Left 4 Dead : le virus contamine le test

Par
Le 19 novembre 2008
 0

Bientôt deux ans que nous attendions de pouvoir incarner des zombies plus horribles les uns que les autres, mais voilà Left 4 Dead est enfin là et c'est une réussite !

00f0000001778028-photo-left-4-dead.jpg
Une ville à l'agonie, de paisibles citadins transformés en horribles mutants par un terrible virus et, au milieu de tout ça, quatre survivants qui n'avaient rien demandé à personne... Voici en quelques mots le pitch de Left 4 Dead, la dernière production de Valve qui, après de nombreux mois de retard, arrive enfin sur PC et Xbox 360. Une production que son éditeur verrait bien remporter la mise pour les fêtes de fin d'année et, qui sait, détrôner l'indémodable Counter-Strike. Ambitieux Valve ? Il faut dire que l'affrontement survivants / infectés, les quatre campagnes prévues pour l'occasion et le mémorable mode versus pèsent très lourd sur la balance !

« Chronique des survivants »


Comme nous vous l'avons rappelé en introduction, le pitch à la base de Left 4 Dead est on ne peut plus simple et reprend le concept mis en place par certains réalisateurs tels que George A. Romero. Quatre survivants sont effectivement « perdus » au beau milieu de hordes de zombies qui ne demandent qu'à les mettre en pièces. En début de partie, le joueur doit choisir quel survivant il souhaite incarner : cela va de Zoey, la jeune femme du groupe, à Francis, le biker, en passant par Bill, le vétéran de toutes les guerres, et Louis, l'indispensable noir de service. Les personnages répondent ainsi aux stéréotypes propres au genre du film d'horreur de série B et cela tombe plutôt bien puisque les quatre campagnes imaginées par les développeurs peuvent être prises comme autant de courts-métrages horrifiques.

00f0000001778030-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778032-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778034-photo-left-4-dead.jpg

Construites sur le même canevas simplissime, les campagnes se prennent en main immédiatement

Intitulées 'Sans merci', 'Arrêt de mort', 'Trous d'air' et 'Sanglante moisson', ces campagnes débutent toujours dans un lieu relativement protégé à partir duquel on doit d'abord faire le plein d'équipement : une arme lourde (fusil à pompe, d'assaut ou de précision...), une arme de poing, un kit de soin et de l'explosif... Il faut savoir rester léger pour échapper aux zombies ! En mode solo, le joueur incarne un seul personnage, mais les trois autres sont interprétés par l'intelligence artificielle afin que, quel que soit le mode de jeu, l'équipe des survivants soit toujours au complet. Le « plein » effectué, il est possible de se lancer à l'aventure et de traverser les cinq chapitres que compte chaque campagne jusqu'au point d'extraction.

00f0000001778036-photo-left-4-dead.jpg
Jusque-là, rien de bien exceptionnel, mais tout l'intérêt de Left 4 Dead réside dans le déroulement de ces cinq chapitres par campagne. L'action est effectivement maîtrisée de main de maître par les développeurs qui, en utilisant intelligemment les scripts et en mettant au point une intelligence artificielle parfaitement calibrée, nous plongent complètement dans le bain (de sang ?). En solo, le résultat est à la hauteur des espérances à condition bien sûr que le joueur opte pour un niveau de difficulté en rapport avec ses compétences. La progression est alors un pur bonheur qui alterne les moments de stress intense alors que l'on entend les bruits des hunters ou les pleurs de la witch et les séquences d'action pure où les zombies déferlent par vagues entières !

Hunters et witch ne vous disent rien ? Il nous faut préciser qu'à côté des zombies classiques que quelques balles ajustées suffisent à éliminer, il existe des créatures spécifiques. Ainsi, le hunter est un zombie rapide, capable de bondir sur ses proies au moment le plus inattendu et d'infliger d'importants dégâts. La witch est une véritable plaie qui a tendance à réagir à la lumière. En sa présence, il convient de la jouer « passe muraille », car elle est aussi puissante que résistante. Les zombies peuvent également compter sur le boomer, un gros balourd que l'on tue d'une balle, mais qui explose en mourant, blessant tout ce qui se trouve à proximité. Ce lourdaud crache en plus de la bile qui est idéale pour attirer tous les zombies alentour !

00f0000001778038-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778040-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778042-photo-left-4-dead.jpg

Witch, tank et boomer sont quelques-uns des joyeux amis de Left 4 Dead

Enfin, les zombies ont dans leurs rangs le smoker et le tank. Le premier est un sournois qui se planque pour mieux attraper les survivants avec sa langue et les amener jusqu'à lui afin de leur faire passer un sale quart d'heure. Le tank est le costaud de la bande. Sorte de « boss de fin de niveau », il est doté d'une résistance remarquable et d'une force de frappe sans équivalent : les survivants ont intérêt à faire front, ensemble, pour le vaincre sans y laisser leur peau. Vous noterez au passage l'habile transition pour parler de la spécificité qui fait une partie du charme de Left 4 Dead : le mode coopératif. Très à la mode en ce moment, cette option permet tout simplement de joindre les services de trois autres humains pour faire les campagnes du jeu.

« What's in your head ? »


00f0000001778044-photo-left-4-dead.jpg
Du coup, les termes « entraide » et « assistance » prennent tout leur sens avec ce mode de jeu qui invite les joueurs à véritablement jouer en équipe. Un survivant qui se lance tout seul à l'aventure n'a strictement aucune chance de s'en sortir et risque surtout de réveiller les zombies alors que les autres membres du groupe ne sont pas prêts. Il convient alors de jouer calmement et de manière « stratégique » pour vaincre des zombies qui attaquent de manière « intelligente » et variée selon les parties. Comme ça, on est sûr de ne pas refaire les campagnes de la même manière. Les joueurs doivent se porter assistance lorsque, par exemple, l'un d'eux tombe d'une corniche (il faut alors le hisser) ou que les points de vie viennent à manquer (on peut utiliser son unique medikit pour soigner un collègue plutôt que soi-même).

