Nouvelle-Galles du Sud : du policier au hacker

le 11 mars 2009
 0
0078000001972346-photo-new-south-wales.jpg
En Australie, le gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud a adopté une loi autorisant les forces de police à pénétrer au sein d'un ordinateur sans le consentement de son propriétaire.

En effet, le politicien Nathan Rees a demandé à ce que la police puisse formuler auprès de la Cour Suprême une requête de mandat afin de collecter des preuves lorsqu'un suspect, s'il venait à être jugé coupable, serait passible d'une peine d'emprisonnement d'au moins sept ans. En cas exceptionnel, si le juge accepterait de délivrer ce mandat, le suspect pourrait être mis sous surveillance informatique pendant trois années.

Selon M. Rees, il serait possible d'effectuer des recherches sur cet ordinateur mais aussi sur ceux qui y sont rattachés au travers d'un réseau. Cette surveillance pourrait être pratiquée en silence sur une période de six mois, c'est-à-dire, sans que le propriétaire de la machine ne soit mis au courant. Selon le communiqué publié sur le site officiel de la police de la Nouvelle-Galles du Sud : « il sera possible d'étendre cette période jusqu'à 18 mois, voire 3 ans dans des cas exceptionnels ». Aussi, la police pourrait avoir accès aux données de l'ordinateur durant 7 jours renouvelables sur une période totale de 28 jours, voire plus dans certaines circonstances.

Le politicien explique que cette initiative pourrait être pratiquée pour les personnes soupçonnées de trafic de drogue, de trafic d'armes, de blanchiment d'argent, de violation des lois informatiques mais aussi de corruption, d'homicide ou encore d'enlèvement.

« Nous avons mis en place cette législation afin de s'assurer que nous pouvons évoluer aussi vite que les technologies », explique Nathan Rees, avant d'ajouter : « cela place la police et les criminels qu'ils surveillent sur un pied d'égalité ».

Cette initiative n'est pas sans rappeler le gouvernement britannique qui souhaite mettre en place plusieurs mesures de contrôle et permettre aux différentes autorités d'avoir accès à une base de données regroupant diverses informations susceptibles d'être utilisées pour mener à bien une enquête (SMS, historique de navigation...).
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top