Apple iPhone 4 : le test

28 juin 2010 à 18h20
0
0000008701961298-photo-logo-apple.jpg
C'est en 2007 que la firme à la pomme, j'ai nommé Apple, dévoile, après des mois de spéculations, son tout premier iPhone. Vendu dans un premier temps exclusivement sur le sol américain, l'iPhone démarre sa carrière... lentement. Il lui aura ainsi fallu plusieurs mois avant de traverser l'atlantique. Pour autant et malgré des limitations à peine pensables pour sa première version commerciale, le succès sera bel et bien au rendez-vous ! On se souviendra d'ailleurs des railleries de Steve Balmer sur l'absence de clavier ou encore de l'attentisme des opérateurs européens dépités de ne pouvoir facturer d'options MMS sur la première génération d'iPhone.

Trois ans après, et quelques 13 millions d'iPhone vendus plus tard, on mesure le chemin accompli par Apple, qui en quelques mois a réussi à s'imposer comme un acteur tout simplement incontournable, faisant de l'ombre à Nokia, tout en ridiculisant, n'ayons pas peur des mots, l'offre Windows Mobile de Microsoft. Il faut dire que Steve Jobs aura enchaîné les coups de génie sur l'iPhone, de l'interface tactile multipoints au très lucratif modèle commercial d'AppStore.

Un an après l'iPhone 3GS, Apple annonçait au début du mois de juin l'iPhone 4, une annonce pour une fois... sans surprise ! Il faut dire que le culte du secret nimbant le campus d'Apple a pris un sacré coup dans l'aile quand un peu plus tôt dans l'année, un employé aurait... égaré un prototype d'iPhone 4 dans un bar. Episode rocambolesque, cette affaire avait permis d'exposer la plupart des caractéristiques du téléphone vedette d'Apple, qui vient de démarrer sa carrière commerciale dans le monde.

Succédant à l'iPhone 3GS, l'iPhone 4 inaugure un tout nouveau design mais également un nouvel écran, une nouvelle plate-forme technique avec l'utilisation du fameux processeur A4 et de nouvelles fonctionnalités orientées utilisateur avec la possibilité de faire des appels visiophoniques via FaceTime notamment. Autant de nouveautés que nous vous proposons de découvrir en détails dans le test que nous consacrons à l'iPhone 4.

0000014A03333826-photo-iphone-4.jpg


Un design entièrement revu

Pour ce nouvel iPhone, livré dans une boîte aux dimensions sévèrement réduites, Apple semble revenir aux sources d'un design épuré et qualitatif, un design que l'on avait pas vu depuis l'iPhone Edge ! L'influence sans doute de Jonathan Ive, le designer de la firme à la pomme. Si dans les grandes lignes la forme du téléphone ne change guère, d'autant que les codes de l'iPhone demeurent avec notamment le bouton central en bas de l'écran, Apple se sépare des matériaux plastiques des iPhones 3G et 3GS pour une façade et un dos plat en verre renforcé. La firme de Cupertino dit avoir mis au point un verre aluminosilicate bénéficiant d'un traitement chimique améliorant notablement sa dureté ; il est question d'un verre 20 fois plus rigide et 30 fois plus dur que le plastique. Et pour ceux qui se demandent ce qu'est l'aluminosilicate... il s'agit d'un matériau utilisé notamment sur les pare-brises des hélicoptères ou trains à grande vitesse. Le but... rendre l'iPhone moins sensible aux rayures et chocs : à voir sur le long terme s'il est effectivement moins fragile que ses prédécesseurs.

0000014003331234-photo-apple-iphone-4-terminal-5.jpg

A gauche l'iPhone 4, à droite l'iPhone 3GS


Autre changement notable : les contours chromés de l'écran des iPhone 3G et 3GS ne sont plus. Objet monolithique par essence, l'iPhone 4 dispose d'une bordure en acier inoxydable, bordure inspirée des coques unibody des derniers MacBook et annoncée comme 5 fois plus solide que de l'acier standard. Nous aurons l'occasion d'y revenir, mais cette bordure, qui relie les deux dalles de verre du smartphone, dissimule les fameuses antennes radio de l'iPhone 4. On retrouve du côté gauche un bouton pour activer le mode silencieux/vibreur, deux boutons de réglage du volume, alors qu'au sommet prennent place la prise jack pour le casque, un deuxième microphone, et le bouton de mise en route. Du côté droit du ruban parcourant l'iPhone nous retrouvons l'emplacement SIM... ou plutôt micro-SIM puisque l'iPhone 4 utilise un nouveau type de carte SIM. Il faut toujours un trombone pour extraire la carte de son logement, et Apple propose toujours l'outil adéquat dans la boîte de l'iPhone.

000000F003327324-photo-apple-iphone-4-microsim.jpg

Carte SIM et micro-SIM


Fin, très fin, avec une épaisseur de 9,3 mm, l'iPhone 4 est toutefois légèrement plus lourd que son prédécesseur : 140 grammes contre 136 ! Ce n'est pas franchement gênant d'autant que ce poids renforce le sentiment de solidité que l'on éprouve en tenant l'appareil. En observant la façade, on découvre à proximité du haut parleur un capteur vidéo alors qu'au dos de l'appareil un flash LED vient prendre position à côté du capteur permettant de réaliser photographies et courts métrages vidéos.