Dans ce mode coopératif, Left 4 Dead prend vraiment une dimension exceptionnelle et les amateurs se surprendront à jouer des heures durant sans interruption, mais le plus fort reste à venir avec le mode versus, véritable cerise sur un gâteau déjà fort goûteux. C'est dans ce mode que Left 4 Dead se met à concurrencer le fameux Counter-Strike. En effet, une équipe de joueurs prend en main les survivants alors qu'une seconde équipe entre dans la peau des zombies pour des affrontements avec inversion des rôles à intervalles réguliers. On regrette bien sûr que seules deux des quatre campagnes soient disponibles dans ce mode, mais la qualité des niveaux et l'ambiance sont telles que l'on n'a guère de doute sur la durée de vie : un peu comme si on se limitait aux meilleures cartes de Counter-Strike justement.

00f0000001778046-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778048-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778050-photo-left-4-dead.jpg

Il est possible de surprendre les zombies de bien des manières, mais attention au « tir ami »

Du côté des survivants, la donne ne change pas vraiment en mode versus, disons simplement que contrôlés par de vrais joueurs, les zombies deviennent alors simplement diaboliques et il est très difficile d'avancer un tant soit peu au travers des niveaux. On essaye donc de faire de son mieux, d'engranger un maximum de points avant de prendre sa revanche dans la peau des zombies. Là, nous débutons en tant que spectateurs, le jeu nous dit quel zombie nous allons incarner. Le but est alors de trouver le meilleur emplacement pour apparaître tout en restant relativement loin des survivants et en dehors de leur champ de vision. L'endroit adéquat trouvé, on peut apparaître et se lancer sur les pauvres humains. Toute la subtilité de la chose tient dans l'utilisation des pouvoirs spéciaux des zombies.

00f0000001778052-photo-left-4-dead.jpg
En un contre un, ces derniers ne tiennent pas longtemps face aux survivants, mais en combinant la bile d'un boomer et les bonds d'un hunter, on peut facilement les mettre hors d'état de nuire. Le round s'arrête sitôt que les quatre survivants sont à terre et le score peut être calculé puis comparé au score du round précédent pour voir laquelle des deux équipes l'emporte. C'est à la fois remarquable de simplicité et redoutable d'efficacité, un peu comme Counter-Strike en somme ! Techniquement, il ne faut pas s'attendre à des miracles, Left 4 Dead exploite une version légèrement remaniée du moteur Source et propose des environnements sympas, des personnages très correctement modélisés, mais sans que cela ne soit particulièrement impressionnant.

Si la réalisation graphique est correcte, du côté de la bande-son, les choses sont nettement plus réussies. Les bruitages sont là pour mettre dans l'ambiance et la musique, quoique très discrète, souligne bien les actions les plus chaudes. Rien à redire donc si ce n'est quelques petits lags et quelques très légers soucis en multijoueur, mais connaissant la réactivité de Valve (observée sur Team Fortress 2 notamment), les choses ne feront que s'arranger. On peut d'ailleurs très certainement en dire autant du contenu. Les développeurs ont déjà indiqué à plusieurs reprises qu'ils ne comptaient pas s'arrêter au contenu proposé de base et même si celui-ci est suffisant pour jouer d'innombrables heures durant, on peut espérer des nouveautés dans les semaines à venir.

00f0000001778054-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778056-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778058-photo-left-4-dead.jpg

Prévenez les âmes sensibles : dans Left 4 Dead le sang coule à flots !



Left 4 Dead : les zombies pris à la gorge sur PC


Conclusion


En dehors de la petite réserve faite à l'encontre du nombre de campagnes en mode versus (deux seulement), il n'y a pas grand-chose à reprocher à ce Left 4 Dead. Valve signe une nouvelle fois un grand jeu qui répond en tous points à nos attentes et qui devrait faire date. En mode simple joueur, la durée de chaque campagne (trente à quarante minutes) est un peu juste, mais la rejouabilité est au rendez-vous et ce, même si le jeu repose sur ses modes multijoueur. Le coopératif est un bonheur de tous les instants et le versus est encore meilleur. L'acquisition d'un micro / casque est pour ainsi dire obligatoire à moins que vous n'ayez la chance de pouvoir jouer à huit dans la même pièce ! Un titre à ne manquer sous aucun prétexte... au moins dans sa version PC. Sur Xbox 360, le même bonheur est présent à chaque minute de jeu, mais la somme demandée par Valve nous semble un peu exagérée (hélas c'est une habitude) pour un jeu qui risque de ne pas bénéficier du même suivi.

Left 4 Dead

Les plus
+ Quatre campagnes aux petits oignons
+ Ambiance de folie
+ Des modes multi exceptionnels
+ Rejouabilité remarquable
Les moins
- Un peu court en solo
- Question du suivi sur Xbox 360 ?
Réalisation
Prise en main
Durée de vie solo
Durée de vie multi
4


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le Comparateur de Prix
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Left 4 Dead sur PC
00073195-photo-gif-petite-fl-che-orange.jpg
Comparer les prix de Left 4 Dead sur Xbox 360

00f0000001778078-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778082-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778098-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778104-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778106-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778112-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778114-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778126-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778132-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778142-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778150-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778166-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778172-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778180-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778194-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778204-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778212-photo-left-4-dead.jpg
00f0000001778208-photo-left-4-dead.jpg
Modifié le 20/09/2018 à 14h16

Les dernières actualités

scroll top