NEO·Classics, la chronique rétrogaming, vous conte l'histoire de Mega Man, miraculé de Capcom

Stéphane Ficca
Spécialiste hardware & gaming
19 janvier 2020 à 10h10
0
NEO·Classics #1 Mega Man Capcom

Lancé en 1987 au Japon et écoulé à plusieurs dizaines de millions d'exemplaires dans le monde (pour plus de 120 déclinaisons) Mega Man fait partie des licences majeures de Capcom. Une saga qui continue aujourd'hui encore de faire trépigner de nombreux fans. Pourtant, avec des soucis de développement, de character design, de nom et même de plateforme, le premier Mega Man a bien failli ne jamais voir le jour...

Aux antipodes de la bataille des téraflops, de la 4K et des 60 fps, NEO·Classics vous propose un retour vers les origines du jeu vidéo. Du titre 2D en gros pixels au moins lointain jeu à la 3D hésitante, cette chronique vous invite à (re)découvrir les pépites vidéoludiques qui ont ouvert le monde au 10ème art...

Megaman
Un écran titre sans la moindre musique, une licence totalement inconnue... De quoi se montrer méfiant, et pourtant... © Capcom

Alors que cette année 2020 promet d'être faste côté jeux vidéo, avec en prime l'arrivée pour Noël des nouvelles PS5 et Xbox, il est grand temps de se remémorer le jeu vidéo du siècle dernier, avec ce premier épisode de NEO-Classics, dédié à Mega Man.

Véritable référence en termes de jeu de type action/plateformes, Mega Man permet aux joueurs de 1987 de se glisser dans la peau d'un robot bleu très stylé, doté d'un buster et capable de s'approprier les techniques de ses ennemis.

Coupe mulet, poster de Code Name Viper et Duck Tales, NES branchée sur une TV 36 cm dans la la chambre avec le Dr Wily's Castle Stage 1 de Mega Man 2... Bref, le rêve ultime du gamer de la fin des années 80, non ?

« À titre purement personnel, j'ai découvert la saga Mega Man au début des années 90, sur NES, avec le second épisode. Une licence alors totalement inconnue pour le jeune joueur que j'étais, sur une Nintendo NES qui avait l'habitude d'accueillir Super Mario Bros/Duck Hunt ou encore l'intraitable Teenage Mutant Hero Turtles (et son niveau aquatique de la mort).

Une découverte évidemment fracassante, qui va initier ma passion pour le jeu vidéo en général, et pour cette saga en particulier.

Bref, merci maman, merci papa. »

Un jeu pensé pour l'arcade...et développé sur Famicom Disk System ?

Toutefois, si la saga de Capcom est aujourd'hui une licence culte, les débuts ont été particulièrement compliqués pour le jeune Mega Man... En effet, à la base, Rockman (son nom japonais) n'a pas été conçu pour la NES, mais bien... pour l'arcade.

Après quelques semaines de développement, Capcom juge néanmoins que la direction prise par Rockman n'est pas adaptée pour l'arcade, et demande donc à ses équipes d'en faire un jeu... Famicom Disk System.

Megaman
Les six boss emblématiques du premier Mega Man © Capcom

En effet, avant d'être un jeu NES/Famicom, Rockman était destiné à cet étonnant lecteur de disquettes made in Nintendo, lancé uniquement au Japon. Toutefois, à quelques semaines du lancement, Capcom décide à nouveau de changer de plateforme, en optant cette fois pour la Famicom.

À noter qu'il subsiste encore des traces du développement de Rockman sur Disk System, avec la fameuse salle vide précédant chaque boss. Cette dernière a été implémentée spécialement pour le Disk System, afin de masquer un temps de chargement, mais elle a finalement été conservée pour le portage final sur Famicom. Et c'est tant mieux !

Megaman
Comme le prouvent ces dessins préparatoires, on a frôlé la catastrophe avec le design d'Elec Man... © Capcom

On retrouve également le côté "arcade" de Mega Man sur certains aspects, à commencer par le scoring. Le premier opus sur NES est en effet le seul épisode de la saga à afficher un score (qui ne sert à rien). Un item propre à ce premier opus, le "Bonus Ball", permet d'ailleurs d'augmenter son score.

C'est également le seul opus de la série qui peut être mis en pause (via la touche Select), ce qui permet d'ailleurs d'activer un glitch pour anéantir certains boss en quelques secondes à peine (dont le terrible "Yellow Devil").

Yellow Devil
"Yellow Devil", l'un des boss les plus rageants du premier opus... qui peut pourtant être anéanti en quelques secondes à peine...