0000011303331274-photo-apple-iphone-4-terminal-9.jpg

iPhone 4 : plus fin que l'iPhone 3GS


Un mot enfin sur la base de l'appareil qui comprend les ouïs dissimulant haut parleur et micro ainsi que le traditionnel connecteur iPhone/iPod.

00BE000003331268-photo-apple-iphone-4-terminal-6.jpg
00BE000003331270-photo-apple-iphone-4-terminal-7.jpg
00BE000003331272-photo-apple-iphone-4-terminal-8.jpg

Gros plans sur l'iPhone 4


Un écran « Wow »

Parmi les atouts de cet iPhone 4, il y a le nouvel écran... Apple en est d'ailleurs tellement fier que ses équipes marketing lui ont même trouvé un petit nom : le Retina display. Avec une diagonale de 3,5 pouces, cet écran tactile multipoints se distingue sur plusieurs plans. D'abord il affiche une résolution effective de 960x640 pixels, contre 480x320 pour l'iPhone 3GS. L'écran de l'iPhone 4 a pour autre particularité sa forte densité de pixels. Avec quatre fois plus de points à l'écran que les précédents iPhone, l'écran de l'iPhone 4 revendique en effet une densité de 326 pixels par pouce, soit plus que l'oeil ne peut en percevoir (300 maximum). Parmi ses autres caractéristiques, l'écran affiche un taux de contraste de 800:1 et une luminosité de 500 nits. Voilà pour les chiffres, le métrique... qu'en est-il dans les faits ?

Le résultat est tout simplement bluffant et à défaut de faire « wow » en contemplant l'écran de l'iPhone 4, on apprécie d'emblée sa finesse, sa précision et sa beauté, tout simplement. Il n'est pas nécessaire de le regarder à la loupe pour s'apercevoir que les textes sont tous plus nets et plus lisibles notamment que sur un iPhone 3GS : cela saute aux yeux. En revanche, l'espace colorimétrique de l'écran est différent et alors que celui de l'iPhone 3GS tire vers le rouge / magenta, celui de l'iPhone 4 se rapproche plus du vert / cyan, mais pour s'en apercevoir il faut mettre les deux terminaux côte à côte.

0000010903331622-photo-apple-iphone-4-retina-display.jpg

Gros plan sur l'icône iTunes : à gauche l'iPhone 4, à droite l'iPhone 3GS : CQFD ?


Et parmi les technologies de fabrication mises en avant par Apple pour son nouvel iPhone, deux nous paraissent particulièrement intéressantes. Il y a tout d'abord l'absence totale de pellicule d'air entre l'écran et le verre le recouvrant : cela permet de rendre ce dernier totalement étanche à toute introduction de poussières. Alors qu'à l'usage on observe un relief moindre entre le verre et l'écran ce qui est effectivement assez appréciable. L'autre caractéristique intéressante, et déjà disponible sur l'iPhone 3GS, c'est le revêtement oléophobique des deux façades en verre de l'iPhone 4 : il ne s'agit hélas pas de réduire la tendance du verre à être marqué par les traces de doigts, mais de faciliter son nettoyage : les traces de doigt s'effaçant rapidement. Et Apple d'indiquer que son écran résiste aux rayures.

0000010E03331276-photo-apple-iphone-4-terminal-10.jpg

Les écrans de l'iPhone 3GS et de l'iPhone 4

iPhone 4 : une nouvelle plate-forme technique

0000007803332458-photo-2008-p-a-semi-une-porte-d-entr-e-pour-des-processeurs-made-in-apple.jpg
Techniquement, les entrailles de l'iPhone évoluent significativement avec ce nouveau modèle. Alors que les changements avaient été assez timorés entre l'iPhone 3G et le modèle 3GS, l'iPhone 4 présente des changements plus importants. C'est ainsi que le dernier iPhone en date utilise le fameux processeur A4 d'Apple, ce processeur qui n'est autre qu'un SoC ou System on a chip à architecture ARM.

La fréquence du processeur n'est pas connue (on parle de 800 MHz...) mais on sait toutefois qu'il est épaulé par 512 Mo de mémoire vive. Dans tout les cas, les performances dudit processeur n'auront pas de mal à être supérieures à celles de l'anémique puce à 412 MHz des iPhone 3G : ça tombe bien parce qu'entre les vidéos HD et le système iOS 4 finalement multi-tâches, l'iPhone 4 aura besoin de puissance.

Du côté des spécifications radio, on retrouve dans cet iPhone un circuit de téléphonie quadri-bandes compatible avec les réseaux 3G/3G+ avec prise en charge du protocole HSUPA. Cette norme, évolution du HSDPA, permet d'atteindre des débits théoriques de 7,2 Mbps en téléchargement et 5,8 Mbps en voie montante. Côté Wi-Fi, l'iPhone 4 prend en charge la norme i802.11n avec compatibilité b/g alors que l'on retrouve le Bluetooth, supporté en version 2.1 avec EDR.

