CES 2013 : Intel rend le tactile obligatoire sur ses prochains ultrabooks

07 janvier 2013 à 23h57
0
Intel profite de cette journée de pré-ouverture du CES pour effectuer quelques annonces. Et pas nécessairement des moindres. Ainsi la prochaine génération d'Ultrabooks attendue pour le courant de l'année 2013 se devra d'être tactile ou ne... sera pas !

Intel rend donc obligatoire la présence d'un écran tactile pour les Ultrabooks qui embarqueront un processeur Core de quatrième génération (nom de code Haswell). Un choix qui devrait participer à démocratiser les écrans tactiles tout en faisant baisser le prix des Ultrabooks qui en sont équipés. Intel estime d'ailleurs raisonnable de s'attendre à trouver des Ultrabooks tactiles en fin d'année 2013 dont le prix public tournerait autour des 599 dollars.

Parallèlement, le fondeur rend obligatoire la prise en charge de la technologie Wireless Display, toujours pour cette prochaine génération d'Ultrabooks. Une génération annoncée à la croisée des chemins entre tablette, hybride et convertible avec une autonomie qu'on nous promet comme capable de tenir le choc d'une journée complète.

015E000005640878-photo-intel-ultrabook-ces-2013.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top