AMD relance la guerre des benchmarks, et quitte BAPCo

01 juin 2018 à 15h36
0
04377888-photo-logo-bapco.jpg
L'histoire est un éternel recommencement dit l'adage. AMD nous le confirmait hier soir avec un communiqué de presse inattendu. L'ex-fondeur de Sunnyvale annonce qu'il ne cautionnera par SYSmark 2012 et qu'il quitte le groupe BAPCo dont il est membre depuis 2002.

SYSmark est un utilitaire de test synthétique permettant d'évaluer les performances d'un système en exécutant une suite d'applications quotidiennes. Word, Excel, After Effects font notamment partie des applications utilisées par les routines de SYSmark pour mesurer les performances d'une machine. Pour autant l'automatisation des tâches via des scripts et l'importance de certaines tâches par rapport à d'autres dans le calcul du score final font débat. Quelle importance doit-on accorder aujourd'hui aux tests de reconnaissance de caractère et de compression de fichiers ? Si bien que s'il utilise des applications de la vie quotidienne, SYSmark ne donne pas forcément un score représentatif d'un usage en condition réelle. C'est ce qu'estime Nigel Dessau, vice-président d'AMD.

Un petit retour en arrière s'impose... En 2002, quelques semaines après avoir rejoint l'organisation BAPCo en charge du développement de SYSmark, AMD évoquait déjà dans des documents les résultats biaisés délivrés par l'outil, des résultats en faveur d'Intel (voir cette brève de nos confrères The Inquirer). Force est de constater que neuf ans plus tard, la situation n'a donc pas véritablement évoluée... En ce qui nous concerne nous avons, comme nombre de nos confrères, abandonné l'emploi de cet utilitaire depuis des années déjà.

Sur le fond, Nigel Dessau se fend d'un billet expliquant les raisons de ce choix sur son blog et invite la communauté à développer de nouveaux outils d'évaluation des performances. Le constat de base n'est pas infondé et pour dire vrai nous le partageons puisqu'il nous a conduit à ne plus utiliser SYSmark depuis des années déjà. Là où nous sommes plus réservé c'est sur les véritables motivations d'AMD. Notre mauvais esprit ne peut s'empêcher de lire entre les lignes : à l'heure où AMD fait feu de tout bois autour de ses nouveaux APU Fusion, avec le lancement prochain de la version desktop de Llano, les performances des coeurs x86 ne seront pas au niveau d'Intel. Ce que redoute donc AMD ce n'est peut être pas tant un SYSmark non représentatif des usages qu'un SYSmark dépréciant les performances de ses processeurs face aux puces Sandy Bridge d'Intel, sans tenir compte une seule seconde des performances du coeur graphique de ses APU Car nul doute en effet que les Radeon des Llano font mieux que les HD 3000 d'Intel ! Reste à voir comment l'industrie se positionnera sur le sujet de l'heterogeneous computing dans les mois à venir, une tendance de fond qui n'est peut pas aussi partisane que le lancement à un moment donné d'un nouveau produit.

Dans la foulée, nous apprenons d'ailleurs que NVIDIA quitte lui aussi BAPco sans toutefois donner de détails ou d'informations sur ce choix.On peut imaginer toutefois que ce choix vient du non support des initiatives CUDA et OpenCL de NVIDIA. Et NVIDIA n'est pas seul ! VIA fait lui aussi faux bond à BAPCo. De quoi apporter de l'eau au moulin d'AMD dont le timing de l'annonce peut rendre à juste titre suspicieux alors que l'argumentation de fond sur l'importance du processeur et du processeur graphique semble lui bel et bien fondé.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le PSN menacé par un nouveau groupe de hackers
Recherche en ligne : Jike, le moteur du PC chinois arrive sur le marché
Google : un outil pour sécuriser les applications web
DisplayPort 1.2 : prise en charge de câbles actifs de 33 mètres
Une appliance d'analytics pour le Big Data chez IBM Netezza
Toshiba DX1215 : un premier PC tout-en-un tactile intéressant
Google : 1 milliard de visiteurs uniques au mois de mai
NUads : Kinect donne de nouvelles possibilités à la publicité
Bac S : le sujet de l'épreuve de maths en fuite sur Internet (màj)
Les licenciements débutent chez RIM
Haut de page