01F4000003331230-photo-apple-iphone-4-terminal-3.jpg


Puisque nous évoquons les problématiques radio, il ne nous est pas possible de ne pas revenir sur la disposition des antennes permettant la réception des signaux 3G (notamment). Souvenez-vous sur le premier iPhone, la partie basse de celui-ci était faite d'une bande de plastique quand tout le reste de l'appareil était en métal. La raison : le plastique laisse passer les ondes radio, pas la coque en aluminium. Sur les iPhone 3G/3GS, le dos de l'appareil étant intégralement en plastique nacré... pas de souci pour Apple au niveau des ondes radios. Sur l'iPhone 4... le pourtour métallique constitue tout simplement les antennes de l'appareil ! La partie inférieure du ruban est l'antenne de téléphonie 3G quand la partie supérieure est l'antenne Wi-Fi / Bluetooth / GPS.

Problème... il se peut dans certains cas qu'en recouvrant le téléphone avec sa main, le corps étant un conducteur électrique, on puisse arriver à placer les antennes en court-circuit ce qui se traduit par des pertes ou des baisses de la réception (en téléphonie comme en Wi-Fi). Il n'en fallait pas plus pour créer la polémique, et parler de défaut de conception, moins de 24 heures après le lancement de l'iPhone 4 alors que certains médias ont trouvé un Nostradamus danois ayant prédit ce problème. Théoriquement bien réel, le problème est moins évident à reproduire et dans tous les cas il n'a à notre sens pas grand-chose d'alarmant ! Qui n'a jamais joué, étant enfant, à entourer du fil électrique autour de l'antenne d'un poste de radio pour améliorer sa réception ? Ou bien à relier un crayon papier à une pile électrique et la frotter à côté d'un poste radio pour provoquer des interférences ? Le « problème » pointé du doigt par certains médias nous semble plus tenir d'un problème de physique élémentaire que d'un défaut de conception réel.

Il faut également qualifier réellement ce qu'est ledit "problème". Que l'on perde une barre ou deux en tenant le téléphone par l'antenne, effectivement, c'est quelque chose d'ennuyeux. Mais à la décharge d'Apple, ce genre de phénomène arrive avec tous les téléphones. Le bug épinglé par certains est que dans des cas assez durs a déterminer, l'iPhone perd parfois totalement sa synchronisation au réseau 3G, ce qui est effectivement anormal. Nous n'avons pas réussi à reproduire ce bug, mais il se murmure de plus en plus qu'il s'agirait d'un problème logiciel. En effet, en cas d'une baisse de signal, l'iPhone tendrait trop vite à changer de relais. En l'absence de relais supplémentaire, il y aurait alors une perte totale de signal. Aux dernières nouvelles, Apple proposerait une mise à jour censé corriger cela. Dans tous les cas de figure, Apple propose un « bumper », sorte de housse entourant l'iPhone 4 d'un matériau plastique : une bonne solution pour isoler totalement les antennes mais à quel prix, puisque l'accessoire est facturé 29 euros... pour une finition pas franchement digne de la marque à la pomme.

Embarquant un GPS, l'iPhone 4 dispose, en plus de son traditionnel accéléromètre et du compas, d'un gyroscope. Celui-ci permet de capter des mouvements plus complexes que la simple orientation, lorsqu'il est utilisé en conjonction avec l'accéléromètre. Il est notamment question de mesurer une accélération par exemple. Concrètement, il devient possible de piloter un personnage dans un jeu vidéo en faisant simplement pivoter son iPhone : l'application Gun Range sortie récemment est l'une des premières à tirer profit du gyroscope de l'iPhone 4. La visée du fusil est contrôlée par les mouvements que vous appliquez à votre téléphone. Refermons ce tour d'horizon technologique de l'iPhone 4 par un mot sur les microphones : l'iPhone 4 est en effet doté de deux microphones. Le microphone principal est situé en bas de l'écran à côté d'un des haut-parleurs et est utilisé pour capter votre voix lors des appels, commandes vocales, mémos et autres conversations FaceTime. Le second micro est situé sur le sommet de l'iPhone 4 et est utilisé pour supprimer les bruits parasites, ce qui est censé améliorer la qualité globale des appels téléphoniques.

iPhone 4 : enfin un vrai photo/vidéo-phone ?

On le sait, l'appareil photo des iPhone a longtemps été raillé pour sa qualité plus que... mauvaise. Avec l'iPhone 3GS, Apple améliorait sensiblement les choses... sans pour autant inquiéter les références en matière de photophones.

