Pegasus utilisé par la police israélienne pour surveiller les citoyens ?

19 janvier 2022 à 19h15
11
smartphone téléphone espionnage © Thirdman / Pexels
© Thirdman / Pexels

Une fois n'est pas coutume, Pegasus fait encore parler de lui. Un média israélien consacré aux nouvelles technologies accuse la police locale d'avoir utilisé le logiciel espion à des fins de surveillance de la population.

La police israélienne a, selon le média Calcalist, utilisé le logiciel Pegasus pour pirater, à distance, des citoyens israéliens, à des fins de suivi et d'espionnage. Parmi les personnes visées, on retrouve des politiciens et des activistes, certains étant connus comme des opposants de Benjamin Netanyahu, d'autres ayant par le passé appelé à la destitution de l'ancien Premier ministre. Ce mercredi 19 janvier, le ministère de la Sécurité publique israélien a promis une enquête à la suite de ces allégations.

Une violation sérieuse de la vie privée, que la police israélienne nie

Cette campagne d'espionnage aurait été menée par la police israélienne sans l'approbation d'un tribunal et sans demander de mandat de perquisition ni d'autorisation d'écoute pour se livrer à la surveillance des victimes de Pegasus. Cette version est fermement niée par la police israélienne, qui affirme que son activité de surveillance « se fait conformément à la loi ».

Les accusations sont particulièrement graves, d'autant plus que nous connaissons désormais les capacités de Pegasus, capable de prendre le contrôle d'un smartphone , d'accéder aux données, d'écouter les appels et de lire tous les messages de l'appareil. Et cela inquiète évidemment les autorités actuelles israéliennes.

L'Autorité de la protection de la vie privée évoque une « violation sérieuse de la vie privée », si elle était avérée, alors que le contrôleur de l'État, Matanyahu Englman, a promis d'élargir le dispositif visant à enquêter sur l'utilisation faite par les forces de l'ordre des technologies de surveillance.

En théorie, la police israélienne ne peut pas espionner ses ressortissants

Que pense NSO Group, le sulfureux éditeur du logiciel Pegasus, de tout cela ? L'entreprise israélienne ne confirme pas, et ne nie pas non plus, avoir vendu son logiciel à la police locale. En rappelant qu'elle « n'exploite pas les systèmes en possession de ses clients », l'entreprise explique ne pas être impliquée dans le fonctionnement de son système, une fois celui-ci vendu à des gouvernements et autres organismes.

NSO Group rappelle aussi ne vendre ses produits sous licence que pour éviter des actes terroristes ou criminels, « en vertu des ordres de justice et des lois en vigueur » dans les pays qui les achètent. Un argument qui a déjà été mis sur la table au moment de la révélation du scandale par Forbidden Stories, en juillet dernier.

Cibler des citoyens israéliens est en tout cas un virage surprenant. En effet, le logiciel Pegasus n'est à l'origine pas autorisé à utiliser des numéros de téléphone israéliens et américains, encore moins sans mandat ni autorisation de la justice. Seul le service de sécurité intérieure israélien, le Shin Beth, est en mesure en Israël de procéder au piratage d'un téléphone portable sans passer par le cap de l'ordonnance judiciaire.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
11
12
gnouman
Il n’y a plus moyen de faire un rapport à la modération ? Je n’ai plus l’icône.
Blackalf
Cliquer sur les 3 points en bas du message concerné, tu auras alors l’icône du drapeau pour signalement. ^^
Kratof_Muller
Ce genre d’outil, c’est un peu comme une drogue et l’arme absolue, difficile de respecter les règles avec …
bmustang
Et google search ?
Nervantoss
Les mecs ils font une new comme si c’était incroyable. En soi c’est bon pour la com.<br /> Comme si les états s’arrêtaient au cadre légal pour les gens qui leur pose problème.
Belgarath
Retour à l’envoyeur ! Waf ! Waf !
K702
Bah ça sera toujours la même ligne de défense, on est là pour aider à protéger le Monde et à la rendre plus sûr, et si jamais on apprend que quelqu’un se sert de notre outil de manière non conformes à nos conditions d’utilisation nous suspendrons le contrat.<br /> Sinon il est sympa leur système anti drone ^^ : https://www.nsogroup.com/eclipse/
Casperna
c’est l’éternel question de la gestion d’un «&nbsp;Pouvoir&nbsp;», la frontière du «&nbsp;pouvoir de pouvoir&nbsp;»<br /> dès lors qu’on a ses droits comment les contrôler, comment les limiter, impossible avec le facteur humain.
Bondamanmanw
La surveillance elle est globale personne n’y échappe.
salvia34
Maintenant que Pegasus est connu, n’est-il pas possible de boucher la faille en question qui permet un accès aussi poussé à tous les smartphones de la planète ?! J’avais cru comprendre que l’outil était éventuellement vendu ou mis à disposition à plusieurs autres pays.
Gweegoo
C’est un peu hypocrite d’avoir permis des surveillances dans le monde entier, y compris des journalistes et dirigeants, sans avoir fait quoi que ce soit concernant NSO Group qui continue son activité. Et maintenant les israéliens se rendent compte qu’ils sont eux aussi surveillés?<br /> Bon ben ils vont ptet faire qqch maintenant …
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pourquoi vos données sur Doctolib ne sont pas totalement sécurisées
VPN : améliorez votre cyberconfidentialité grâce à cette offre hallucinante !
Un chercheur en cybersécurité montre comment pirater une Tesla via une faille Bluetooth
Piratage : le site de téléchargement Tirexo n'est pas mort et devient PapaFlix
Le spyware Predator a infecté des smartphones Android en exploitant une faille 0-day
3 bons plans VPN pour assurer votre sécurité en ligne
Ces deux failles critiques ont été exploitées par des hackers d'État
Pwn2Own : Windows 11 et Microsoft Teams hackés, plusieurs fois
Google dépose le bilan en Russie
Ce nouveau hack permet de récupérer vos informations bancaires
Haut de page