«D'ailleurs, à l'époque, lorsque je lance le jeu pour la première fois, je pense être confronté à un bug de son. J'augmente alors le son de ma petite TV cathodique avec mes petits doigts potelés, mais rien... Je presse la touche Reset, toujours rien. Je retire la cartouche, je souffle dedans (oui, je sais...), je remets en place, je rallume, toujours rien...

Le fait est que Mega Man est en réalité le seul épisode à être totalement dépourvu de musique d'introduction... et même d'une quelconque introduction tout court, puisqu'aussitôt la console démarrée, le jeu boote immédiatement (et dans un silence assourdissant) sur le menu principal, avant de basculer sur l'écran de sélection des boss à peine la touche Start pressée.»


Une inspiration... Cobra ?

Malheureusement, les galères concernant Mega Man ne s'arrêtent pas là... Lorsque Keiji Inafune (considéré comme le papa de Mega Man) intègre le projet, le développement est déjà avancé et le design de Rockman est déjà établi. Il s'agit donc d'un petit robot, mais dénué du moindre buster...

Ce dernier est en effet censé tirer des projectiles avec ses mains, ce qui n'est pas du goût de Keiji Inafune, qui décide donc de doter Mega Man d'un canon greffé sur son bras, inspiré directement par un manga très célèbre à l'époque, à savoir Cobra. Heureusement, le Buster sera suffisamment différent du célèbre Psychogun pour éviter à Capcom un procès de la part de l'éditeur de Cobra. Ouf !

Megaman
Mega Man, le plus grand de tous les héros ! (à moins que je ne confonde avec Action Man...) © Capcom

À ce sujet, rappelons que Mega Man est capable uniquement de tirer, de courir, de sauter et de grimper aux échelles dans les deux premiers épisodes.

« Si le robot bleu ne recevra jamais (sur NES) la mise à jour OTA lui permettant de s'accroupir, il découvrira en revanche les joies de la glissade dans Mega Man 3, sans oublier un nouveau compagnon canin, Rush, et il sera équipé du célèbre Mega Buster (un tir chargé) dans Mega Man 4.

Autant de raisons qui font que j'ai toujours eu un petit faible pour Mega Man 4, je dois bien l'avouer»


Mega man
Quand je vous dis que j'ai un petit faible pour Rockman 4...© Stéphane Ficca pour Clubic

Quand Rockman a failli s'appeler... Rainbow Senshi Miracle Kid !

Vous pensez que les galères durant le développement de Mega Man s'arrêtent là ? Pas vraiment, puisque si "Rockman" fut l'appellation du projet dès son approbation par Capcom, cette dernière n'était pas du goût de la direction de Capcom, jugeant cette dernière trop proche d'un autre héros vidéoludique : Pac-Man.

Priée de modifier le nom de leur projet, la team en charge du développement de Rockman propose diverses alternatives, dont Mighty Kid ou encore Knuckle Kid. Finalement, c'est un autre nom qui est validé par Capcom : Rainbow Senshi Miracle Kid.

Megaman
La publicité nippone d'époque de Rockman © Capcom

Toutefois, la team Rockman, pas forcément désireuse de voir son projet rebaptisé, décide de faire pression sur la direction de Capcom, et c'est finalement le nom "Rockman" qui est retenu, et tant pis pour une éventuelle ressemblance avec Pac-Man.

Megaman
Pour la petite histoire, si Mega Man est bleu, cela est uniquement lié... aux limitations techniques de la NES. C'est en effet la couleur qui possède le plus de nuances dans la palette NES, et les différentes teintes ont permis d'améliorer le niveau de détail de Mega Man. © Capcom

À noter que Rockman aurait tout à fait pu devenir une adaptation vidéoludique d'Astro-Boy, la direction de Capcom ayant demandé aux développeurs d'adapter leur jeu pour reprendre l'habillage du manga. Malheureusement (ou pas), Capcom n'a finalement pas récupéré les droits de la licence, et la team a été priée d'abandonner son travail concernant l'intégration d'éléments en provenance d'Astro-Boy, et de reprendre le développement normal de son jeu.

Dr. Light... ou Dr. Right ?

Une fois son développement terminé, Rockman a également connu un ultime déboire, puisque la personne en charge de traduire les différents personnages du jeu a commis une erreur. Ainsi, si les développeurs ont bien mis au point le vil scientifique Dr. Wily, ils avaient également baptisé le créateur du petit robot bleu, à savoir Dr. Right. Une erreur de traduction a néanmoins transformé ce dernier en... Dr. Light.