Avec l'iPhone 4, Apple semble décidé à relever encore le niveau. C'est ainsi que l'appareil photo profite d'un capteur CMOS rétroéclairé avec une résolution de 5 mégapixels. Alors 5 mégapixels ça ne fait pas trop bling-bling comme ça sur le papier (moins en tout cas que 8 mégapixels), mais ça permet de conserver une densité de pixels basse vue la taille forcément réduite du capteur, ce qui se traduit par l'obtention d'images plus propres, notamment en cas de faible luminosité. En prime, l'angle embrassé est plus large sur l'iPhone 4 que sur le 3GS.

0000012C03331228-photo-apple-iphone-4-terminal-2.jpg

iPhone 4 : capteur 5 mégapixels et flash LED


Du reste, comme sur l'iPhone 3GS, un tapoti sur l'écran permet d'ajuster la zone de mise au point, alors qu'il est possible de tirer profit du zoom numérique 5x introduit avec l'iOS 4 : un simple slider permet de régler le niveau de ce dernier. Et pour accompagner notre appareil photo, on retrouve un flash LED, une première sur iPhone, permettant d'éclairer les scènes un peu trop sombres. Dans la pratique ce flash est vraiment à utiliser comme un éclairage d'appoint, tant il dénature souvent les résultats. Apple propose du reste un mode automatique ou une activation manuelle dudit flash.

Quant à la vidéo... elle progresse également. Apparue assez tardivement, puisqu'il a fallu attendre l'iPhone 3GS pour qu'Apple intègre la capture d'images animées, la fonction vidéo s'améliore logiquement avec cet iPhone 4. Le capteur rétro-exposé profitera bien entendu au mode vidéo alors qu'Apple se targue de proposer des vidéos HD. L'iPhone 4 peut en effet enregistrer des vidéos dans une résolution de 720p (1280x720). Et si l'éclairage s'avère insuffisant lors d'un tournage, il est possible d'activer le flash d'appoint qui agit alors comme une source lumineuse fixe. De plus, et c'est lié à l'arrivée d'iOS 4.0, il est maintenant possible, lors de l'enregistrement de vidéos, de faire une mise au point en sélectionnant la zone de l'écran sur laquelle le focus doit être opéré.

Tout comme l'iPhone 3GS, l'iPhone 4 propose une fonctionnalité de montage vidéo intégrée. Il est ainsi possible de rapidement retoucher une vidéo en définissant les points d'entrée et de sortie. Pour compléter ses fonctionnalités pour le moins rudimentaires, Apple propose l'app iMovie, une application téléchargeable sur l'AppStore, moyennant 3,99 euros, et proposant des fonctionnalités de montage vidéo additionnelles. Au dérushage basique permis par l'application native de l'iPhone 4, l'application iMovie ajoute des thèmes et des transitions, alors qu'il est possible d'insérer des photos mais également de la musique pour créer un clip vidéo. L'insertion de titres est également possible sur les clips vidéos avec des options bien évidemment limitées au niveau des polices notamment. Votre réalisation achevée, elle pourra être exportée dans diverses résolutions (petit, moyen, HD) et partagée sur divers supports : email, galerie MobileMe, Youtube ou MMS. Intuitive, l'application surprend par sa fluidité.

000000AA03329014-photo-apple-iphone-4-imovie-2.jpg
000000AA03329012-photo-apple-iphone-4-imovie-1.jpg
000000AA03333124-photo-apple-iphone-4-imovie-2.jpg
000000AA03334160-photo-apple-iphone-4-imovie-3.jpg
000000AA03334162-photo-apple-iphone-4-imovie-4.jpg

Application iMovie


L'iPhone 4 s'ouvre à la visiophonie... FaceTime

Dans le chapitre précédent, nous avons largement décrit les fonctionnalités en matière de photo et de vidéo de ce nouvel iPhone. Au point de faire l'impasse sur un détail, et non des moindres, la présence d'un capteur vidéo en façade de l'appareil. Là encore, c'est une nouveauté, et alors que le capteur photo principal offre une résolution de 5 Mégapixels, celui situé en façade de l'iPhone 4 propose au mieux une résolution VGA. Il revêt plusieurs utilités avec en premier lieu la possibilité de réaliser des auto-portraits : fini donc les prises de vue en face d'un miroir ou au bout d'un bras tendu ! Pour passer de l'un à l'autre des capteurs, que ce soit en mode vidéo ou photo, il suffit de cliquer le bouton avec deux flèches situé en haut à droite de l'application Appareil Photo.

