Seagate : nanotubes pour les disques du futur ?

18 septembre 2018 à 15h03
0
Les nanotubes permettront-ils, comme l'avance Seagate, d'atteindre des capacités jusqu'à dix fois plus importante que celles des disques d'aujourd'hui ? Le fabricant vient de déposer une demande de brevet auprès de l'UPSTO (United States Patent & Trademark Office) relative à une technologie qui permettrait d'augmenter considérablement la densité de stockage des plateaux d'un disque dur. Après l'enregistrement magnétique perpendiculaire, viendra peut-être bientôt le temps des nanotechnologies...

Pour aller toujours plus loin dans les capacités, les fabricants de Disques durs ont besoin de nouvelles technologies qui leur permettent de dépasser les limitations de l'existant. L'un des principaux problèmes rencontrés aujourd'hui concerne la distance qui doit séparer, au sein d'un disque dur, la tête chargée de la lecture et de l'écriture des données du plateau magnétique qui stocke ces dernières. Plus cette distance est faible et plus la tête peut travailler avec précision, ce qui permet d'augmenter le nombre de secteurs capables de contenir des données à la surface du plateau. Seul hic : la tête de lecture/écriture ne doit jamais rencontrer le plateau, sous peine de voir disparaitre les données contenues à l'endroit de l'impact.

0190000000294379-photo-sch-ma-disque-dur-fujitsu.jpg
Substrat, couche magnétique, couche de protection, couche de lubrifiant


Le souffle généré par la rotation des plateaux du disque dur porte la tête de lecture et permet d'éviter tout contact direct, la tête sortant de la surface du plateau à l'arrêt du disque. La couche magnétique de ce dernier, qui contient les informations, est séparée de la tête de lecture par une couche de protection, puis par une couche de lubrifiant, chargée d'éviter que l'échauffement produit par le mouvement des plateaux n'endommage les données. Plus on réduit la distance entre la tête et cette couche finale et plus les contraintes subies par cette dernière sont importantes.

Seagate souhaite donc rapprocher encore la tête de lecture des plateaux, mais pas seulement. Il envisagerait également de mettre au point un mécanisme - éventuellement un laser - capable de chauffer ponctuellement la surface des plateaux pour augmenter la précision avec laquelle les données peuvent être inscrites et, dans le même temps, la densité de stockage. Mais là encore, se pose le problème de la chaleur et de la dégradation de la couche de protection. Pour utiliser cette méthode, Seagate a donc besoin d'un nouveau lubrifiant et c'est ici que les nanotubes font leur entrée.

Seagate projette de faire de la couche de lubrifiant une sorte de réservoir, composé de centaines de milliers de nanotubes et d'utiliser un procédé de type évaporation/condensation pour que la couche de protection reste homogène. Une fois le disque activé, la chaleur dégagée fait que le lubrifiant passe sous forme vaporeuse. En maintenant une pression précise au sein du disque, Seagate pense parvenir à faire que le lubrifiant en suspension dans les nanotubes se pose automatiquement sur la couche de protection du disque dès que cela est nécessaire. En dépit de l'inévitable dégradation progressive de ce lubrifiant, ce système permettrait à Seagate d'assurer une durée de vie de cinq à dix ans à ses disques durs.

00FA000000324471-photo-seagate-nanotubes.jpg
00FA000000324470-photo-seagate-nanotubes.jpg


Bien que le procédé paraisse viable, tempérons notre enthousiasme. Les nanotubes sont encore loin d'être monnaie courante et leur production coute très cher. En outre, si un tel système permettrait peut-être à Seagate de multiplier par dix la capacité de ses disques, il ne résoudrait pas pour autant l'un des problèmes inhérents à l'enregistrement magnétique : la présence d'éléments mécaniques qui nuisent fortement à la fiabilité.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Quoi de neuf en jeux vidéo ce lundi ?
Blu-ray : TDK prêt pour des médias vierges 6x
Le ver qui se faisait passer pour le programme WGA
  Darkstar One  : maintenant une démo française
TS608 : téléphone mobile signé Toshiba
Free conserve sa licence Wimax nationale
L'aventure continue pour  Barrow Hill  en octobre
Site et images pour  Frontlines : Fuel Of War
Une Radeon X1300 en PCI-Express 1x chez HIS
Retard d'Office : Vista sera le suivant ?
Haut de page