Megaman
Le joueur de Mega Man démarre toujours son périple par le niveau de Bomb Man. Toujours ! © Capcom

Idem du côté d'un des boss du jeu, dont l'appellation d'origine était Bomberman, et qui a finalement été rebaptisé Bomb Man, pour éviter la moindre confusion (et surtout le procès) avec Hudson Soft et son personnage explosif.

Pour la petite anecdote, contrairement à ce que l'on pourrait croire, il faut savoir que le premier Rockman a vu son niveau de difficulté très largement réduit lors de son passage du Disk System à la Famicom. En d'autres termes, le jeu particulièrement exigeant que l'on connait aujourd'hui devait initialement être encore plus difficile...

Megaman
La publicité américaine d'époque, de Mega Man © Capcom

«Comme dans chaque opus de la saga, le premier Mega Man permet d'opter pour n'importe quel niveau, mais il convient toutefois de suivre un certain ordre pour se "faciliter" la tâche.

Dans le premier opus, il convient donc de démarrer par Bomb Man, avant d'affronter Guts Man, puis Cut Man, Elec Man, Ice Man et enfin Fire Man. Évidemment, si l'on suit cet ordre, chaque boss est (très) sensible à l'arme récupérée sur le boss précédent.

Petit conseil : durant de votre ascension dans le niveau d'Elec Man, n'oubliez pas de récupérer le Magnet Beam...»


Le drame des jaquettes américaines (et européennes)

La légende raconte que Keiji Inafune a été particulièrement déçu d'apprendre que Rockman allait être rebaptisé Mega Man pour son arrivée en Occident, et que ce dernier a littéralement pleuré (de rire) en découvrant la jaquette américaine du jeu...

Mega Man
À gauche, la jaquette américaine (moche) de Mega Man, au centre la jaquette japonaise et à droite, la jaquette européenne (moche également) © Stéphane Ficca pour Clubic

Une jaquette au mauvais goût assumé, avec même quelques aberrations (un Mega Man visiblement trentenaire et mal gaulé, doté d'un costume jaune, qui tient un revolver dans sa main...), mais la division US de Capcom était alors convaincue que le style kawaii typiquement nippon était totalement incompatible avec le public américain... Une jaquette qui aurait été réalisée en quelques heures à peine par Capcom USA.

En Europe, le premier Mega Man a été proposé avec une jaquette là encore très différente de la version japonaise, affichant un héros plus réaliste, plus mature.

Mega Man
Difficile de savoir si les jaquettes US et EUR de Mega Man 2 sont encore plus moches que celles du premier opus... © Stéphane Ficca pour Clubic

Il est d'ailleurs intéressant de noter que, sur les jaquettes US, même si les opus 4, 5 et 6 reprennent le style "kawaii" de Rockman, Mega Man affiche un look assez différent, nettement plus agressif et vindicatif que les versions japonaises ou européennes.

Mega Man
Mais pourquoi le Mega Man américain (à gauche sur la photo) est-il aussi méchant...? © Stéphane Ficca pour Clubic

Un côté "adulte" que l'on retrouvera sur la jaquette de Mega Man 2, et ce n'est qu'à partir de Mega Man 3 que les jaquettes européennes reprendront (en partie) les codes des (sublimes) jaquettes nippones.



À ce sujet, les jaquettes nippones de Rockman proposent parfois quelques surprises, comme un "Baby Mega Man" et un Mega Man version "adulte", tous deux cachés sur les languettes intérieures de la boite de Rockman 2.

Pas un carton commercial, mais l'opus fondateur d'une saga culte !

Rockman a été lancé le 17 décembre 1987 au Japon sur Famicom, mais il faudra attendre décembre 1989 pour voir débouler le jeu sur nos NES européennes. Un premier opus fondateur, mais qui ne constitue pas un énorme succès commercial, puisque le jeu aurait été écoulé à un peu plus de 810 000 exemplaires dans le monde, dont seulement 80 000 en Europe... C'est évidemment avec Mega Man 2 (lancé en décembre 1988 au Japon) que la popularité du robot bleu va littéralement exploser, et les fans commenceront alors à rechercher activement le premier opus.


Toutefois, le stock initial avait alors été intégralement écoulé, et une pénurie de composants empêcha Capcom de rééditer le jeu... Un Mega Man relativement maudit donc, mais un opus fondateur d'une saga résolument culte aujourd'hui encore, que je ne saurais trop vous conseiller de (re)découvrir.
Modifié le 18/03/2020 à 10h00
7
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
scroll top