0000012C03331232-photo-apple-iphone-4-terminal-4.jpg

Capteur vidéo en façade de l'iPhone 4


L'autre utilité de ce capteur est à chercher du côté de la fonctionnalité FaceTime. Alors que Nokia et consorts propose des fonctionnalités de visiophonie depuis des années sur leurs smartphones, Apple s'y met à son tour. Alors ne nous emballons pas, car aussi séduisante qu'elle soit, la fonctionnalité FaceTime souffre de plusieurs limitations. La première, la plus gênante, est l'impossibilité de réaliser un appel vidéo via une connexion 3G. D'après Apple, la bande passante offerte par les réseaux 3G est insuffisante ou soumise à de trop nombreux aléas pour offrir une qualité d'appel satisfaisante. Aussi, un appel FaceTime se fait en deux temps : vous appelez le numéro de portable de votre correspondant muni d'un iPhone 4, puis vous cliquez le bouton FaceTime. Le réseau GSM est utilisé pour identifier votre destinataire, alors que l'iPhone 4 bascule automatiquement sur un réseau Wi-Fi au préalable configuré, pour l'appel vidéo. Il faut donc être à portée d'une borne Wi-Fi... ce qui réduit quelque peu l'intérêt de FaceTime. Reste que cette considération mise à part, l'implémentation à la Apple de cette fonctionnalité est brillante de simplicité et cela fonctionne... tout simplement. L'orientation de l'iPhone 4 en portrait ou paysage change automatiquement le positionnement des vidéos à l'écran alors qu'un simple effleurement du bouton muni de deux flèches permet de passer d'un capteur vidéo... à l'autre.

000000DC03333126-photo-apple-iphone-4-facetime-1.jpg
000000DC03328998-photo-apple-iphone-4-interface-4.jpg
000000DC03333128-photo-apple-iphone-4-facetime-2.jpg

FaceTime à l'oeuvre sur l'iPhone 4

iOS 4.0 : au cœur de l'iPhone 4

Au cœur de ce nouvel iPhone, nous retrouvons le système d'exploitation mobile d'Apple rebaptisé à la dernière minute en iOS 4.0. Bien qu'iOS améliore en tout point la précédente version 3.0, la nouveauté la plus marquante est à chercher du côté de la gestion du multi-tâches, une première sur iPhone ! Avec iOS 4, plusieurs applications peuvent fonctionner simultanément ce qui permet par exemple de bénéficier de son streaming radio en lisant un email, ou bien de recevoir les messages issus de votre compte de messagerie instantanée alors que vous rédigez un SMS. Qu'il est loin le temps où AT&T et Apple nous expliquaient qu'autoriser des applications tierces sur iPhone pourrait compromettre la qualité du réseau AT&T (sic).

0000010403328992-photo-apple-iphone-4-interface-1.jpg


Quant au multi-tâche son implémentation est là encore assez bien vu : un double clic sur le bouton central de l'iPhone permet d'afficher les tâches en cours et de basculer d'une application à l'autre. Pas de panique pour les contrôles iPod précédemment assignés au double-clic sur le bouton centrale de l'iPhone : ceux-ci se retrouvent en faisant défiler vers la gauche la liste des applications ouvertes.

Mais attention, le multi-tâches Apple n'est pas exactement le multi-tâches Windows par exemple. Plutôt que de permettre à deux processus de s'exécuter côte à côte comme sur un PC ou un Mac, Apple a modifié l'ensemble de ses API, ou bibliothèques de programmation, pour permettre l'utilisation concomitante de fonctions par deux applications. En clair ce ne sont pas tant les applications qui sont multi-tâches que les API d'iOS. Ce qui explique pourquoi il faut que l'application ait été réécrite pour iOS 4.0 afin de bénéficier du multi-tâches. Reste que d'un point de vue utilisateur, le contrat est rempli.

000000EB03339156-photo-apple-iphone-4-ios-4-7.jpg
000000EB03339150-photo-apple-iphone-4-ios-4-5.jpg


Parmi les autres changements apportés par l'iOS 4, il y a des changements cosmétiques : qu'il s'agisse de certaines icônes revues ou corrigées, du nouveau dock transparent ou encore de la possibilité d'avoir un fond d'écran sur le SpringBoard différent de l'écran d'accueil. Il y a aussi des changements pratiques : avec la possibilité de créer des dossiers pouvant contenir plusieurs applications, histoire d'éviter la multiplication des écrans du SpringBoard.

000000CD03339132-photo-apple-iphone-4-ios-4-2.jpg
000000CD03339134-photo-apple-iphone-4-ios-4-3.jpg
000000CD03339182-photo-apple-iphone-4-ios-8.jpg
000000CD03339336-photo-apple-iphone-4-ios-4-8.jpg


D'autres changements fonctionnels sont plus importants comme l'unification des messageries : toutes vos boîtes aux lettres (Exchange, Gmail, MobileMe, etc) sont regroupées dans un seul dossier ce qui facilite effectivement la lecture des mails, mais pas forcément leur gestion. En effet dans le cadre d'un serveur Exchange, il faudra pour vider le dossier éléments supprimés sortir de la boîte unifiée, retrouver le compte Exchange en question et accéder aux dossiers « éléments supprimés ». On a connu plus... simple !

Notons d'autres petits changements, pour le coup assez subtils, comme la possibilité de créer plusieurs listes de lecture (et non une seule) avec l'iPod, l'apparition d'un témoin de géo-localisation dans barre supérieure de l'application lorsque vous êtes géo-taggué, le classement des photographies par géolocalication ou encore la salutaire introduction d'un champ recherche dans les SMS.

