus d'une soixantaine de domaines et principalement déployés en Allemagne et en Russie. Ces serveurs se positionnaient donc en proxy afin de masquer le serveur de commande principal. Le malware était en mesure de récupérer des informations hébergées dans des smartphones (iPhone, Nokia, Windows Mobile) et d'infiltrer des équipements réseaux (notamment ceux de Cisco). Sur l'ordinateur de la victime, le serveur de commandes pouvait récupérer le contenu de disques externes, les base de données des emails d'Outlook ou encore les fichiers hébergés sur un serveur FTP local. Le malware a notamment exploité des failles au sein des logiciels Microsoft Excel et Microsoft Word.

Kaspersky Labs explique avoir découvert cette vaste campagne au mois d'octobre dernier par une personne tierce souhaitant rester anonyme. Il y aurait plusieurs centaines de machines infectées dont 35 en Russie, 21 au Kazakhstan, 15 en Azerbaïdjan et en Belgique, 14 en Inde, et 10 en Afghanistan et en Arménie. La France est également concernée, notamment au niveau de ses infrastructures diplomatiques et militaires. Selon Kaspersky Labs, moins de 5 ordinateurs seraient cependant touchés dans l'Hexagone.

0226000005655186-photo-red-october.jpg


« Pour l'heure rien n'indique qu'il s'agit d'une attaque mise en oeuvre par un gouverment », expliquent les experts en sécurité, avant d'ajouter : « de toute évidence, les informations volées par les hackers sont de la plus haute importance et incluent des données géopolitiques pouvant être utilisées par des états ». Celles-ci devraient commercialisées sur le marché noir.

Les anglophones retrouveront davantage d'informations sur la campagne « Red October » sur cette page. Ce n'est pas la première fois qu'une vaste affaire de cyber espionnage est mise à jour. En mars 2009, des chercheurs canadiens de l'institut MonkCenter for International Studies affirmaient avoir découvert un gigantesque réseau d'espionnage informatique chinois au travers duquel plus de 1200 ordinateurs auraient été infiltrés dans 103 pays différents.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top