Cyber-espionnage : une cinquantaine de pays sur écoute

15 janvier 2013 à 11h58
0
Les experts du cabinet de sécurité Kaspersky annoncent avoir découvert une vaste campagne de cyber-espionnage au sein de laquelle les infrastructures diplomatiques, gouvernementales et scientifiques d'une cinquantaine de pays ont été infiltrées.
0082000005655196-photo-espion-logo-spy-gb-sq.jpg

Kaspersky Labs explique étudier un malware depuis plusieurs mois, lequel cible principalement des organisations en Europe de l'Est mises en place par d'anciens membres de l'URSS mais également au sein de pays de l'Asie Centrale, de l'Europe de l'Ouest et de l'Amérique du Nord. Ce malware aurait infiltré des réseaux informatiques diplomatiques, militaires, aéronautiques, nucléaires, commerciaux, gouvernementaux mais également des laboratoires de recherches scientifiques. Selon les informations recueillies par les experts en sécurité, ces attaques seraient effectuées depuis mai 2007 ; elles sont donc passées inaperçues pendant plus de 5 ans.

Cette opération, baptisée « Red October » s'articulait autour de serveurs de commandes hébergés sur plus d'une soixantaine de domaines et principalement déployés en Allemagne et en Russie. Ces serveurs se positionnaient donc en proxy afin de masquer le serveur de commande principal. Le malware était en mesure de récupérer des informations hébergées dans des smartphones (iPhone, Nokia, Windows Mobile) et d'infiltrer des équipements réseaux (notamment ceux de Cisco). Sur l'ordinateur de la victime, le serveur de commandes pouvait récupérer le contenu de disques externes, les base de données des emails d'Outlook ou encore les fichiers hébergés sur un serveur FTP local. Le malware a notamment exploité des failles au sein des logiciels Microsoft Excel et Microsoft Word.

Kaspersky Labs explique avoir découvert cette vaste campagne au mois d'octobre dernier par une personne tierce souhaitant rester anonyme. Il y aurait plusieurs centaines de machines infectées dont 35 en Russie, 21 au Kazakhstan, 15 en Azerbaïdjan et en Belgique, 14 en Inde, et 10 en Afghanistan et en Arménie. La France est également concernée, notamment au niveau de ses infrastructures diplomatiques et militaires. Selon Kaspersky Labs, moins de 5 ordinateurs seraient cependant touchés dans l'Hexagone.

0226000005655186-photo-red-october.jpg


« Pour l'heure rien n'indique qu'il s'agit d'une attaque mise en oeuvre par un gouverment », expliquent les experts en sécurité, avant d'ajouter : « de toute évidence, les informations volées par les hackers sont de la plus haute importance et incluent des données géopolitiques pouvant être utilisées par des états ». Celles-ci devraient commercialisées sur le marché noir.

Les anglophones retrouveront davantage d'informations sur la campagne « Red October » sur cette page. Ce n'est pas la première fois qu'une vaste affaire de cyber espionnage est mise à jour. En mars 2009, des chercheurs canadiens de l'institut MonkCenter for International Studies affirmaient avoir découvert un gigantesque réseau d'espionnage informatique chinois au travers duquel plus de 1200 ordinateurs auraient été infiltrés dans 103 pays différents.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top