Gros plan sur les performances

Etant donné que l'iPhone 4 dispose de son propre système d'exploitation, qui n'a du reste rien de commun avec celui d'un Windows Phone, d'un Blackberry ou d'un Android, comparer les performances d'un terminal à l'autre avec un outil équitable n'est pas chose aisée. A défaut de proposer le benchmark idéal de l'iPhone 4, nous vous proposons quelques tests qui donnent un éclairage assez intéressant sur la réactivité de l'appareil face à ses prédécesseurs.

Temps de démarrage

Avec un processeur plus rapide, et une quantité de mémoire vraisemblablement plus importante, nous avons d'abord cherché à mesurer le temps de démarrage du terminal.

03332198-photo-apple-iphone-4-0-to-os.jpg


Sans surprise, l'iPhone 3G, ici équipé d'iOS 4.0 (comme le 3GS), est lanterne rouge du test. Il lui faut plus d'une minute pour démarrer ( ! ). De son côté, l'iPhone 3GS est opérationnel en moins de 28 secondes alors que l'iPhone 4 met, et c'est pour le coup un étonnement, le même délai à démarrer : 27 secondes. De ce côté là, pas de différence probante donc.

Performances Javascript

Autre test, autre but : mettre en avant une différence de performances entre nos terminaux en utilisant une série de tests exploitant le Javascript, un langage permettant d'exécuter des scripts sur des pages web côté client. Nous retrouvons ici les iPhone 3G, iPhone 3GS et iPhone 4, tous en iOS 4.0, alors que nous faisons figurer l'iPad, de son côté pourvu du système en version 3.2. Tous les tests sont exécutés depuis une connexion Wi-Fi.

03332284-photo-apple-iphone-4-performances-javascript.jpg


Les résultats sont exprimés en milisecondes, la barre la plus courte... est donc la meilleure ! Ici, l'iPhone 3G fait peine à voir, puisqu'il est quatre fois plus lent... que l'iPhone 4 ! Ce dernier est sensiblement plus rapide qu'un iPhone 3GS alors qu'il fait jeu égal avec l'iPad. L'iPad qui dispose aussi du processeur A4, cadencé à une fréquence supérieure mais épaulé par moins de mémoire, et avec une version du système d'exploitation moins récente. Difficile donc de tirer des conclusions.

Performances en fix GPS

Nous avons taché de mesurer les performances de l'iPhone 4 en ce qui concerne l'acquisition du signal GPS. Pour cela nous utilisons l'application Plans de l'iPhone et attendons d'être localisé précisément avec la petite "bille".

03332668-photo-apple-iphone-4-fix-gps.jpg


On le voit, il semblerait que le fix soit sensiblement plus rapide sur l'iPhone 4 celui-ci s'effectuant en moins de 10 secondes alors qu'il faut 25 secondes à notre iPhone 3GS. Ce résultat est plutôt en la faveur d'Apple même si nous émettrons une réserve de taille : il ne nous est pas possible de désactiver la triangulation ou mode aGPS, impossible donc de savoir avec certitude si ce fix GPS est le fruit d'une triangulation miraculeusement précise ou d'une acquisition rapide du signal en mode GPS.

Autonomie

0000005003339152-photo-apple-iphone-4-ios-4-6.jpg
Crucial, le critère de l'autonomie est pourtant toujours difficile à évaluer tant il dépend de l'usage qui est fait du terminal, des conditions d'utilisation ou encore de l'usure des batteries. Naturellement sur un modèle neuf, ce dernier point est moins sujet à caution. Pour ce qui est de notre évaluation, nous avons opéré plusieurs activités sur un iPhone 4 chargé à bloc : lecture de vidéo, navigation sur Internet en WiFi puis en 3G avec rechargement de la même page de test pendant une certaine durée, écoute de musique sans oublier quelques coups de fil. Au bout de ces diverses manipulations, l'autonomie de la batterie est tombée à plus ou moins 25%. De son côté l'iPhone 3GS également malmené n'en était plus qu'à 10% de batterie. En d'autres termes, en usage intensif, l'iPhone 4 devrait sans problème tenir la journée, avec une autonomie en usage modéré de deux à trois jours... du moins les premiers mois d'utilisation. Rappelons que l'usure des batteries fait qu'au fil du temps l'autonomie diminue. Et comme Apple ne permet pas de changer la batterie... il n'est pas possible de palier simplement ce problème.

Un iPhotophone ?

Sur le papier, le CMOS rétro-exposé de 5 Mpix incorporé dans l'iPhone 4 prend l'avantage sur le 3 Mpix classique du 3GS. Et dans la réalité... aussi ! Plusieurs choses notables. Déjà, l'iPhone 4 est plus grand-angulaire. La focale étant la même (3,9 mm), c'est donc que le capteur est physiquement plus vaste sur l'iPhone 4. En termes de qualité d'image, les répercutions sont tout aussi flagrantes : davantage de détails et de netteté, meilleure dynamique et gestion préservée du bruit numérique. Sur ce dernier point, le surplus de mégapixels est apparemment compensé par la plus grande taille de capteur et surtout la technologie de CMOS rétro-exposée. La mise au point fonctionne toujours pareil, plutôt rapidement en l'occurrence. Côté mesures, d'exposition et de la balance des blancs, on notera une légère tendance à surexposer (alors que le 3GS sous-exposait) et une reproduction colorimétrique plus froide.

012C000003333294-photo-sc-ne-iphone-4.jpg
012C000003333296-photo-sc-ne-iphone-3gs.jpg

Scène de test, à gauche l'iPhone 4, à droite le 3GS


00FA000003333298-photo-sc-ne-iphone-4-crop.jpg
00FA000003333300-photo-sc-ne-iphone-3gs-crop.jpg

Détail à 100 % des images précédentes


012C000003333302-photo-macro-iphone-4.jpg
012C000003333304-photo-macro-iphone-3gs.jpg

Photo macro, à gauche l'iPhone 4, à droite le 3GS


00FA000003333306-photo-macro-iphone-4-crop.jpg
00FA000003333308-photo-macro-iphone-3gs-crop.jpg

Détail à 100 % des images précédentes


Une chose à déplorer en revanche : le téléphone d'Apple n'offre toujours aucun réglage, à part ce flash à LED qui ne brille pas par son efficacité... Après cette simplicité extrême est aussi ce qui fait le succès du téléphone Apple... En définitive, l'iPhone 4 n'a pas de quoi faire pâlir les meilleurs photophones du marché, mais il constitue sans aucun doute une très bonne amélioration du 3GS.

L'iPhone 4 et la vidéo

Nous l'écrivions précédemment, les capacités vidéo de l'iPhone 4 ont largement évoluées. Ce n'était pas difficile, vues les maigres performances en la matière de l'iPhone 3GS. Reste qu'il est toujours intéressant de savoir ce que cela donne en pratique. Nous vous proposons donc deux vidéos, de la même scène, l'une tournée avec l'iPhone 3GS, l'autre avec l'iPhone 4.





Afin d'héberger ces vidéos, nous sommes obligé de les compresser et de revoir leur résolution, deux facteurs qui jouent évidemment sur le résultat que vous pouvez observer. Toutefois on note que l'iPhone 3GS offre une résolution 4:3 quand l'iPhone 4 offre une résolution 16:10, logique vu son mode 720p. La luminosité est du reste bien meilleure sur l'iPhone 4 que sur l'iPhone 3GS, alors que les conditions d'éclairage étaient évidemment identiques, tandis que l'iPhone 4 rend la scène plus vivante avec des détails nettement plus nombreux.

iPhone 4 : state of the art... ou pas ?

Nous vous avons présenté l'iPhone 4 et ses caractéristiques dans les pages précédentes, il est maintenant temps de vous dire ce que nous en avons pensé au quotidien. C'est peut être là où les choses se gâtent. Car si nous n'avons pas grand-chose à redire sur l'étendu des fonctionnalités offertes par ce smartphone, ni sur ses performances ou sur l'ergonomie de son interface et sa fluidité toujours aussi impressionnante, on se demande si parfois, Apple pense à l'utilisation finale qui va être faite de ses joujous.

Commençons par la radio, avec deux terminaux, dans des lieux différents, nous n'avons pas pu reproduire le problème de réception largement relayé par divers médias et sur lequel nous avons déjà donné notre sentiment un peu plus haut. Des tests que nous avons pu effectuer, l'iPhone 4 offre la même qualité de réception radio que son prédécesseur.

Voilà pour ce premier point, qui nous vous le rappelons dépend de très nombreuses conditions. Si côté radio, nous n'avons pas à nous plaindre, chance !, en revanche en conversation téléphonique l'iPhone 4 est pénible : l'arrête assez vive de l'écran à tendance à marquer l'oreille rapidement alors que le capteur de proximité de l'iPhone 4 fonctionne mal. Dans un premier temps nous avions imaginé qu'Apple avait remplacé le capteur de proximité, qui coupe l'affichage de l'écran et son fonctionnement tactile en conversation téléphonique dès que le terminal est proche de votre oreille, par la webcam... Visiblement ce n'est pas le cas et le capteur de proximité est toujours présent : toutefois son emplacement physique a changé. Reste que pendant nos divers appels nous avons pu enclencher le mode secret, initier une conversation à trois ou même déclencher FaceTime... sans le vouloir simplement en frottant la joue sur l'écran. Ce comportement est à notre sens assez dérangeant et nous espérons qu'Apple le corrigera rapidement via une mise à jour logicielle.

0000011803296098-photo-apple-iphone-4-avec-facetime.jpg


En ce qui concerne l'audio, la qualité sonore de ce nouvel iPhone lors des appels ne nous a pas frappée. De la même manière, nous n’avons pas été transcendés par la qualité audio des appels reçus sur un iPhone 3GS et émis depuis un iPhone 4, et ce malgré la présence du système de double-micro.
Dans un autre registre, la forme extra-plate de l'iPhone 4 présente moins de points de préhension que sur l'iPhone 3GS : de ce fait tenir le téléphone pour taper des SMS n'est pas un exercice des plus agréables, en mode paysage, moins que sur iPhone 3GS en tout cas. Et puisque nous parlons de SMS, la réactivité du clavier virtuel semble moindre en mode paysage : nous avions déjà constaté ce problème en mettant à jour notre iPhone 3GS vers iOS 4.0, il s'agirait donc vraisemblablement d'un souci lié au système d'exploitation.

Au quotidien donc, tout n'est pas rose avec l'iPhone 4. Certains soucis pourraient être réglés par de futures mises à jour du système iOS, alors que d'autres comme la dureté des arrêtes de l'écran... ne pourront être compensés que par l'achat d'une housse ou d'un bumper (par exemple).

Conclusion

0000008C03296088-photo-apple-iphone-4.jpg
Art difficile qu'est celui de la conclusion surtout avec un produit aussi médiatisé que l'iPhone, et plus précisément l'iPhone 4. D'autant plus difficile que bien des aspects demeurent, il faut bien le reconnaître, totalement subjectifs. Commençons par l'esthétisme de ce smartphone, un point qui a largement été travaillé par la firme de Cupertino. Sur ce plan, l'iPhone 4 est à nos yeux une réussite. Libre à chacun bien sûr d'aimer ou de ne pas aimer, mais le fait est que le choix des matériaux et la finition sont en tous points supérieurs à ce qu'Apple proposait avec les iPhone 3G et 3GS. Plus fin que ses prédécesseurs, l'iPhone 4 est aussi plus plat... ce qui pose parfois problème pour sa prise en main.

Sur le plan technologique, commençons par ce qui saute aux yeux, à savoir l'écran « Retina ». Ce dernier est simplement magnifique, et après y avoir goûté on trouve soudainement l'écran de l'iPhone 3GS... bien flou ! De son côté, le processeur A4 déjà étrenné par l'iPad est ici à l'aise alors que l'appareil se montre réactif en toute circonstance. L'autre nouveauté technologique, c'est bien sûr le capteur photo... qui annoncé à 5 mégapixels ne joue pas dans la course à l'armement mais donne dans les faits de très bons résultats que ce soit en photo ou en vidéo. On ne pourra en revanche pas en dire autant du flash LED, peu puissant, et qui aura plutôt tendance à dénaturer les photos.

Quant au capteur vidéo en façade... son utilité pour les autoportraits ne fait aucun doute alors que la fonction FaceTime surprend. Elle surprend car si la visiophonie n'est absolument pas un concept novateur, son implémentation par Apple est tout simplement génialissime de simplicité et d'efficacité. Certes les restrictions comme la nécessité de passer par un réseau Wi-Fi déçoivent mais à l'usage FaceTime est probablement l'une des meilleures implémentations de visiophonie que nous ayons pu voir, à date.

Parmi les griefs que nous retiendrons à l'encontre de cet iPhone, nous ne reviendrons pas sur les problèmes plus ou moins aléatoires de réception radio, ni sur les tâches jaunes apparues sur l'écran de certains iPhone, préférant nous concentrer sur d'autres problèmes d'utilisation tout aussi réels. A commencer par les arrêtes tranchantes de l'écran... qui font franchement mal à l'oreille dès lors que les conversations téléphoniques se prolongent. Autre problème : le capteur de proximité, tout à fait mal calibré dans cette version d'iOS 4, et qui engendre lors des conversations téléphoniques bien des surprises avec des appuis non souhaités sur les touches de conversation à trois ou de mode secret.

En définitive, l'iPhone 4 est assurément le meilleur iPhone jamais produit par Apple. C'est aussi l'un des smartphones les plus aboutis actuellement disponible sur le marché. Ce qui ne veut pas dire qu'il s'agit du téléphone parfait, d'autant moins au vu des nombreux griefs énumérés au dessus. Nous ne nous prononcerons pas non plus sur le tarif de cet iPhone 4, si ce n'est pour dire qu'à ce niveau de prix, 64 Go de mémoire aurait été appréciables.

Apple iPhone 4

6

Les plus

  • Finition exemplaire
  • Puissance et autonomie
  • Fonctionnalité FaceTime
  • Qualité vidéo

Les moins

  • Design peu ergonomique
  • Capteur de proximité mal calibré
  • Arrête de l'écran tranchante
  • Prix élevé

0

Fonctionnalités9

Ergonomie8

Autonomie8

Puissance8



Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Genshin Impact : la version PS5 arrive le 28 avril avec plusieurs améliorations
Acer Nitro 5 : un PC portable gaming 17.3
Votre nouvelle Smart TV Samsung à moins de 30€ avec la fibre Bouygues Telecom
Mercedes dévoile EQS, sa berline électrique de luxe et ses 770 km d'autonomie
L'excellent casque Bose 700 profite d'une promo immanquable chez Cdiscount
Bon plan VPN : Top des bons plans à saisir chez CyberGhost, NordVPN et Surfshark
Amazon revendique 200 millions d'abonnés à Prime
Télétravail : un PC Portable MSI Modern 14
Ferrari vise un premier modèle électrique en 2025
L'application sécurisée Wire lève 21 millions de dollars
Haut de page